Les Stan Smith, icônes mode redevenues stars du bitume en 2016

Nombreux sont les gens qui ont des Stan Smith : tes potes, ta maman, ton papy et peut-être même ton lapin. Mais pourquoi, au fait ? Liz revient sur l’histoire de ces tennis, à la fois chic et décontractées.

Les Stan Smith, icônes mode redevenues stars du bitume en 2016

On les voit partout, que ce soit dans la rue ou aux pieds des célébrités qui les associent à des sacs Gucci ou Chanel. Les Stan Smith ont su s’imposer comme LES baskets incontournables.

Mais commençons par le commencement : tout a débuté avec un moustachu (ou presque)…

Quand la Stan Smith s’appelait Robert : les origines

Nous sommes en 1964.Les Beatles chantent She loves you (yeaaah yeaaah yeahhh) et les Beach Boys sont cinq à porter la même chemise.

Le tennis est LE sport qui prend de l’ampleur. Du coup, la marque allemande Adidas (qui était déjà bien présente dans le monde du football) décide de conquérir ce marché à la raquette.

L’idée du siècle ? Concevoir une paire de chaussures de tennis en cuir, alors que tous les joueurs portaient des petits souliers en toile. Avec le n°1 français, Robert Haillet, la marque conçoit un modèle résistant : la « Adidas Robert Haillet ». Cuir blanc, lacets blancs languette verte et talon vert… ça commence à ressembler à quelque chose que l’on connaît, non ?

Mais problème ! Au début des années 70, l’image de Robert n’est plus au top (pauvre Robert).

Déjà que les baskets s’appellent Robert (on a quand même vu plus sexy), si en plus ce bon Bob n’a plus la cote et que les ventes s’effonfrent, c’est pas la fête du slip… C’est la cata et Adidas doit rebondir. La solution ? S’associer à LA star américaine du tennis en 1971 : Stanley Smith, le fameux moustachu.

Mais au fait, c’est qui Stan Smith ?

Une moustache presque aussi intemporelle que les chaussures (et très photogénique) — Stan Smith en 2009.

Tu l’auras compris : Stan Smith était un homme avant d’être une chaussure.

Je le précise pour deux raisons : essaye de faire une recherche Google de son nom et c’est le festival des grolles ! Ensuite, Stan Smith lui-même a donné une interview pour Adidas dans laquelle il confie que son propre fils lui a demandé si son papa s’appelait comme ça à cause de la chaussure (les enfants sont pas toujours des flèches).

Mais Stan, c’était quand même le numéro un mondial de 1972 à mi-1973. Son palmarès, c’est la classe: il a gagné l’US Open en 1971, Wimbledon en 1972 et a contribué aux sept victoires des États-Unis en coupe Davis.

Tout ça est plutôt vendeur pour Adidas qui décide de rebaptiser sa fameuse chaussure blanche « Stan Smith » en 1978. Sa photo vient même s’ajouter à la languette iconique !

Un deuxième souffle dans les années 90

La Stan Smith résiste (et elle prouve qu’elle existe) depuis 1978, mais avec quelques trous d’air quand même, soyons honnêtes. Après le succès de la fin des années 70, il faudra attendre 1986 et la vague hip hop pour que les ventes reprennent.

La nouvelle idée d’Adidas ? Un partenariat avec le groupe de rap américain Run-DMC qui sort la chanson My Adidas.

Je te conseille le clip : tu peux y voir l’un des membres du groupe enfiler sa chaussure Adidas alors qu’il est affalé sur un canapé de grand-mère. En plus, ils disent « Adidaahh ». Résultat : gros coup de pub pour les Superstar et les Stan Smith qui se vendent à nouveau comme des petits pains !

En 1988, plus de 22 millions de paires avaient déjà été vendues dans le monde. D’où l’entrée de la chaussure dans le Guinness World Record aux côtés notamment du plus vieux chat du monde (actuellement, c’est Scooter et il avait 30 ans — j’ai checké, pour info).

Ensuite, en 1993, le groupe IAM décide de danser le mia « Stan Smith aux pieds », alors forcément ça aide, et les ventes en France sont dopées… Au placard les baskets de sport !

Les Stan Smith commencent à devenir les fameuses sneakers blanches stylées qu’on les connaît. Et ça a continué au cinéma en 1995 quand le film La Haine sort, avec Vincent Cassel en Stan Smith. Le début de la gloire en somme, même si t’avais sûrement pas encore ta paire  (perso j’avais deux ans, et j’aurais adoré des baby Stan Smith trop mignonnes).

Retrait de la vente en 2012 : et là, c’est le drame

Après un succès fulgurant, ça arrive de se brûler les ailes, non ? En 2012 c’est la grande descente aux enfers pour les Stan Smith quand Adidas décide d’arrêter de les commercialiser.

La révolte des inconditionnel•les de la chaussure blanche gronde, et des modèles d’occasion ont commencé à se vendre extrêmement chers sur eBay.

Pour certains, retirer la Stan Smith de chez Adidas, c’était un peu comme arrêter le Big Mac chez Mc Do, c’est juste pas possible (mise à nu : je n’ai jamais goûté de Big Mac, alors je vous laisse juger de la pertinence de la comparaison).

À lire aussi : McDonald’s dévoile la recette de la sauce Big Mac

Le retour en force de la Stan Smith en 2014

La petite période d’absence aura duré deux ans et aura vraiment porté ses fruits. En 2014, la chaussure tant convoitée fait son retour. Et pas qu’un peu : le phénomène de société est né ! Cest un festival de couleurs, d’éditions limitées et de collaborations (comme la collection Pharrell Williams, par exemple).

À lire aussi : Pharrell Williams imagine une collection été 2016 pour Adidas

histoire-de-la-mode-les-stan-smith2

Depuis plus de 40 ans maintenant, la Stan Smith s’est imposée comme LA paire de sneakers incontournable. Intemporelles, elles sont aussi solides, jolies même destroy, unisexes et quand même, il faut le dire, très confortables !

big-baskets-pop-culture

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lily Fraser
    Lily Fraser, Le 22 mai 2016 à 11h06

    Je vous trouve dures de dire que les chaussures sont moches et grosso-modo traiter tous ceux qui les portent de mouton. Moi, j'ai acheté ces chaussures il y a 8 ans, quand j'avais 14 ans, à l'époque tout le monde se moquait de moi quand je les portais et je les aimais quand même. Je vais pas arrêter de les porter pour ne pas faire comme tout le monde, ce serait absurde. Et si elles ne vous plaisent pas, ben vous pouvez dire "je n'aime pas", c'est mieux que "bark c'est moche", non? :fleur:

    L'article m'a appris des choses et je ne suis pas surprise qu'il arrive après le début de la mode, même 10 ans après la fin de la mode des converses je serais toujours intéressée par un article sur les converses. Enfin je comprends vraiment pas trop vos réactions :dunno:

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)