La « femme la plus moche du monde » explique comment elle a appris à s’aimer

Par  |  | 35 Commentaires

Lizzie Velasquez, qui fut un jour qualifiée de « femme la plus moche du monde », s'est exprimée au sujet de sa confiance en elle et de ce qui lui a permis de s'aimer !

La « femme la plus moche du monde » explique comment elle a appris à s’aimer

Mise à jour du 20 avril 2017 — Quand revoilà Lizzie Velasquez, qui n’avait pas donné de nouvelles depuis longtemps !

Qualifiée par des indélicat•es de « femme la plus moche du monde », elle avait déjà été l’héroïne d’un documentaire axé autour du cyber-harcèlement dont elle a été victime (lire ci-dessous).

C’est pour le magazine Allure qu’elle est revenue sur ce sujet mais aussi sur ce qui lui a permis de s’aimer, malgré sa maladie et la violence dont faisaient preuve des inconnu•es. La vidéo a été mise en ligne en octobre 2016, mais je l’avais ratée !

Elle explique que c’est notamment l’amour de ses parents qui l’a aidée à avancer.

Quand Lizzie Velasquez est tombée sur les pages Web où elle était traitée de « plus moche femme du monde », elle était effondrée. Dans une démarche malsaine d’auto-flagellation, elle allait de site en site, lisait tous les commentaires sur son apparence…

Ce qui l’a sortie de ce cercle vicieux, c’est de croiser le regard de sa mère, tranquillement posée devant la télévision. Sa mère qui l’a toujours aimée, depuis sa naissance, avec sa maladie et la façon dont son corps y a répondu.

Elle a ensuite gagné confiance en elle via des interventions en public, se rendant compte qu’elle pouvait se tenir debout devant une foule sans que les gens ne l’insultent ou ne partent en courant. Au contraire, ils étaient émus, pleins d’empathie.

À lire aussi : Prendre la parole en public, ça s’apprend — Conseils & astuces

Lizzie glisse même une petite blague sur le fait que certes, sa pointure l’oblige à se chausser chez les enfants, mais au moins, elle paie moins cher ses pompes qu’au rayon adultes ! Toc !

Je suis contente de voir qu’elle continue à répandre ce message de bonne humeur et d’amour de soi sur Internet. You go, Lizzie !

Mise à jour du 24 mars 2015 — Après plusieurs mois d’attente, le documentaire sur le parcours de Lizzie Velasquez, victime de harcèlement en ligne, est enfin prêt ! Il a même été présenté en avant-première au festival du film indépendant d’Austin, au Texas.

Pour le moment, aucune sortie en France n’est prévue mais je te tiens au courant s’il est un jour disponible en streaming.

Article du 4 juin 2014 — Lizzie Velasquez, jeune diplômée de 25 ans, est atteinte d’un syndrome encore inconnu qui l’empêche de prendre du poids. Elle est aussi aveugle d’un œil.

« Femme la plus moche du monde » la vidéo qui a motivé Lizzie à ne plus se laisser faire

Un jour, en surfant sur Internet, la jeune femme est tombée sur une vidéo la présentant comme la femme la plus moche du monde. Loin de se laisser abattre, elle a décidé de ne pas en rester là et de mener un véritable combat contre le harcèlement en ligne comme in real life.

High Road, The Lizzie Project est le projet de Lizzie. Il s’agit d’un documentaire suivant ses aventures, de sa vie quotidienne à sa lutte contre le harcèlement.

Le but de la jeune femme est simple : montrer qu’il y a une vie après le harcèlement et que l’estime de soi est essentielle pour se reconstruire et atteindre ses objectifs de vie.

Le projet, finançable sur KickStarter depuis début mai, a reçu de nombreux soutiens de la part des internautes et des médias. Il a même dépassé son objectif financier de départ !

Quelque chose me dit qu’on devrait vite réentendre parler de Lizzie Velasquez…

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Virginie

Virginie est tombée dans la marmite des cosmétiques quand elle était toute petite. Depuis, elle se barbouille de rouge à lèvres à longueur de journée et prêche les bienfaits du démaquillage à qui veut l'entendre. À part ça, Virginie aime se trémousser sur du Taylor Swift et actualiser son site mode et beauté.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Poupoup
    Poupoup, Le 21 avril 2017 à 0h27

    Cilece
    Hello, en fait les guillemets sont justement là pour montrer que ce n'est pas Madmoizelle qui désigne Lizzie de cette manière, je cite Le Monde:

    Et du coup, je pense que c'est au contraire pour bien mettre en avant que "celle qui vous désigniez comme la femme la plus moche du monde 1/ s'en bat les reins de vous maintenant 2/ est forte pour 1000 et a l'air de s'amuser".
    Oui, j'ai bien compris que les guillemets, c'est parce que c'est une citation. Néanmoins, d'une part, Lizzie Velasquez n'est même pas nommée dans le titre. Je trouve ça déshumanisant, ça participe à un côté "bête de foire", même si Madmoizelle met une vague distance de forme avec ces guillemets. Réutiliser cette appellation, aussi, ça fait que les lecteurs vont encore associer Velasquez à ce surnom, que ça va encore tourner sur les réseaux sociaux, et que Velasquez va peut-être retomber sur des articles la désignant comme ça, tranquillou chez elle à surfer sur internet pour se détendre... L'article traite de combien elle a souffert de ce qualificatif. Même si elle a dépassé cela aujourd'hui, qu'elle en a fait une force et a réappris à s'aimer, je ne crois pas l'appeler comme ça dans les articles sur elle soit très délicat. Enfin... le titre tel quel est un clickbait, en terme de com il interpelle parce que les gens vont se demander à quoi elle ressemble, et je me dis que la délicatesse a peut-être été relayée au placard pour favoriser la diffusion de l'article, tant pis si ça peut risquer de causer de la peine à Velasquez. Bref, je trouve que ce titre n'est pas très classe.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!