Le fantasme du livreur de pizza

Josée l’obsédée vous raconte aujourd’hui comment le quotidien est peuplé de fantasmes ordinaires et déroutants. Aujourd’hui, c’est le livreur de pizza qui passe à la casserole.

Le fantasme du livreur de pizza

L’autre jour, en plein accès de feignasserie, je me suis fait livrer une pizza. C’est ainsi que le beau Cyril est venu, casque sur le crâne et carton de pizza sur la main, pour me faire chavirer les ovaires. Cyril, je t’en prie : faire moi vibrer la fifouillette.

Cyril, ne me dis pas qu’aucune cliente ne t’as jamais fait des avances salaces entre deux livraisons. Le fantasme du livreur, c’est aussi fort que le plombier polonais aux dents blanches et à la mèche soignée : ça t’agrippe dans le bas ventre comme une tourista de l’amour, el fuego sacré qui chauffe la culotte. Que dis-je, Cyril : ce soir, c’est moi ton four à pain.

On va faire les choses simples, entre nous on va pas devenir timides. Que ce soit bien clair : je pose la pizza sur la table basse et c’est ti-par : je te pécho les olives en guise d’apéro. Ne me déçois pas, Cyril : non à la merguez et oui au gros pepperoni, je veux la totale garniture et l’explosion de fromage coulant. Ce qui se cache dans ton pantalon, je suis sûre que c’est de la cheesy crust. Tu crois franchement que j’ai commandé une maxi juste pour le fun ? Plus y’en a, mieux c’est, alors mets moi fissa le jesus dans la calzone.

Tu as le droit, en guise d’entrée, d’aller farfouiller du côté du hors-d’œuvre : j’ai la bruschetta qui n’attend que ça. Mon côté italien, sans doute. Je sais pas ce que tu as connu avant moi dans ta vie dévergondée de livreur trop sexy, mais j’espère que ça change un peu de l’habituel toast au chèvre. Tu pourras m’y remettre un peu d’huile d’olive ou la gratiner, je suis carrément pas sectaire pour les préliminaires. Frotte moi le crouton avec ta gousse d’ail, grand fou de la gastronomie italienne à domicile ! Ce soir c’est Top Chef, tu es mon Jean-François Piège.

Après avoir préchauffé le four, crois moi je vais te faire juter la tomate. Tu n’as qu’à me fourrer la croute avec ta grosse boulette 4 saisons, tout droit dans la crème fraiche. Viens me retourner la pâte, fais moi gonfler la levure, farine moi tout là dedans. Un bon pâton ça se travaille, et quelque chose me dit que tu as tout pour faire d’une simple pâte un truc de fifou. Fais moi atteindre le 7ème ciel, là où la sauce barbecue coule à flots et les anchois n’ont pas leur place.

Cyril, je n’aime pas trop tes réticences à passer par la porte arrière, c’est ton premier lasagna roll ou quoi ? Fais pas ton timide comme ça, et crois moi c’est meilleur quand c’est tout chaud. Si t’es plutôt du côté exotique du pizzaiolo, n’oublie pas ma hawaïenne : j’ai les ananas qui attendent de connaitre ton jambon rose.

Cyril, tout ça finira par l’explosion de ton coulis de tomates sur ma tranche de bacon, et enfin, je pourrais dire que je suis repue du Pizza Hut. Tout cette garniture, Cyril, faudrait pas non plus que ça nous reste sur l’estomac.

— Illustration Timtimsia

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 34 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Stefteuf2
    Stefteuf2, Le 27 octobre 2011 à 14h01

    Nadja;2653888
    Euh ... t'es obligée de lui répondre comme ça ? Surtout que son message n'est pas bourré de fautes, à vrai dire je n'en vois aucune (il est 6h32 hein qu'on me pardonne). Je ne comprends pas du tout pourquoi tu réponds comme ça alors qu'elle a juste donné calmement son avis sur un texte qu'elle trouve vulgos. Et en quoi elle "veut jouer sur ça ?".
    Je ne vois même pas en quoi elle aurait besoin d'être crédible comme tu dis, alors qu'elle évoque juste son ressenti face à un texte.
    D'ailleurs je trouve assez ironique que tu pinailles sur les prétendues fautes d'une mad alors que tu disais il y a peu :
    "je suis d'accord avec la miss, tu n'est pas moche" (12/10) ou "Je crois ke je vais te faciliter grandement l'existence" (15/07) ... On voit la paille dans l'oeil de son voisin mais pas la poutre qui est dans le sien, n'est-ce pas ?

    Et j'ajoute juste que si tu veux citer plusieurs messages il existe le bouton "Multi" pour éviter que trois messages soient publiés à la suite ...

    Tu as raison sur toute la ligne. En fait, je me suis laissée emporter parce que j'étais un peu outrée par la personne qui a qualifié l'article de torchon. Je trouve ça irrespectueux, mais j'ai fait pareil et c'est nul, d'autant + que ce n'était pas la bonne "cible". Quant au bouton "multi", je ne l'ai vu qu'après, désolée.

Lire l'intégralité des 34 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)