Par  |  | 13 Commentaires

À l'occasion de la sortie de Divines le 31 août 2016, Mélissa a rencontré sa réalisatrice Houda Benyamina et Oulaya Amamra, qui tient le rôle principal.

Divines est nommé dans la catégorie du meilleur film, du meilleur premier film, du meilleur espoir féminin, de la meilleure actrice dans un second rôle, du meilleur scénario, du meilleur montage et de la meilleure réalisation aux César 2017 ! La 42e cérémonie se tiendra le vendredi 24 février à 21h et sera diffusée en clair sur CANAL+.

— Article initialement publié le 30 août 2016

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d’un partenariat avec Divines.
Conformément à notre Manifeste, on y a dit ce qu’on voulait.

Cette année au Festival de Cannes, le premier long-métrage de Houda Benyamina, Divines, a obtenu le prix de la Caméra d’Or.

Ovationné pendant dix minutes par le public de la Quinzaine des réalisateurs, Divines a été une révélation de taille. Bouleversant, brillant, il suit Dounia, 15 ans, dans sa quête d’émancipation et de « money, money, money ». Elle va ainsi quitter son BEP accueil pour travailler pour une dealeuse, entraînant sa meilleure amie dans ses combats.

Nous avons rencontré Houda Benyamina et sa soeur Oulaya Amamra, qui tient (brillamment) le rôle principal de Dounia. On leur prédit un bel avenir !

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Melissa

Mélissa fait les témoignages, mais ce n’est pas elle qui vit toutes les histoires qu’elle raconte – et heureusement parce que sa vie serait un peu compliquée ! Elle aime les pois et s’empiffrer de Kinder en sirotant son thé.


Tous ses articles

Commentaires
  • Eclise
    Eclise, Le 8 septembre 2016 à 12h43

    @Mrs Sulu c'est n'observer les révoltes que par le prisme de la violence. C'est comme pour les manifs contre le la Loi Travail, quand les médias choisissent de parler surtout des casseurs. Ou un peu différemment pour les mouvements de grève, quand on va interviewer en priorité les usagers des transports, qu'on met en scène les manifestants uniquement sous le prisme de la gêne ou des dégâts qu'ils font, jamais dans le contexte de violence social qui appelle ces rapports de force.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!