Psychanalyse de la demi-chaussette

Aujourd'hui, Maïa se penche sur cet accessoire mode très étrange : la demi-chaussette en dentelle.

Psychanalyse de la demi-chaussette

La Science a beaucoup analysé la chaussette. Vous connaissez toutes sa propension à disparaître dans le lave-linge ou carrément dans le tiroir, vous avez admiré son acharnement à refuser de fonctionner par paire, vous avez trouvé formidable sa capacité à prendre la couleur d’autres vêtements pour rester ghetto (et trouver une indépendance hors de la fameuse paire). La chaussette, c’est le chaton de la penderie : un truc petit, doux, et qui fait des conneries.

Mais voici venue la demi-chaussette. Ce petit bout de dentelle ne couvre que les orteils, accompagnant ainsi le déferlement actuel de la lingerie de pied. Sauf que la chose qui saute aux yeux quand on regarde ces images, c’est « pourquoi ».

Non mais sérieusement. Pourquoi. Comme on le constate, la demi-chaussette stimule la curiosité, à travers elle c’est un champ entier d’analyse qui se libère. La Science trouvera les réponses mais nous pouvons déjà, ensemble, ouvrir quelques pistes de réflexion. POURQUOI LA DEMI-CHAUSSETTE.

Hypothèse 1

La demi-chaussette s’inscrit logiquement dans l’obsession de l’industrie cosmétique à trouver de nouveaux moyens de développer nos insécurités. Après le cheveu blanc, la fesse molle et le simple fait d’avoir des aisselles, c’est au tour de nos orteils de devenir des appendices dégueulasses destinés à être cachés à tout prix sous peine de vulgarité. Bien sûr, si tel était réellement le cas, il suffirait de porter des bottes en caoutchouc ou des pompes bien couvrantes. Sauf que ça serait trop simple. Non, la demi-chaussette nous renforce dans une douce schizophrénie qui veut qu’on porte des chaussures très ouvertes, parce que c’est joli, pour aussitôt couvrir nos pieds, parce qu’eux sont moches. Facile. Oh, et du coup, faisons preuve de vigilance. Si les orteils deviennent sales, ça devrait bientôt être la même chose pour les doigts de la main… l’an prochain dans les défilés, des mitaines inversées ?

Hypothèse 2

La demi-chaussette sert à réprimer l’érotisme du pied. Parce que la naissance des orteils, c’est déjà une fente de visible – voire plusieurs. Quand les hommes regardent vos pieds, ils regardent en fait votre vulve. Par conséquent, sortir sans demi-chaussette, c’est comme ne pas porter de culotte. A ce titre, on se demande pourquoi la prévention contre le viol ne passe pas par l’interdiction absolue des tongs. Et puis cette dentelle ! Clairement, on se situe dans un jeu de voilé-dévoilé qui constitue la base même de l’érotisme.

Hypothèse 3

La demi-chaussette sert à établir de nouveaux standards d’inconfort pour nous les femmes. Je ne sais pas pour vous mais personnellement, quand je regarde les photos de demi-chaussettes, je ne pense qu’à une seule chose : au bout de combien de secondes ce machin va-t-il rouler au fond des chaussures (et au bout de combien de lavages l’élastique sera totalement distendu). Si on ajoute à la demi-chaussette le talon-aiguille qui va bien, ça donne deux excellentes raisons de rester assise. Voire, de rester à la maison. Les Talibans sont sans doute déjà fan du concept : génial, des femmes occidentales prêtes à payer pour entraver leur capacité de déplacement ! Tournée de lait de chèvre pour tout le monde !

Dans l’incertitude face à ces différentes hypothèses, nous attendons bien sûr le retour des premières utilisatrices. La question c’est : qui se dévoue ? Parce qu’à quasiment 25 dollars le morceau de dentelle, l’hypothèse 4 pourrait bien être : la demi-chaussette cherche à battre le record de prix par cm2 de dentelle…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ithurielle
    Ithurielle, Le 13 octobre 2011 à 18h23

    Alors que porter de l'imprimé léopard et des leggings en guise de pantalon, c'est tellement plus normal.

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)