Josée l’Obsédée et le coup du dragon

Par  |  | 15 Commentaires

Josée l'Obsédée, parfois, aime bercer ses ébats d'un peu de musique. Mais elle ne se doutait pas de la fourberie du mode aléatoire. Et ainsi venu le coup du dragon.

Josée l’Obsédée et le coup du dragon

— Publié le 11 septembre 2012

Josée l’Obsédée vous avait manqué ? Ne craignez rien, mes douces : dans le monde merveilleux du sexe, les aventures ne s’arrêtent jamais. Laissez-moi donc vous raconter un de mes moments WTF au lit, plein d’inattendus et de technologie foireuses. Le coup du dragon.

J’étais chez mon José du moment, nonchalamment avachie alanguie dans ses bras sur le canapé, sirotant du vin rouge un lait-fraise avec toute ma grâce naturelle. Mon fougueux amant ayant lancé l’intégralité de son iTunes en aléatoire, c’est tout naturellement que nous commençâmes à nous rouler des grosses pelles susurrer des mots doux, promesses d’éternité et autres serments immortels, comme tout couple de vingtenaires le fait chaque dimanche après-midi.

Les choses se passant plutôt bien, et n’étant pas avare de caresses, je sentis croître son désir (ne me jalousez pas pour la qualité de ce texte : j’ai une formation en romans Harlequin, ça s’apprend, que voulez-vous) et décidai derechef de donner quelques leçons de french kiss à sa fière virilité (pour celles du fond qui ne suivent pas, je parle de fellation, là, concentrez-vous un peu), ce qui ne sembla lui poser aucun problème. Je m’appliquai donc à cette plaisante tâche avec autant de bonne volonté que d’habitude, et jusque là, rien n’aurait pu m’annoncer les surprises à venir.

Silence, ça tourne, action pour le coup du dragon

Avant de continuer, il vous faut apprendre quelque chose sur le bel étalon qui partageait alors mes nuits : en plus d’être doté d’un très gros rondin, il était extrêmement silencieux en toute circonstance, au lit.

Ayant depuis longtemps abandonné l’habitude de tendre l’oreille au maximum pour saisir le gémissement qui m’encouragerait (et qui n’arrivait jamais), je m’étais accommodée de ce calme relatif. Quel rapport, me dites-vous ? Ah, la perte de la mémoire courte fait des ravages… souvenez-vous : l’iTunes tournait en aléatoire. Tout pouvait arriver.

Et, effectivement, l’impensable arriva. Tandis que je m’affairais, cette saleté de logiciel décida, de son propre chef, de passer d’une Nocturne de Chopin à…

Petite Marie. Francis Cabrel. FRANCIS. CABREL.

Et sans aucun bruit parasite pour masquer l’accent chantant de Francis, croyez-moi : il est très très difficile de rester concentrée – et sérieuse – lorsqu’on pratique le sexe buccal en écoutant Petite Marie. Monsieur, lui, tout à son plaisir, n’avait même pas remarqué ce qu’il se passait, et fort heureusement, mes gloussements contenus ne le dérangèrent pas (j’avais si peur d’éclater de rire et de lui faire mal avec mes dents – mais ceci est une autre histoire). Je réussis donc, bon an mal an, à garder profil bas – c’est le cas de le dire, au vu de la position dans laquelle je me trouvais – et à garder le rythme efficace qui allait très bientôt porter mon jeune amant jusqu’à l’apogée du plaisir.

Le coup du dragon : on ne l’invente pas

Qui aurait pu prévoir l’imprévisible ? Qui aurait pu savoir que le diabolique logiciel d’Apple, loin d’en avoir fini, me réservait une nouvelle surprise ? Personne, c’est sûr. Laissant derrière moi Francis Cabrel et sa Petite Marie, c’est avec soulagement et entrain que je continuai ma charmante besogne, José approchant rapidement de l’orgasme. Et lorsqu’il l’atteignit, c’est avec ferveur et joie qu’iTunes décida de me porter le coup de grâce.

Georges Brassens, Auprrrrrrrès de mon arrrrrbrrrrre. Croyez-moi sur parole, car ça ne s’invente pas.

Et que fis-je, alors que mon doux amant s’abandonnait sur mon palais ? Que croyez-vous que je fis ?

J’éclatai de rire.

Et savez-vous ce qu’il se passe, lorsqu’on éclate de rire avec la tête penchée, et un liquide plein la bouche ?

Ça remonte par le nez. Eh oui. Le coup du dragon. 

Je vous laisse imaginer la scène, mes chères – je vais me noyer dans un bain de honte et de gloussements. Je suis ravie d’avoir partagé ce souvenir avec vous. (Ma bonne amie Sophie-Pierre Pernaut m’apprend que ce que j’ai fait porte un doux nom : « le coup du dragon« . Je me coucherai moins bête.)

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Josée L'Obsédée

Josée l’Obsédée n’est pas qu’une personne (sinon, elle aurait eu 17 premières fois et 6 sodomies ratées, ce qui fait beaucoup pour un seul corps). C’est la plume des madmoiZelles voulant nous parler de leurs plus folles histoires au lit…

…et au fait, peut-être es-tu toi aussi une Josée l’Obsédée dans l’âme ? Si oui viens témoigner !


Tous ses articles

Commentaires
Forum (15) Facebook ()
  • Amyrocks88
    Amyrocks88, Le 30 décembre 2012 à 20h09

    Génialiiiiisssime :d

    je veux pas faire ma gnagnagna mais je reçois jamais cette chose là dans ma bouche .. en lisant ça je pense que du coup ça risque encore moins d'arriver.
    Mais lol le mode aléatoire.

    Lors d un débat assez chaotique vu mon état d'ébriété, mon cerveau a quand même pensé a mettre de la musique mais vu justement cette peur de l aleatoire j'ai mis en boucle la meme chanson... pas mieux

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!