Bestiaire masculin

Au commencement fut Ingrat. Il n’était ni particulièrement beau, ni particulièrement charismatique, ni particulièrement aimé. Enfin il y avait au moins une personne. J’ai collectionné les informations sur Ingrat : sa date de naissance, le numéro de sa rue, le travail de sa mère, le nom de son chien. Tous ces petits fragments de vie […]

Bestiaire masculin

Au commencement fut Ingrat.

Il n’était ni particulièrement beau, ni particulièrement charismatique, ni particulièrement aimé. Enfin il y avait au moins une personne. J’ai collectionné les informations sur Ingrat : sa date de naissance, le numéro de sa rue, le travail de sa mère, le nom de son chien. Tous ces petits fragments de vie me paraissaient comme un trésor que je devais reconstituer. Toute ma vie de collégienne ne fut que pour Ingrat. Son sourire me donnait envie de me lever le matin.

Malheureusement Ingrat n’aimait que ses cartes Magic. Quelques semaines après la fin du lycée j’ai reçus un SMS de sa part me disant en substance, qu’il s’était fourvoyé et que nous devrions être ensemble depuis 6 ans. Il était bien sûr trop tard, et son message bien trop poli pour être honnête. Fairplay, je lui propose un café. Ingrat n’a jamais rappelé.

Vint ensuite Gentil-mais-pas-fiable.

Le genre de garçon que l’on ne remarque pas tout de suite, mais qui sent bon, qui possède de jolis yeux, de jolis cheveux, un beau sourire, et de très gros sweats dans lesquels on irait bien se faire câliner.

Gentil-mais-pas-fiable se disait mon ami, bien que nous nous parlions plus sur le net qu’au lycée et qu’il me trouvait tellement amicale qu’il n’a jamais voulu faire de moi sa promise. Malheureusement, Gentil-mais-pas-fiable avait un meilleur ami qui n’appréciait sans doute pas que l’on regarde autre que lui. Il s’est arrangé pour me faire tomber en disgrâce, je ne sais comment. Un jour Gentil-mais-pas-fiable a cessé de me dire bonjour. Je lui souhaite néanmoins son anniversaire chaque année pour opposer à son absence de courage, une fidélité amicale bien opiniâtre.

C’est alors qu’entre en scène Manipulateur.

J’ai rencontré Manipulateur sur le net mais ne l’ai jamais vu en vrai. Il s’est contenté de me faire croire qu’il était fou amoureux de moi à plusieurs reprises, et à cesser tout contact dès que des plans étaient mis en œuvre pour que je le rencontre. Je savais qu’il me manipulait, mais il le valait bien.

Grâce à Manipulateur j’ai appris l’art d’insulter une boite vocale. Malgré tout, il semble être affecté par son propre comportement, je garde une sorte de tendresse méfiante à son égard. J’ai droit à un texto par an, je ne me plains pas !

Dans le même temps, j’ai rencontré Immature

Immature parlait beaucoup au téléphone, beaucoup moins quand j’étais en face de lui. Immature était un petit con qui courait les filles, se faisait des expériences, était assez peu courageux, excessif, complètement paumé. C’était le type "cool" par excellence. Belle petite gueule, bon petit style, amis tout aussi beaux gosses. Même si nos caractères antagonistes n’ont pas fait bon ménage longtemps, je me demande toujours ce qu’Immature m’a trouvé. Aujourd’hui, Immature persiste à avoir un comportement puérile voire dangereux. Nous ne nous fréquentons plus que occasionnellement.

Plus tard, Il y a eu Erreur. Je ne veux pas en parler. Mais je me demande encore si on peut réellement embrasser aussi mal.

Puis vint Mutique.

Pendant les premiers jours, je me suis battue pour lui faire aligner plus de trois mots. J’étais attirée par ses cheveux mousseux, son air faussement timide et le halo de mystère autour de lui. Il était tout bonnement magnifique ! Mutique n’est plus si mutique une fois apprivoisé, mais il a parfois des phases de silence insupportable. D’un coup (et on ne sait pas pourquoi) les vannes s’ouvrent et Mutique parle sans plus s’arrêter. C’est un artiste, il faut l’excuser !

Finalement agacé, je l’ai quitté puis je suis revenue, à sa demande, à plusieurs reprises. Aujourd’hui encore dès qu’il est à nouveau célibataire, il me revient, éphémèrement.

J’ai rencontré Protecteur au même moment que Mutique.

Disons que si Protecteur avait été plus entreprenant, peut être que Mutique ne serait jamais arrivé dans ma vie. Protecteur était tranquille, calme et posé. Il parle peu, mais il dit des choses censées et est doté d’un sacré sens de l’humour. Il m’écoute vider mon sac sans broncher. Il est toujours dans les parages quand j’ai besoin de lui.

Un jour Protecteur m’a consolée après une dispute avec Mutique. Ce dernier s’est pointé, et s’est tout bonnement fait…envoyé chier par Protecteur, ce qui lui a valu mon éternelle gratitude.

Protecteur a mis deux ans pour avouer avoir eu un jour envie de m’embrasser, et n’a pas profité d’une nuit, à la belle étoile, que nous avons passé dans une assez étroite proximité. Je le charrie souvent à ce sujet, mais je pense malgré tout qu’il faudrait plus de garçons dans son genre.

Le suivant fut Tête-Bien-Pleine. Après Ingrat certainement une des histoire les plus passionnelles (et platonique) que j’ai eu.

Tête-Bien-Pleine est l’ami d’une amie. Il est spirituel, plus âgé que moi, a de la conversation et partage ce même goût pour l’humour absurde. Quelle surprise, Tête-Bien-Pleine est un intello. Il m’a tout de suite plu, à se prendre la tête pour un rien, à argumenter avec passion pour si peu. Tête-Bien-Pleine n’a pas grand chose d’un playboy, mais il suffit de s’asseoir devant lui pour prendre la mesure de son charme ravageur (et accessoirement, de baver sur la table).

Au début, Tête-Bien-Pleine m’a carrément draguée, mais refuse toujours de l’admettre. Au fil du temps je suis devenue sa meilleure amie, puis, dans la foulée il a décidé de partir faire ses études à l’autre bout du monde (comprendre en Australie). Aujourd’hui, je le vois deux fois par an, et Tête-Bien-Pleine continue sournoisement à me faire un effet boeuf avec ses manières ambiguës. « Je l’aurais un jour, je l’aurais !!! »

C’est alors qu’entre en scène Étouffant.

J’ai été dans le même lyçée qu’Étouffant mais je ne l’ai rencontré qu’après. Étouffant m’a ouvertement draguée. J’étais célibataire, un chouilla désespérée et il m’a plu. J’ai sauté sur l’occasion ! Mais devinez quoi ? Étouffant avait du mal à me laisser respirer. Tel le « Boa Constrictor », il nous fallait environ douze heures pour parcourir 500 mètres, Étouffant avait cette drôle de manie de vouloir m’embrasser tout les trois pas. Moi qui suis facilement effarouchable, j’ai pris la tangente !

C’est encore aujourd’hui un très bon ami, qui n’est pas le moins du monde envahissant.

Enfin, il y eut Décevant-mais-Attachant

Un garçon, bien sous tout rapport, qui était à ma grande surprise (et également mon grand effroi) éperdument amoureux de moi dès les premiers jours. Mon premier réflexe fut bien sûr de l’éviter avec application. Mais sa détermination a fini par me faire flancher… trop tard !

Ce garçon bien sous tout rapport avait disparu au profit de Décevant-mais-Attachant. Un soupirant très peu fiable, visiblement plus intéressé par la couleur de ma petite culotte – ou devrais-je plutôt dire à la couleur de tout les dessous de créatures possédant un vagin – que par mon incroyable personnalité.

Malgré tout j’entretiens avec Décevant-mais-Attachant une étonnante complicité basée sur une très bonne connaissance mutuelle et sur le fait que nous avons franchi la barrière de la séduction. Je regrette seulement de ne pas être tombée dans le panneau plus tôt.

Aujourd’hui, je commence tout juste a parler avec Parfait.

Ce nom est provisoire, bien sûr. Il a été, temporairement, celui de tous les précédents. Mais que voulez-vous ? Parfait est incroyablement imparfaitement parfait. Il est mignon, propre sur lui, réservé, semble gentil et travailleur. J’aime sa voix, ses yeux, ses cheveux, son sourire et si je n’avais pas un méchant rhume j’aimerais sans doute son odeur. Il n’est pas trop ceci, pas trop cela, il est juste parfait !

Mais qui sait le nom qu’il portera plus tard ? Affaire à suivre…

En attendant, j’ai une pensée émue, pour Coureur, Racaille-mais-pas-trop, Inculte, Agressif, Sensible-mais-qui-le-cache-trop-bien, Dandy, Égocentrique, Homo-mais-en-fait-non, Étranger-et-bon-danseur, Toxicomane, Lubrique et A-la-Masse.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Éclect*que
    Éclect*que, Le 10 novembre 2008 à 20h38

    Excellent billet
    Apres une journee epuisante dont six heures devant un ordi a ecouter une prof s'ecouter parler c'est du bonheur... Sans compter que jm'y retrouve un peu!
    Merci de m'avoir fait sourire!!

Aller sur le forum pour lire le seul commentaire

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)