L’art épidermique d’Ariana Page Russell

Découverte des étranges œuvres d'une artiste qui utilise sa peau comme toile de fond.

Ariana Page Russell est une artiste new-yorkaise qui souffre d’un trouble appelé dermographie. Cette forme particulière d’urticaire rend sa peau hypersensible et augmente la production d’une substance, l’histamine, ce qui aboutit à un phénomène étonnant (et indolore) : dès qu’elle passe son doigt, un stylet ou tout autre objet sur son épiderme, le tracé devient une ligne rouge, puis blanche, en léger relief (un peu comme une griffure en voie de guérison), qui s’estompe après une trentaine de minutes.

Ariana a utilisé cet aspect de son corps pour en faire des œuvres d’art : des dessins, motifs ou mots tracés sur sa peau, puis photographiés avant qu’ils ne disparaissent. Sur son site Web, elle en parle en ces termes :

« Nous avons, à un certain degré, le contrôle sur la façon dont nous nous montrons, sur ce que nous révélons, mais des émotions et des aspects de notre personnalité filtrent malgré tout. C’est ce qui nous rend humains. […] Je porte cette vulnérabilité comme une peinture de guerre.« 

Ariana Page Russell a bénéficié de plusieurs expositions dans des galeries américaines, et collabore également avec des magazines aux États-Unis ainsi qu’en Asie du Sud-Est.

– via Golem13

Big up
Viens apporter ta pierre aux 26 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Fleur Delacour
    Fleur Delacour, Le 14 août 2014 à 16h40

    Un de mes amis à ça, c'est assez impressionnant de voir comment un simple grattage donne des dessins qui vont rester pendant un certain temps sur sa peau.

Lire l'intégralité des 26 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)