Amoureuse de son copain, mais de quoi d’autre encore ?

Un des aspects les plus chouettes d’une relation amoureuse, à égalité avec les soirées pizza et les siestes de douze heures, c’est de se faire embarquer dans un nouvel univers. Un petit ami, c’est une pochette-surprise : vous pensez chérir juste un être humain avec deux bras, deux jambes et une tête bien faite, mais […]

Amoureuse de son copain, mais de quoi d’autre encore ?

Un des aspects les plus chouettes d’une relation amoureuse, à égalité avec les soirées pizza et les siestes de douze heures, c’est de se faire embarquer dans un nouvel univers. Un petit ami, c’est une pochette-surprise : vous pensez chérir juste un être humain avec deux bras, deux jambes et une tête bien faite, mais en réalité vous signez aussi pour un passé, un futur, un entourage, un milieu social… Autant de raisons de re-tomber amoureuse. De ses périphériques.

>Tomber amoureuse… de son appartement.
J’ai eu un petit ami qui vivait place Saint-Michel à Paris, en face de la station de RER rejoignant ma banlieue nulle. Laissez-moi vous dire que c’était un argument de poids : on va chez toi ou on va chez toi ? Je suis aussi tombée amoureuse de la connexion amoureuse de mon ex allemand qui me permettait de bosser avec vue sur Berlin. Et là je suis amoureuse de la cave du deux-pièces le plus mignon du monde à Copenhague où je peux ranger mes 30 paires de chaussures non-marchables.

> Tomber amoureuse… de son chat.
C’était le genre d’ex dont on oublie le nom au bout de trois semaines. Mais son chat. SON CHAT. Une boule de poils allergènes à haut potentiel d’amour, ronronnante, joueuse, gourmande. Jamais je ne t’oublierai, Croquette. Tu resteras la reine incontestée des chats de mes copains : on le sait, que je venais uniquement pour te voir, et que la vraie histoire d’amour était entre nous. Un jour Croquette, je viendrai te chercher, je t’enlèverai à ce type inconsistant, et on ira ensemble se câliner à Ibiza

> Tomber amoureuse… de ses parents.
Avant : tu flippes de les rencontrer et de t’ennuyer ferme à faire des sudokus en douce sous la table pendant la réunion de famille du dimanche. Après : tu planifies tes prochaines vacances avec sa mère tout en vidant les bouteilles du père et en rigolant aux histoires du papi. A un moment, il est minuit. La vraie famille est partie depuis longtemps, mais toi tu voudrais bien rester dormir sur le canapé. Quoi, il faut vraiment partir ? Bon mais on reviendra alors, hein ?

> Tomber amoureuse… de sa X-box.
J’ai décidé de ne plus avoir de jeux vidéo chez moi, pour mieux bosser. Du coup… j’offre systématiquement des consoles à mes copains. Oui, c’est nul, mais régler ses conflits à Street Fighter 4 permet de calmer tout le monde – d’autant que je suis sûre de gagner.

> Tomber amoureuse… de ses potes.
Il n’avait pas trop envie de me les présenter, en mode “protection des données privées”. Mais forcément on finit par se croiser, y compris la fameuse bande “soirées entre mecs”, et ils n’ont pas tardé à lâcher le morceau – les souvenirs honteux, les photos dossier, les nuits à vomi. Maintenant que je sais tout, j’ai le droit de venir. Et de vomir.

> Tomber amoureuse… de son compte bancaire.
Ne faisons pas nos pudiques : ça peut être agréable de se faire chouchouter. Sans mes copains, je voyagerais cheap dans des hôtels pourris (et je m’en ficherais pas mal), mais puisque les deux derniers boyfriends ne pouvaient concevoir nos escapades qu’en première classe… ce n’aurait pas été sympa de gâcher leur plaisir. Je suis comme ça, moi, le coeur sur la main ! D’ailleurs sous la torture, je peux aussi me sacrifier à engloutir les petits-déj king size des palaces, tout en passant deux heures dans le jacuzzi.

> Tomber amoureuse… de sa voiture.
Je ne jure que par le vélo et les transports en commun parce que c’est écolo. Je n’ai jamais été aussi heureuse que quand cet ex venait me chercher à la gare dans son énorme bagnole avec sièges chauffants. Vous pouvez taper.

> Tomber amoureuse… de son boulot.
Depuis huit ans, je ne fréquente que des garçons obligés de faire des voyages. Je traduis : on leur défraie les dîners et la chambre d’hôtel, donc si je paye mon transport, je passe des vacances quasi-gratuites. C’est comme ça que j’ai visité la Floride, Israël, New York et un nombre incalculable de petits villages allemands. Ma vie est trop dure.

Si vous avez d’autres exemples, je suis curieuse de lire ça… Je n’ai jamais été amoureuse des fringues d’un mec parce qu’ils étaient tous trop grands pour moi, mais je suis sûre que ça existe ! Et aussi, amoureuse de ses études, de sa cuisine, de sa région d’origine, de son ordinateur, de sa baignoire… Le choix est vaste !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 18 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eternity-
    Eternity-, Le 12 juillet 2011 à 5h04

    De ses amis, qui sont désormais ma bande de potes aussi <3

    De son pc et ses jeux vidéos :lunette:

    De sa pisciiiiiiiiine et sa grande maison :bave:

    De ses capacités au lycée, il me donnait des cours particuliers de maths et de physique cette année :cretin:

    (Mon post fait profiteuse mais je ne le suis pas hein!)

Lire l'intégralité des 18 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)