24h en gaine, le défi

Doit-on laisser la gaine dans le tiroir de mamie ? Annelise a testé cette culotte du diable pour voir comment ça fait. Un défi de 24 heures chrono pour maîtriser le mou qui est en elle.

24h en gaine, le défi

Je vous l’ai déjà raconté, j’ai un gros complexe : le ventre. Mon ventre je le trimballe 24h/24 sur moi et parfois, j’avoue, je ne trouve pas ça très harmonieux. Je n’ai pas envie de maigrir mais souvent, une fringue moulante avec un bidou qui dépasse, c’est pas du meilleur goût. Comme j’ai toujours peur que quelqu’un me demande si je suis enceinte, j’ai essayé de traiter le mal par le mal avec une gaine. Ouais ouais, la culotte qui fait tout rentrer dans ton dedans.

Enfer du sous-vêtement

La gaine, souvent, ça vous évoque juste mamie en Damart ou William Carnimolla dans l’émission Belle tout nue. Depuis plusieurs saisons, Willy nous sort la culotte ventre plat comme le Graal de la silhouette. Certaines s’en offusquent, comme si l’émission ne voulait que cacher le gras, mais de mon côté j’ai décidé de voir le côté positif de la chose : cacher, non. Une gaine ne me rabotera jamais le ventre. Porter un vêtement qui, d’ordinaire, ne me va pas du tout ? Là oui, ça fait bien plaisir. Je vois cet outil comme le moyen de se faire plaisir, comme porter un push-up quand on a une petite poitrine et le décolleté d’une robe qui bâille un peu. Bref, pour moi la gaine, c’est un sous-vêtement qui fait du bien au moral.

Très vite, quand tu cherches un « sous-vêtement gainant », tu te retrouves dans un rayon étrange où toutes les formes existent. Tu peux retrouver des shorts qui vont approximativement des genoux jusqu’en dessous des seins, des slips qui englobent tes fesses mais aussi sans doute une partie de l’Allemagne ou encore des culottes ventre plat taille 52 dans lesquelles une personne qui fait du 36 aurait du mal à rentrer. Pour les tissus, c’est pareil : alvéolé, noir, blanc, couleur chair… et les fameux tissus « qui font maigrir sans rien faire de ta journée ». Non non, je ne veux toujours pas maigrir et j’assume bien mes bourrelets, je veux juste que ça fasse plus harmonieux sous ma robe. Rangez votre caféine encapsulée dans le tissu !

Enfilage de slop

Ça y est, quelques euros plus tard j’ai ma culotte géante qui me promet quelques faux abdos. Je n’ai clairement pas pris ma vraie taille (du 38), de peur de mourir dans d’atroces souffrances et de faire rapidos une descente d’organes.

Une fois enfilée, je me sens d’un coup très fière dans la glace : j’ai toujours mes courbes, mais c’est effectivement plus harmonieux et c’est ce que je cherchais. Premier problème : je ne resterais pas 12 heures sans aller aux toilettes. Mon organisme refuse catégoriquement d’étirer ma vessie à son maximum. Au bout de deux heures je capitule : faire pipi, je dois. Ça n’est pas une mince affaire : une fois ma gaine retirée, je sens que mon ventre n’a pas envie de retourner au turbin. Je me sens comme Ross de Friends lorsqu’il ne peut plus remettre son pantalon en cuir. Je rentre, je serre les fesses et hop : ni vu ni connu je l’enfile.

Chargement du lecteur...

Annelise 1 – Gaine 0

L’heure du repas

Si aller aux toilettes était compliqué, cela devient du véritable pipi de caneton face à l’activité qui consiste à faire un simple repas. Mon ventre, en plus de prendre beaucoup de place, possède cette fabuleuse capacité à gonfler dès que j’avale quelque chose. Je le soupçonne d’être entièrement constitué de levure, mais soit. Face à mon repas, ma culotte magique va vite baisser les armes.

Première bouchée : tout va bien, je respire. Je ne me prive de rien, je ne suis pas du genre à faire un quelconque régime. Je suis ok, merci.
Fin de repas : pourquoi j’ai un alien dans le ventre ?? Qui veut sortir de mon gras ? Pourquoi la prolapse est-elle si proche ? Je ne réponds plus de rien et j‘ai envie de me découper la culotte avec les dents pour arrêter cette torture.

Je passe le reste de l’après-midi à m’interdire de boire du café ou de manger un quignon, sous peine que mon abdomen ne se transforme en bombe nucléaire. Respect des collègues.

Annelise 1 – Gaine 1

Fin de journée

Même si c’est pas encore les JO, je mérite bien une médaille pour l’épreuve que je viens de vivre. Vous voyez dans quel état rentrent les sportifs après une épreuve de marche à pied sur plusieurs dizaine de kilomètres ? Je ressemble à ça, sauf que j’ai l’impression d’en avoir fait 762, de kilomètres.

Dans le métro, je suis prête à déloger les petites vieilles et les poussettes pour pouvoir m’asseoir et pousser un râle de soulagement. Arrivée chez moi, j’arrache mon slip avec un air vainqueur, tel un Rocky post-combat.

Annelise 1 – Gaine 845

La gaine, les filles, c’est cool. Mais juste pour une soirée, pas pour toute la journée. William, dans ta prochaine émission, s’il te plaît, utilise la gaine avec modération.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 36 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Pantoufle
    Pantoufle, Le 1 août 2012 à 1h12

    Je suis forcée de porter des collants de contention, et je n'aime pas que ça me coupe le bourrelet, du coup en général je le remonte bien haut, et comme c'est très très serré (contention quoi), je pense que ça fait plus ou moins comme une gaine en moins haut. En fait je trouve ça plus agréable, sinon ça coupe le ventre, et j'ai l'impression que ça rend mes formes plus harmonieuses.

Lire l'intégralité des 36 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)