Live now
Live now
Masquer
une-valse-dans-les-allees-critique
Revues de films

Une Valse dans les allées, le théâtre optimiste des sentiments humains

16 août 2018
Kalindi est tombée amoureuse de Christian et de Marion, les héros tendres d’Une Valse dans les allées. Elle te parle de leur idylle, et un peu de leurs sourires aussi, dans un article qui t’incitera, elle l’espère, à filer découvrir son film coup de cœur.

En partenariat avec KMBO (notre manifeste)

J’ai découvert Franz Rogowski il y a quelques mois dans le joli Transit, film allemand sélectionné à la Berlinale. De lui, je ne connaissais que des sourires tendres. Ceux qu’il donnait aux journalistes en Interview.

Séduite par son romantisme abrupt, je voulais dévorer sa filmo. Quel bonheur de le retrouver dans Une Valse dans les allées, auquel il donne une dimension rêveuse !

Troisième long-métrage de Thomas Stuber, Une Valse dans les allées sort le 15 août, en pleine chaleur estivale, tout à fait à propos.

Une Valse dans les allées, de quoi ça parle ?

UNE VALSE DANS LES ALLEES - Bande annonce

Christian est un homme introverti et solitaire. Après avoir perdu son emploi sur un site de construction, il se dégote un nouveau job dans un supermarché. Là-bas, il rencontre Marion, qui a 10 ans de plus que lui.

Immédiatement, il tombe sous le charme.

Les instants passés à la machine à café les rapprochent à chaque fois un peu plus. Ici, pas de passion dévorante mais une tendresse presque immédiate.

Marion n’est pas la seule, bien sûr, à travailler dans le supermarché. Avec elle, il y a plusieurs employés qui vont également gagner la confiance et même le cœur de Christian.

Ensemble, ils forment une grande famille dont les sentiments subliment le quotidien de Christian, et même les rayons du magasin.

Qui aurait pu croire qu’autant de bonheur se cachait entre le lait et le beurre ?

Une Valse dans les allées, un casting précieux

valse-allees

As-tu vu Toni Erdmann, la bombe allemande de 2016 ? En compétition officielle au festival de Cannes, cette fiction signée Maren Ade était repartie avec le prix de la critique internationale en poche.

Une belle récompense pour un film qui avait immédiatement conquis le public. Personnellement, j’en étais fan après 10 minutes passées dans le cinéma.

La révélation de Toni Erdmann ? L’actrice Sandra Hüller, douce star d’Une Valse dans les allées.

Déjà édifiante dans ses précédents rôles, elle rayonne dans celui de Marion. C’est sur elle, et sur Christian bien sûr, que repose l’essentiel romantisme du film de Thomas Stuber.

En 2h, j’ai eu le temps de tomber amoureuse de chaque personnage. D’apprécier chaque sourire et d’adorer chaque regard.

Je suis sortie heureuse de cette projection prête à aimer tout le monde deux fois plus qu’avant, et surtout avec plus d’optimisme.

Une Valse dans les allées, sincère et authentique

valse-allees-4

Le cinéma aime souvent enfermer ses personnages dans des bureaux chics, des appartement cossus et des vêtements qui font pâlir d’envie les spectateurs.

Mais ici, pas de poudre aux yeux. Thomas Stuber pose son regard sur ceux que le cinéma oublie souvent : les vrais gens de la vraie vie. 

Dans un espace industriel, les petites mains travaillent la nuit à remplir les rayons de denrées alimentaires. On aurait pu avoir droit à un film austère, qui se contente de capturer l’apparente froideur des lieux…

Mais aucune froideur ici, juste de la chaleur humaine qui court les allées. De ces grandes structures industrielles nait quelque chose de beau, de presque attractif.

Tout peut arriver dans cet entrepôt : l’amour et les fêtes, le bonheur et la tristesse, et puis les grands drames aussi. Thomas Stuber a saisi les enjeux principaux de la vie, les a emprisonnés dans un entrepôt, sorte de petite boîte à vie. 

Ce supermarché tourne à lui seul comme un petit monde, auquel tu auras toi aussi envie d’appartenir dès le 15 août au cinéma.

À lire aussi : Mes 6 films français (récents) préférés, pour célébrer les César

Les Commentaires
1

Avatar de Eclaireur
13 août 2018 à 08h58
Eclaireur
Ca donne trop envie ! J'ai découvert Franz Rogowski dans Love Steaks et j'aime beaucoup son jeu
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

relation-mere-fille-compliquee-samhain
Cinéma

Samhain : les relations mère-fille abordées dans un film d’horreur glaçant

Oscar Staerman

08 déc 2022

Cinéma

Samhain : les relations mère-fille abordées dans un film d’horreur glaçant

Humanoid Native
ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4

La pop culture s'écrit au féminin