Ann Dowd (Aunt Lydia) explique The Handmaid’s Tale S03E08


Ann Dowd, incomparable interprète de la terrible Aunt Lydia, revient sur l'épisode 8 de la saison 3 de The Handmaid's Tale !

Ann Dowd (Aunt Lydia) explique The Handmaid’s Tale S03E08
Attention spoilers

Cet article va spoiler tout The Handmaid’s Tale jusqu’à l’épisode 8 de la saison 3.

Ça faisait si longtemps que je l’attendais, que des milliers de fans l’attendaient. The Handmaid’s Tale saison 3 nous a enfin donné un aperçu d’Aunt Lydia avant Gilead !

Que valait cet épisode, et qu’est-ce qu’Ann Dowd, qui incarne ce personnage si complexe, raconte sur le sujet ? Si tu veux le savoir, tu es au bon endroit.

The Handmaid’s Tale S03E08 : Unfit

Unfit, en français Inapte : c’est le titre de cet épisode puissant.

Je pourrais te causer de l’hallucinante séquence de fin, ou du grincement de dents que je commence à pousser chaque fois que June regarde la caméra d’un air vénère.

(Bah oui, ça fait 3 saisons qu’elle fait ça et que rien n’avance, boudiou !)

Mais je vais plutôt te parler du sujet qui t’intéresse probablement autant que moi : Aunt Lydia !

Aunt Lydia dans The Handmaid’s Tale S03E08

L’actrice Ann Dowd a reçu en 2017 le Emmy Award de la meilleure actrice dans un second rôle pour son personnage d’Aunt Lydia.

Elle avait déjà expliqué que selon elle, avant Gilead, la terrifiante matrone devait avoir été institutrice… et ça a été confirmé dans The Handmaid’s Tale S03E08 !

Lydia était en effet professeure des écoles, sa seconde carrière après avoir été avocate spécialisée en droit de la famille. Elle s’est reconvertie pour pouvoir « aider plus d’enfants ».

Sa volonté de sauver les plus jeunes, notamment dans un monde où la fertilité est en baisse drastique, était donc déjà présente. Sa foi aussi.

Tout comme sa part d’ombre… pour ne pas dire son vrai côté connasse.

Dans un épisode qui a clairement joué avec mes émotions, Lydia apparaît bienveillante, généreuse, pleine de charité toute chrétienne. La façon dont elle prend sous son aile la jeune mère Noelle et son gosse m’a touchée.

JUSQU’À CE QUE ! Lydia devienne Aunt Lydia… et punisse celle qui pensait être son amie, voire une membre de sa famille de cœur, en lui faisant perdre la garde de son fils.

Pourquoi Aunt Lydia vrille dans The Handmaid’s Tale

Je trouve que ce n’est pas très aisé de comprendre pourquoi Lydia passe de très gentille à extrême garce dans Unfit. Est-ce que c’est vraiment parce que le principal a refusé ses avances sexuelles ?

Ça me semble un peu gros de prendre un personnage féminin si unique et de la résumer à « Non mais elle est devenue méchante parce qu’un homme ne l’a pas désirée ».

Surtout avec sa phrase mystérieuse concernant son ex-mari, qui était « une erreur »… Le rapport aux hommes de Lydia semble complexe et ce n’est pas vraiment étonnant.

Aunt Lydia, la religion, et sa sexualité

À mon sens, si Lydia décide de « punir » Noelle en lui faisant perdre la garde de son fils, ce n’est pas parce qu’elle n’a pas eu le coup de bite qu’elle espérait (appelons un chat un chat, hein).

C’est parce que son rapport à sa sexualité est profondément teinté de culpabilité, issue de sa foi et de la société de plus en plus patriarcale dans laquelle elle évolue.

Culpabilité qu’elle transfère directement sur celle qui lui a conseillé de donner sa chance à l’amour : Noelle.

Ann Dowd parle d’Aunt Lydia dans The Handmaid’s Tale

Ann Dowd est plutôt d’accord avec moi, comme elle l’explique à The Wrap :

« Je salue ce choix des auteurs […] celui de partager ce niveau de honte, d’humiliation — pas la genèse, parce que ça a dû commencer dans son enfance…

J’adore cette entrée dans son histoire personnelle.

Ça montre le pouvoir de la honte, et à quel point la honte peut faire dérailler une vie. À quel point, de façon inconsciente, la honte peut prendre les rênes, sans même que Lydia ne s’en rende compte […]

C’est parce que Noelle l’a encouragée qu’elle décide de rencontrer le principal dans ce contexte dont elle se tient d’habitude éloignée.

Alors quand ça échoue […] elle ne ressent que de la honte. Elle ne se rend pas compte qu’elle fait porter le chapeau à Noelle, et désire la punir. »

Aunt Lydia reste le meilleur personnage

Cet épisode m’a confortée dans mon opinion : Aunt Lydia est le personnage le plus intéressant de The Handmaid’s Tale.

Bien sûr que je la hais d’être dans le camp de l’ennemi, de mutiler et torturer des femmes, de vivre une existence hypocrite (elle a le droit de lire et de boire son petit porto entre collègues, ELLE !)…

Et en même temps, j’ai parfois de l’empathie pour Aunt Lydia. Trop souvent à mon goût.

Tout le mérite en revient à l’écriture de la série, mais aussi et surtout à l’incroyable talent d’Ann Dowd qui sait jouer sur une corde délicate.

Mon autre personnage préféré, c’est l’énigmatique Commander Lawrence, le nouveau « propriétaire » de June dans cette saison. Et ça tombe bien car, toujours d’après The Wrap :

« Selon Dowd, la storyline de Lydia va être marquée, d’ici la fin de la saison, par sa « relation compliquée » avec June et son manque de confiance envers son Commander actuel, Joseph Lawrence. »

Eh bah J’AI HÂTE ! Pour rappel, The Handmaid’s Tale est diffusée en France sur OCS.

À lire aussi : La vérité sur les HORRIBLES « bijoux » de The Handmaid’s Tale saison 3

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

ClemBouBou

Bien sûr que je la hais d’être dans le camp de l’ennemi, de mutiler et torturer des femmes, de vivre une existence hypocrite (elle a le droit de lire et de boire son petit porto entre collègues, ELLE !)
Avec la religion, on s'arrange toujours...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!