Live now
Live now
Masquer
Couple allongé dans le lit
Conseils sexe

SOS Docteure Monboule : mon mec est plus « vanille » que moi au lit et je ne sais pas quoi faire

SOS Docteure Monboule, c’est le nouveau rendez-vous de Madmoizelle. Chaque semaine, notre spécialiste anonyme du cul vient à la rescousse de vos interrogations sexuelles et vous conseille avec humour !

Mais qui est Docteure Monboule ?

Docteure Monboule, c’est la personne à contacter quand vous avez des questions qui concernent la sexualité. Eh oui, Madmoizelle reprend du service pour vous accompagner dans vos tourments… du cul.

Vous vous posez des questions sur votre vie sexuelle ? Vous avez des envies ou des fantasmes, et vous ne savez pas comment en parler ou les réaliser ? Chaque semaine, Docteure Monboule vous aide à mettre le doigt sur ce qu’il vous faut (ou dedans, c’est comme vous préférez) !  

La promesse de cette consultation, c’est que vous en sortirez avec des conseils utiles, sans jugement ni injonction… Et des mauvais jeux de mots, parce que pourquoi s’en priver.  

Si vous avez des questions à poser à la docteure, écrivez-nous à drmonboule[at]madmoizelle.com avec l’objet « SOS Docteure Monboule »

« Chère Docteure Monboule,

Je me suis enlisée dans une sorte de mensonge, dont j’ai du mal à me sortir…

Voilà, je suis en couple avec mon mec depuis un an. Au début de notre relation, comme je voyais qu’il était plutôt “classique” côté cul, pour le mettre à l’aise, j’ai joué le jeu.

Mais après tous ces mois, je n’ai toujours pas osé lui dire que la sexualité vanille, ce n’est pas du tout mon truc ! Pire, je m’ennuie souvent au lit !

Comment lui dire que j’en ai ras le pompon du missionnaire à deux à l’heure et des mots doux susurrés au creux des oreilles et que j’aimerais qu’il me baise sauvagement en me claquant les fesses ? J’ai l’impression de jouer un rôle, j’ai peur que la vraie moi ne lui plaise pas… »

Alors, je tiens déjà à préciser que ce n’est pas parce que la sexualité dite « vanille » ne vous convient pas personnellement, qu’elle n’est pas valide ou qu’elle est ennuyante. Certains couples vivent très bien de missionnaires et d’eau fraîche !

Au nom de la libération sexuelle, de nouvelles injonctions à être actif et active sexuellement ont parfois remplacé les anciennes. L’exploration sexuelle et le plaisir sont parfois vus comme des passages obligés pour s’émanciper : on nous encourage à tout voir, tout tester, à posséder 50 sextoys et à en parler H24. C’est merveilleux pour celles et ceux que ça intéresse et que ça aide. Mais ce n’est pas la tasse de thé de tout le monde, et c’est très bien.

Mais là n’est pas la question : vous n’êtes visiblement pas vous-même au lit et ça ne peut pas continuer comme ça…

Si vous êtes plutôt kinky, que votre truc, c’est les bonnes fessées, la domination, ou, que sais-je, être attachée : il est fort à parier que les parties de jambes en l’air tranquilles avec votre partenaire doivent vous paraître bien pâles !

Il n’y a pas de raison pour continuer à souffrir ainsi… Le sexe avec votre mec, ça ne doit pas être une corvée à laquelle se plier pour lui faire plaisir. Voici mon ordonnance.

Prescription 1 : se poser les bonnes questions

C’est vraiment dommage que vous vous soyez sentie obligée de jouer un double-jeu et de ne pas être vous-même pour que votre partenaire vous accepte au lit. Mais ne vous blâmez pas trop vite.

Si vous n’avez pas pu le faire jusque là, peut-être est-ce parce que vous ne vous sentiez pas assez à l’aise avec lui ? Si niveau communication tout allait entre vous comme sur des roulettes, que vous ne vous sentiez pas jugée, il y a quand même de grandes chances pour que vous ayez abordé le sujet depuis le temps, non ?

Qu’en était-il avant cette relation ? Aviez-vous autant de difficultés à parler de ce que vous aimez au lit, ou est-ce la première fois que vous vous sentez obligée de mentir ? Si vous avez toujours procédé comme ça, peut-être faudrait-il vous demander pourquoi vous pensez que votre sexualité est trop honteuse pour être partagée avec la personne que vous voyez. Si c’est une première, cela signifie sûrement que quelque chose dans cette relation ne vous met pas en totale confiance pour être vous-même.

De bonnes questions à vous poser seraient :

  • Comment se sont passées les premières fois avec mon conjoint actuel ? A-t-il dit ou fait quelque chose qui m’a mise mal à l’aise ?
  • Qu’est-ce qui me fait penser qu’il est vanille ?
  • Qu’est ce qui me fait me dire qu’il n’accepterait pas ma sexualité ? A-t-il un discours culpabilisant ou jugeant sur certaines formes de sexualité ?
  • Comment je crois qu’il réagirait si je lui parlais de mes fantasmes et de ce que j’aime au lit ? Serait-ce irrémédiable ?
  • Est-ce que j’ai déjà essayé de lui en parler ? Quelle a été sa réaction ?

Et surtout, votre copain est-il vraiment vanille ou juste peu attentionné au lit ? Non, parce que s’il vous avait posé des questions sur ce que vous aimiez et s’il vous avait demandé des feedbacks, ça vous aurait laissé un peu de place pour que vous lâchiez au moins un bout du morceau…

D’ailleurs vous-même, l’avez-vous interrogé sur ses désirs et ses envies ? Si ça se trouve, il s’est également calqué sur ce qu’il croyait être ce que vous aimiez et vous voilà comme deux cons, en train de vivre une sexualité qui ne convient à personne !

Je m’emballe. Je ne jette de pierre à personne. Parler de ces choses peut être plus complexe pour certaines personnes que pour d’autre. Mais la communication est essentielle. Alors si ça vous rend malheureuse et vous n’arrivez pas à discuter de sexe entre vous, cela peut être une bonne idée de demander l’aide d’un ou d’une spécialiste, comme un ou une sexologue, par exemple.

Couple en confit

Prescription 2 : faire tomber le masque

Ce que vous traversez n’est peut-être pas seulement dû à ce que votre copain a pu directement ou indirectement projeter sur vous et vice-versa.

Les personnes à vulve sont souvent assignées, ou s’assignent toutes seules, à des carcans visant à, disons-le, ne pas passer pour des salopes. Spoiler alert : quoi qu’on fasse, on trouvera toujours un moyen pour nous dire que notre façon de vivre/nous déplacer/nous habiller/baiser n’est pas correcte. Vive le patriarcat.

Votre peur d’être rejetée par votre mec vient peut-être du fait qu’inconsciemment, vous avez intégré qu’avoir une sexualité dite hors-normes, ou qui sorte des schémas classiques, pour une femme, c’est mal. Alors évidemment, non, ce n’est pas le cas ! Chacun et chacune est libre de vivre la sexualité qu’il ou elle entend, tant qu’elle est consentie. Mais dans les faits, c’est parfois plus dur à avaler.

Peut-être votre conjoint a-t-il eu des propos qui vous ont fait penser qu’il n’accepterait pas telle ou telle attitude ou pratique chez une femme ? En d’autres termes, peut-être que vous avez flairé, sans vouloir l’admettre, que votre mec était un gros macho et que vous avez préféré faire l’autruche ?

Quoi qu’il en soit, il faut en avoir le coeur net. Je refuse que vous souffriez plus longtemps avec un partenaire incompatible sexuellement ET potentiellement sexiste !

En tout cas, le but n’est pas de simuler le restant de votre relation en pensant à des fouets et des chevauchées torrides tout en fixant le plafond !

Prescription 3 : mettre le sujet sur le tapis

C’est l’heure de mettre les pendules à l’heure. Pour ce faire, vous avez le choix :

  • Aborder le sujet de but en blanc… au risque de désarmer votre partenaire, qui, depuis un an, pense sûrement qu’il cartonne au lit alors que vous bayez aux corneilles. Pour faire passer a pilule, vous pouvez lui expliquer que vous pensiez bien faire en vous calquant sur ce qu’il aime, mais que ce mensonge vous ronge.
  • Le suggérer en lui montrant des pratiques qui vous plaisent, en remplissant des questionnaires coquins ensemble pour insinuer ce qui vous fait kiffer et découvrir s’il serait partant pour tester deux-trois trucs… Bref, aborder le sujet de manière subtile pour ouvrir la conversation !
  • Lui demander, en amont ou après le sexe : « est-ce que tu aimerais qu’on essaye ça ? », « j’ai bien aimé quand tu as fait ça, mais tu penses que tu pourrais tenter ça ? » — parfois, en abordant le sujet de manière un peu détournée, en parlant d’autres personnes, ça passe mieux. Tentez : « la dernière fois, j’ai entendu parler de telle pratique / j’ai vu telle position, ça m’intrigue. Ça te dirait de tenter ? »
  • Lui montrer pendant le sexe. Bon, attention au consentement hein : n’allez rien faire ou dire sans être sûre que votre partenaire est d’accord, surtout si, de base, vous vous demandez si les pratiques que vous aimez lui correspondent. Et puis, il pourrait se sentir pris sur le fait accompli et accepter sous la pression, et c’est pas cool. Pire, c’est de la contrainte et de la manipulation. Parlez des pratiques qui vous tentent avant tout. Mais une fois que c’est fait, sur le moment, vous pouvez glisser un « j’ai trop envie que tu me dises ça, ça te tente ? » ou un « j’aimerais trop que tu me donnes une fessée, t’en dis quoi ? », et restez attentive à sa réaction — sans insister, ni donner d’ordre… si ça n’a pas été convenu en amont.

Prescription 4 : écoutez-vous

S’il est vraiment vanille, ou qu’essayer autre chose ne le tente pas, vous n’allez pas le forcer, ni vous forcer à avoir une sexualité qui ne vous convient pas par amour ou peur de décevoir.

En tout cas, le but n’est pas de simuler le restant de votre relation en pensant à des fouets et des chevauchées torrides tout en fixant le plafond !

Si la situation vous fait trop souffrir, vous pouvez tenter de trouver un compromis en cherchant ce qui vous excite et qui reste dans sa zone de confort, envisager d’ouvrir votre couple pour vivre vos aventures ailleurs, ou bien… prendre les voiles vers une mer plus agitée.

Écrivez à Docteure Monboule

Vous avez besoin d’une consultation ? Écrivez à drmonboule[at]madmoizelle.com avec l’objet « SOS Docteure Monboule » !

À lire aussi : SOS Docteure Monboule : mon mec déteste être touché après le sexe, et ça m’attriste

Crédits photos : Ron Lach et Shvets Productions (Pexels)

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Conseils sexe

Conseils sexe
Toko de Shunga est un lubrifiant à base d'eau

Notre test du lubrifiant aromatisé Toko de Shunga : on en boufferait, alors ?

Conseils sexe
Une femme dans un lit prenant du CBD.

Le CBD a-t-il révolutionné ma sexualité ? J’ai testé pour vous l’alliance chanvre et galipettes

Pauline Ferrari

24 jan 2022

4
Conseils sexe
Notre test du gode ceinture Strap-on-Me

On a testé le gode-ceinture sans ceinture pour voir si le futur vaut le coup

Conseils sexe
plan-cul-pure-application
Sponsorisé

5 conseils pour vivre votre meilleure vie avec votre plan cul

Conseils sexe
Notre test du Pure Pleasure, le lubrifiant vegan d'Amorélie

Notre test du Pure Pleasure, le lubrifiant vegan d’Amorélie qui sert aussi pour les massages

Conseils sexe
Couple dans un lit

SOS Docteure Monboule : au lit, je reste mutique et ce silence devient pesant

Conseils sexe
Lubrifiant Love & Care

Notre test du lubrifiant naturel Love & Care : simple, naturel et vegan !

Conseils sexe
Couple de femmes devant un miroir

SOS Docteure Monboule : mon amante a le même prénom que moi et ça me perturbe un max

Guide d'achat
Sextoys pour clitoris

Le top des sextoys clitoridiens pour vibrer jusqu’au bout de la nuit

Conseils sexe
Boules de geisha rose er bleues

Comment marchent les boules de geisha, faut-il les prendre avec ou sans fil, peut-on les perdre, TANT DE QUESTIONS

La sexualité s'écrit au féminin

1 2 3 4 5 6 7 8 9