Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Requiem for a dream

16 fév 2006

Réalisé par : Darren Aronofsky
Avec : Jared Leto, Ellen Burstyn, Jennifer Connelly…
Sorti en : mai 2001

On peut dire que Darren Aronofsky, producteur et scénariste du film a réussi son coup ! Dix ans après son premier essai, Supermarket sweep, et deux ans après son premier long métrage, Pi, le prodige (on ne peut que l’appeler comme ça après avoir vu Requiem) nous livre un film noir, une grande claque dans la djeule, une merveille cinématographique.
L’une de ces productions qu’on voit trop peu souvent dans le cinéma américain (ou même français, nan mais !).

Pour nous scotcher à ce point, il faut quand même un scénario avec un grand S. On y a droit, avec tout le reste… Dans la famille Goldfarb, je demande Harry, le fils (brillamment interprété par un Jared Leto magnifiquement sublime), junkie. Il rêve d’un monde meilleur en compagnie sa petite amie, Marianne (Jennifer Connely) et son pote Tyrone (Marlon Wayans). Sa mère, Sara est sous l’emprise d’une toute autre drogue : la télévision. Son rêve est de passer dans son émission préférée, et le jour où elle se trouvera de l’autre côté de l’écran, elle mettra sa belle robe rouge. Dans ce but, elle suit un régime draconien, aux amphétamines.

Les fantasmes se révèlent bientôt inassouvis et les deux côtés se retrouvent dans une spirale infernale, qui les plonge dans l’horreur de la dépendance et le désespoir. D’un côté une histoire d’amour adolescente, rythmée par des rêves qui semblent tellement proches, si seulement… et de l’autre une solitude angoissante qui rendra folle une mère veuve et désespérée.

Un film qui nous prend et nous mène presque au niveau de ses personnages, de part les effets et la manière de tenir la caméra. Il est intense et même difficilement regardable. Une BO parfaite. Elle prend aux tripes et illustre magnifiquement le film en renforçant l’ambiance malsaine et la descente aux enfers.

On en sort bousculé, parce que Jaredou a rarement été aussi beau, et parce qu’on s’en est pris, des claques, en moins de deux heures !

Les Commentaires
34

Avatar de Kimberly Clark
23 mai 2009 à 09h07
Kimberly Clark
Ça fait un peu cliché, mais je l'ai vu au ciné au soir d'été, ambiance moite et étouffante dans une toute petite salle... et je me suis prise ma première vraie claque cinématographique, dans le sens ou j'ai pleinement réalisé qu'il était possible de faire des films qui prennent aux tripes. yeah!
0
Voir les 34 commentaires

Plus de contenus Revues de films

ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
sexo
Sponsorisé

Enflammez les fêtes de fin d’année avec ce calendrier de l’Avent érotique

Humanoid Native
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
une-femme-du-monde-critique-film
Revues de films

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

La pop culture s'écrit au féminin