Live now
Live now
Masquer
pub-anti-ivg-nouvel-obs-180×124
Actualités France

Une publicité « anti-IVG » dans le Nouvel Observateur

Une publicité en apparence anti-IVG s’est glissée dans les pages du supplément télé du Nouvel Observateur. La direction plaide « l’erreur de fonctionnement interne ».

Une publicité clairement « anti-IVG » s’est glissée dans les pages du supplément télé du Nouvel Observateur, ce qui a quelque peu ébranlé une bonne partie de l’Internet ce week-end. Il est vrai que ce choix, si c’en était un, était tout à fait surprenant puisque Le Nouvel Observateur, qu’on l’aime ou qu’on l’exècre, a dans l’histoire su faire preuve d’un certain progressisme dans sa ligne éditoriale. Concerné par les droits des femmes, il avait, le 21 novembre dernier, accueilli dans ses pages le manifeste des 313 femmes qui avouaient avoir été violées et en appelaient aux pouvoirs publics. Alors quoi, le viol, non, le combat contre l’avortement, oui ? Plus étonnant encore, c’est dans Le Nouvel Observateur qu’avait été publié en 1971 le très célèbre manifeste des 343 salopes, dans lequel des représentantes de la gent féminine connues ou anonymes affirmaient avoir avorté.

La pub en question était un montage qui faisait un parallèle entre deux illustrations. La première montrait une baleine, la seconde, un foetus humain. Entre les deux, un texte :

« Vous trouvez ça normal ? On arme des bateaux pour défendre des baleines alors qu’on laisse des embryons sans défense. »

kamoulox

Cette publicité – dont l’argument m’a, personnellement, rappelé le célèbre « On s’énerve contre le sexisme alors qu’il y a des enfants qui meurent de faim dans le monde » – a été réalisée dans le but de promouvoir la Fondation Jérôme Lejeune, qui dénonce la destruction d’embryons humains pour la recherche. Une fondation qui porte le nom de son chef de file, un médecin connu pour ses recherches sur la trisomie 21 mais aussi pour son engagement contre l’interruption volontaire de grossesse. Sur Le Plus

, l’espace participatif du Nouvel Obs, Aurore Bergé, une contributrice choquée, se désolidarisait de cette publication dans une lettre ouverte à la rédaction :

« Nous savons tous que la presse écrite traverse une crise, une grave crise. Une crise qui pousse certains de vos confrères à des couvertures toujours plus racoleuses, voire indécentes.

Une crise qui vous pousse aujourd’hui à publier dans l’un de vos suppléments une « publicité » pour la Fondation Lejeune. Sans que cela n’émeuve votre régie publicitaire (ben oui, la crise, toujours elle), sans que cela ne fasse bondir votre rédaction. […]

Vous pouvez répondre que cette publicité n’est pas publiée dans Le Nouvel Obs mais dans l’un des suppléments. L’argument serait fallacieux, ils émanent tous de la maison-mère.

Vous pouvez répondre que cela est de la responsabilité de votre régie publicitaire et non de votre rédaction. Peut être, mais alors est-ce à dire que toute publicité peut être publiée sans qu’il n’y ait jamais de droit de regard ? »

Hier soir, le directeur de la rédaction Renaud Dély a répondu à cette même personne sur Twitter pour affirmer que cette publication était une erreur et que des explications suivraient :

explication1

explication2

Si beaucoup espèrent que des explications un peu plus creusées seront publiées dans la prochaine édition du Nouvel Obs, un erratum signé par la main du directeur Laurent Joffrin himself a été mis en ligne sur le site du journal en fin de matinée :

« C’est à la suite d’une erreur de fonctionnement interne qu’une publicité de la Fondation Jérôme Lejeune est passée en avant-dernière page de TéléObs. Le Nouvel Observateur publie régulièrement des annonces portant sur des causes d’ordre général. Mais il veille à ce qu’elles soient conformes à ses valeurs. Ce n’est pas le cas cette fois-ci : nous demandons à nos lecteurs de nous excuser pour cet impair. Nous veillerons à ce que ce type d’incident ne se reproduise pas. »

Et toi, qu’en penses-tu ? As-tu été choquée ou pas du tout ? Les excuses de la direction te suffisent-elles ou tu attends un peu plus de justification ?


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

14
Avatar de Skjoldmo
11 décembre 2012 à 22h12
Skjoldmo
Leave the wales alone!
bordel.
0
Voir les 14 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Source : Getty Images Pro
Actualités

On sait quand sera versée l’Allocation de rentrée de scolaire (ARS) récemment revalorisée

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Pexels
Actualités France

Après la victoire du Rassemblement National, des militants d’extrême droite condamnés pour une agression homophobe

9
Source : Symeonidis Dimitri / Getty Images
Politique

Plan Procu : le site de rencontre pour faciliter les procurations

33
jus-oranges
Actualités France

Le prix de ce jus ne cesse d’augmenter, et c’est à cause du dérèglement climatique

Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Société

Pourquoi la proposition de loi visant à encadrer les transitions de genre avant 18 ans est dangereuse

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

7
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10

La société s'écrit au féminin