Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Ocean’s 13

21 juin 2007

oceans' 13Sortie le 20 juin 2007, réalisé par Steven Soderbergh
Avec George Clooney, Brad Pitt, Matt Damon, Al Pacino…

Ocean’s Eleven, Ocean’s Twelve, Ocean’s Thirteen… on peut parier qu’à Ocean’s Forty-Six, Brad Pitt et George Clooney glisseront des émetteurs dans leur sonde urinaire et trafiqueront le pace-maker du fourbe qu’ils veulent piller… mais que la recette fonctionnera toujours.

Resituons le contexte : Danny Ocean – oui, c’est ça, « d’où le titre », c’est bien, Lionel – et Rusty Ryan sont deux cambrioleurs en goguettes. La recette de leur succès : classe, lunettes classieuses sur le pif-garanti-sans-point-noir, millions de dollars dans le bank account et plans machiavéliques pour dépouiller leur prochain. Mais attention : les deux beaux gosses sont des Robins des Bois. Ils ne piquent l’oseille qu’à de petites âmes et qui protégent leur magot par de vils systèmes de sécurité. Il va sans dire que ces alarmes ne demandent qu’une chose : que Brad et George leur fasse péter la serrure. Bingo Jackpot et tout le tralala.

Ocean’s numéro 3… et pas 13

Dans cet épisode – le troisième et pas le treizième, contrairement à ce que pense Lionel, la richissime victime sera (roulements de tambour) Willie Banks, alias Al Pacino. Une sale petite vermine prêt à tout pour réussir, même à entuber ce bon vieux Reuben, à l’arnaquer tellement violemment que le pauvre en a fait un infarctus.

Il n’en fallait pas moins pour faire crier « VENGEEEANCE » à la bande menée par George et Brad. C’est qui le poulet ? C’est Willie. Et ça va être d’autant plus jouissif que le nain de jardin montre une arrogance et une confiance en lui à toute épreuve. Huuum, qu’il va être bon à plumer, celui-là.

Et alors ?

Hében c’est les mêmes ficelles que dans les deux premiers : préparation du plan en 35 étapes, déroulement taïmé au prout de mouche près, moyens gargantuesques mis en place, systèmes de sécurité et super-ordinateur-super-intelligent à faire avaler sa Tour à Gary Kasparov… mais tu sais quoi ? Ca fonctionne toujours aussi bien. On se laisse porter par ce plan impitoyable mais Ô combien ardu, on rigole, on se marre (le gars qui mène la révolution chez les ouvriers mexicains… HAHA)… Du tout bon, tu peux y aller les yeux fermés. Surtout qu’y a rien d’autre au ciné cette semaine.

Et puis bon… George et Brad ont beau prendre de la ride autour des yeux, le charme fonctionne toujours. Même sur moi. C’est dire.

Les Commentaires
3

Avatar de Madrigale.
3 juillet 2007 à 18h02
Madrigale.
Je l'ai adoré! Définitivement le meilleur des trois. (Le deuxième m'ayant un peu déçu.)
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin