Merci JLo et Ben Affleck de représenter la team « je revois mes ex et j’ai pas honte »


Jennifer Lopez et Ben Affleck semblent se retrouver tendrement, dix-sept ans après leur rupture. L'occasion de rappeler que non, ressortir avec un ex, ce n'est pas « remanger son vomi » !

Merci JLo et Ben Affleck de représenter la team « je revois mes ex et j’ai pas honte »Instagram @Jlo / Ben Affleck dans Batman vs. Superman

Sommes-nous en 2004 ? Après tout, Lindsay Lohan sera bientôt à l’affiche d’un film, les jeans taille basse reviennent à la mode, et Jennifer Lopez semble passer du bon temps avec Ben Affleck — c’est en tout cas ce que suggèrent des photos de paparazzi devenues en un clin d’œil l’un des meilleurs mèmes sur… disons… un lendemain de soirée très réussie.

Autre élément peut-être quelque peu vintage : face à la rumeur d’une remise en couple pour JLo et Ben, nombreuses sont les personnes à rappeler que « sortir avec un ex, c’est comme remanger son vomi ». Eh bien au nom de toutes les mangeuses de vo… Non, c’est trop dégueulasse, désolée ; au nom de toutes les recycleuses de relations, j’ai envie de crier : y en a marre !

Ressortir avec son ex, c’est forcément une mauvaise idée ?

La société, via la pop culture notamment, aime à prétendre que les relations amoureuses (hétérosexuelles, forcément) sont aussi binaires qu’hypocrites. On s’aime à la folie un jour, on profite à fond de notre compatibilité hôme-fâme qui nous permet par exemple de simuler au lit et d’être celle qui sait faire fonctionner le lave-linge, on fait semblant d’aimer les potes de notre mec qui lui prétend apprécier nos copines, mais quand on se sépare, on oublie tout : de l’amour à la haine il n’y a qu’un pas, et il semble être de bon ton de haïr les ex qu’on a tant aimés.

Ça, c’est la théorie. Dans la pratique, nous sommes bien évidemment nombreuses à avoir constaté que le couple est un sujet bien moins manichéen que dans les magazines féminins.

Parfois, on se quitte alors qu’on s’aime encore. Parfois, on ne se met même pas ensemble alors qu’on devrait — parce qu’on a peur, parce qu’on est loin, parce qu’on n’a pas le temps de penser à ça.

Parfois, rendez-vous compte, on reste amis avec un ou une ex ! Parce que l’amour n’a pas de bouton « off » et ne se résume pas qu’à la passion romantique, ni aux parties de jambes en l’air : une personne qui nous a accompagnée, aidée, aimée, soutenue, encouragée, ne devient pas un étranger qu’on déteste simplement parce que la vie a fait que nous ne sommes plus bien en couple avec.

Et parfois, on se perd pour mieux se retrouver plus tard, quand le contexte s’y prête mieux, quand on est prête, quand les choses sont plus simples. Aucune honte à ça.

Ressortir avec un ex, pourquoi ça braque tellement ?

L’amour a cela de spécial qu’on le considère comme « à part » : nous avons plusieurs amis, nous sommes proches de plusieurs membres de notre famille, par contre nous devons n’avoir qu’UNE personne dans le tiroir « romantisme » de notre cœur. C’est ainsi que les humains sont censés fonctionner.

Comme nous l’apprennent pourtant les modèles de couple ouvert (relation libre, polyamour…), cette vision du love ne convient pas à tout le monde et n’est pas la seule façon d’organiser sa vie romantique ! Alors pourquoi ne pas envoyer aussi valser l’idée reçue selon laquelle deux ex sont forcément voués à se détester ?

Rompre avec quelqu’un, ce n’est pas faire preuve de cruauté à son égard : c’est accepter que la relation ne fonctionne plus. Ça ne veut pas dire qu’elle ne fonctionnera jamais, qu’aucun retour en arrière n’est possible.

Nos ex ne sont pas moins des personnes que nous : au fil du temps, ils changent, perdent des habitudes, en gagnent de nouvelles, revoient leurs opinions, font évoluer leur vision du monde. S’arrêter à la vision figée que nous avons de quelqu’un au moment où nous l’avons quitté, c’est forcément entretenir une idée faussée de la réalité.

À trop interdire aux gens de changer, à trop interdire à la vie d’être ce qu’elle est (à savoir un long fleuve pas toujours tranquille dans lequel nous sommes en constante évolution), est-ce qu’on ne se ferme pas bêtement des portes ? Est-ce qu’on peut vraiment généraliser les relations liant la quasi-totalité de l’humanité en assénant que « sortir avec un ex, c’est comme remanger son vomi » ? Est-ce que, si on a envie de se remettre avec un ex, on ne peut pas peser le pour et le contre avec lucidité, plutôt que de s’appuyer sur des poncifs poussiéreux ?

Et surtout, est-ce qu’on peut en vouloir à Jenny from the Block de peut-être redonner sa chance à un mec qui aurait gardé la même montre depuis dix-sept ans ?

Je ne pense pas.

Alors aimez qui vous voulez, aimez votre ex si ça vous semble être une bonne idée, autorisez vos proches (ou ex-proches) à changer, autorisez-vous à changer aussi. Vous n’êtes pas la même personne qu’hier, ni que demain. Votre ex non plus. Qui sait, peut-être qu’un jour, vos chemins se croiseront à nouveau ?

Vous verrez, c’est vachement plus sympa que de remanger son vomi. Enfin, je crois : j’ai jamais essayé !

À lire aussi : 3 raisons de redonner une chance à son ex

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Léona B.

Je pense que c'est plus facile quand la séparation a pour origine un timing pas bon - ça me semble plus compliqué si les gen.te.s ont déjà vécu quelque chose et que ça s'est mal terminé ou terminé pour l'un des deux et pas l'autre. Mais ça dépend des cas, et je suppose qu'il faut bien s'écouter et se connaître avant de se (re)lancer !
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!