Live now
Live now
Masquer
maya-film-2018
Revues de films

Ce film va te faire tomber amoureuse au bout du monde, t’es prête ?

Parfois, l’amour te tombe dessus sans que tu t’y attendes. Et ça peut même t’arriver au bout du monde…

En partenariat avec Les films du Losange (notre Manifeste)

J’écris souvent mon amour pour l’Inde dans mes articles. C’est un pays que je rêvais d’arpenter depuis toute jeune, et que j’ai finalement découvert à l’aube de mes 20 ans.

L’Inde, mon plus beau voyage

maya-film

Avant de partir, tous mes proches y allaient de leur recommandation :

— Attention, l’Inde est un pays dur, tu n’en ressortiras plus la même.
— Fais gaffe, le viol est le sport national là-bas.

De quoi flipper avant même d’avoir mis un pied dans l’avion !

Pourtant sitôt arrivée à l’aéroport de Mumbai, quelque chose me sautait à la gorge, et c’était loin d’être désagréable. Une atmosphère moite et sucrée qui écrasait ma poitrine et signait le début d’un dépaysement total.

Pendant 5 semaines, j’ai crapahuté et suis tombée amoureuse de chacun des paysages fous que propose l’Inde.

Je ne nie toutefois pas la dangerosité du pays ni surtout la misère terrible qui ravage les rues et rend l’Inde abrupte, parfois peu accueillante…

Mais j’en garde un souvenir brûlant, qui ne me quittera jamais. Depuis, je ne rate rien qui parle de près ou de loin de l’Inde.

Et surtout pas quand c’est signé Mia Hansen-Løve…

Maya, de quoi ça parle ?

MAYA bande annonce officielle

Maya, c’est le prénom d’une jeune femme, tu t’en doutes.

Pourtant, elle n’est pas le personnage que l’on suit le plus, dans cette nouvelle réalisation de la créatrice de L’Avenir.

Non, c’est Gabriel que la caméra ne lâche jamais.

Gabriel est beau mais ne semble pas le savoir. Ce qu’il aime, lui, c’est partir dans les pays en guerre pour faire son travail de journaliste et révéler au monde ce qu’il se passe sur place.

Seulement voilà, Gabriel est un jour fait prisonnier en Syrie. Il y subira plusieurs sévices pendant 4 mois.

Mais ça, on ne le voit pas à l’écran. Le début du film attrape Gabriel à son retour de Syrie, et capture sa « convalescence » pendant les mois qui suivent son retour.

Gabriel ne peut pas rester à Paris, avec sa petite amie qu’il ne semble plus aimer. Il a besoin d’ailleurs, et part finalement en Inde.

À Goa, il s’installe dans sa maison d’enfance pour la retaper. C’est la qu’il fait la rencontre de Maya, une jeune Indienne qui ne tarde pas à s’éprendre de lui. Ensemble, ils vont entamer un voyage géographique et amoureux.

Pour la jeune femme, l’amour est une nouveauté, pour lui ça n’est plus un moteur. Car ce que préfère Gabriel dans la vie, c’est son métier…

Maya, un film lumineux et délicat

maya-film-amour

Mia Hansen-Løve a un talent indéniable pour mettre en valeur l’humain dans tout ce qu’il a de plus complexe.

Après Eden, L’Avenir et Un amour de jeunesse, la réalisatrice de 37 ans reprend l’humain contrarié comme centre de son intrigue.

Elle dépeint les émotions avec justesse, ce qui m’a vraiment touchée en tant que spectatrice. Je suis rentrée immédiatement dans cette histoire, j’ai même enfourché la mobylette de Gabriel avec lui, pour sillonner les routes de l’Inde.

Maya, c’est une invitation au voyage géographique bien sûr, mais aussi spirituel et sentimental, qui encourage la réflexion.

Maya, un casting parfait

maya-3

Si tu es adepte de la filmographie de Mia Hansen-Løve, tu n’as pas pu oublier les performances de Roman Kolinka, qui joue dans pas moins de 3 films de la réalisatrice française. 

Il déploie une nouvelle fois tout son talent dans Maya, et il est difficile de ne pas tomber sous le charme de son regard mélancolique et de ses boucles souples.

Il donne notamment la réplique à la très jeune Aarshi Banerjee, dont c’est ici le tout premier long-métrage.

La jeune femme incarne à la perfection une Maya sensuelle, qui promène son corps élancé d’un bout à l’autre de l’hôtel de ses parents, les paupières à demi closes et les gestes lents.

Les deux acteurs forment un duo qui fonctionne à merveille, et portent le film avec beaucoup d’élégance. De A à Z, Maya est un film réussi duquel on sort légèrement déçu de ne pas en avoir vu davantage.

Personnellement, j’aurais bien voyagé encore pendant deux heures avec Gabriel et Maya.

Embarque toi aussi à bord d’un avion pour Goa, le 19 décembre.  Date à laquelle tu pourras retrouver Maya au cinéma !

À lire aussi : Nos 11 films préférés de 2018

Les Commentaires
1

Avatar de Chestnut Barrow
19 décembre 2018 à 18h55
Chestnut Barrow
Film avec des images magnifiques en effet - et qui donne vraiment envie de découvrir le pays...

mais - tu n.as pas trouvé que le traitement des perso feminins un peu problematique ? meme si elles sont assez fortes la facon dont le perso principal se comportente avec elle est assez moyen non? Et c'est jamais vraiment remis en cause?
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin