Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Les Noces Funèbres (Corpse Bride)

21 oct 2005 67

Réalisé par : Mike Johnson et Tim Burton
Avec les voix de : Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Emily Watson, Joanna Lumley, and Richard E Grant, Christopher Lee

Sortie en salles le 19 octobre 2005, en DVD le 11 mai 2006

Après la sortie de Charlie et la Chocolaterie cet été, Tim Burton débarque à nouveau en salles cet automne avec Les Noces Funèbres (Corpse Bride), un film d’animation co-réalisé avec Mike Johnson. Comme son titre le suggère, le film fait la part belle à l’outre-tombe et à l’amour. Association bizarre ? Laisse-moi te résumer l’histoire, tu vas comprendre.

Les Van Dort, de riches poissonniers, s’apprêtent à marier leur fils unique Victor à la jolie Victoria Everglot, fille d’aristocrates désargentés. Une union qui devrait apporter aux uns un pied dans l’aristocratie et aux autres, un peu d’oseille dans les caisses. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des 19ème siècles si Victor ne faisait planter la répétition du mariage et cramer la robe de sa future belle-mère.

Honteux et désespéré, le jeune homme se réfugie alors dans les bois voisins pour ruminer librement et répéter son fichu discours. Miracle : cette fois, il prononce ses voeux à la perfection et mime correctement chaque geste. Y compris celui de remettre l’alliance à sa promise, ici remplacée par une branche d’arbre. Croit-il. Car ce n’est pas sur un bout de bois que Victor fait glisser l’anneau ce soir-là, mais sur le doigt d’un macchabée. Un macchabée nommé Emily, « charmante » jeune femme morte le jour de ses noces. Celle-ci, heureuse de trouver enfin un mari, apparaît à Victor pour l’emmener dans son monde à elle : l’au-delà. Problème : et l‘autre mariage, alors ? Victor réussira-t-il à retrouver Victoria ? Que va devenir cette pauvre mariée et ses rêves d’amour éternel ?

Mariage osseux, mariage heureux

Ca faisait longtemps que je n’avais pas goûté chaque image d’un film. Ca faisait un bail que je n’avais pas regardé ma montre en me disant « oh non, marde, c’est bientôt fini… ». Comme quoi, il était temps que Tim Burton et ses accolytes pondent un nouveau jouet. Celui-là ira probablement rejoindre la liste des films que j’ai vu au moins 5 fois, tant tout est bon, dans le Burton (ha ha haaa ! Hem).

D’abord, pas de temps mort (sans jeu de mots, hein) dans cette histoire de flirts entre vivants et morts. L’intrigue se déroule sans grand coup de théâtre, mais sans aucun passage à vide, et on ne lâche pas l’écran une seule seconde. Ensuite, comme d’habitude, c’est visuellement saisissant. Les premières images du film notamment, suffisent à faire tomber la mâchoire et… Et c’est comme ça pendant 1h15.

Enfin, le film est travaillé avec le souci de la finition. Le contraste entre le monde des vivants (couleurs presque interdites, mouvements quasi mécaniques et balais dans le cul) et celui des morts (jazz excité, rigolade et débauche de couleurs chaudes) est un vrai régal et le film est parsemé de trouvailles extrêmement drôles (une réplique célèbre d’Autant en emporte le Vent se cache dans Les noces funèbres. Trouve-là et tu gagneras mon respect éternel). Va donc assister à ces Noces funèbres, camarade. M’étonnerait que tu sois déçue.

Mais encore…

* Tim Burton traîne le projet Corpse Bride depuis bien longtemps : il en parlait déjà à l’époque de L’Etrange Noel de Monsieur Jack, il y a plus de 10 ans. Mais depuis L’Etrange Noël…, fruit de sa rencontre avec Henry Selick, Chris Sarandon et Danny Elfman, le réalisateur n’avait plus mis le nez dans l’anim.

* Le film serait adapté d’une légende populaire russe du 19ème siècle, dans laquelle un jeune homme épouse par inadvertance le cadavre d’une jeune femme assassinée lors de son mariage. Revenue à la vie, la mariée attend de son « fiancé » l’amour qu’elle n’a pas pu obtenir de son vivant. Une légende qui trouverait elle-même son origine dans certains récits nés des pogroms perpétrés contre les juifs. Des récits qui parlent de mariées juives assassinées pendant leur mariage puis enterrées dans leur robe de mariée…

* Des bandes-annonce, des photos etc.
* Le site officiel du film (en français)

Les Commentaires
67

Avatar de Colonel Woodrow
21 juin 2006 à 16h53
Colonel Woodrow
Un film de mon chiri Tim Burton, je ne peux qu'aimer

Vraiment j'ai adoré ce film : pleins d'humour, des personnages attachants, une histoire amusante.. huhu ^^ On passe un bon moment en regardant un film pareil ! (n'empêche, le temps qu'il faut mettre pour faire un film pareil !! :/ mais le résultat rend très bien !)
En tout cas, en VO, c'est toujours mieux qu'en VF héhé...

c'est clair en anglais c'est pas la même chose, surtout pour les chansons
0
Voir les 67 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Idées cadeaux
Sponsorisé

Le 29 mai c'est la fête des mères : voici une sélection de cadeaux pleine de douceur

Humanoid Native
Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

Revues de films
dune-vertical

On a adoré Dune, et en plus on a presque pigé toute l’histoire

Kalindi Ramphul

15 sep 2021

5
Revues de films
melissa-etat-texas-documentaire

L’histoire tragique de Melissa Lucio, dans le couloir de la mort depuis 13 ans après le décès de sa fille

Clémence Boyer

15 sep 2021

2
Revues de films
bac-nord-vert

Dans BAC Nord, seuls les policiers ont le droit à l’humanité

Revues de films
but im a cheerleader jamie babitt

20 ans après sa sortie, la rom-com lesbienne But I’m A Cheerleader n’a rien perdu de son piquant

Maëlle Le Corre

29 août 2021

5

La pop culture s'écrit au féminin