Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Le Premier jour du reste de ta vie

23 juil 2008 10

Aaaaah la famille, le thème universel, le sujet traité (environ) 152 397 fois par l’Art en général et le cinéma en particulier. En France, on a tendance à intellectualiser pas mal sur le sujet et ça finit souvent par saoûler.

Alors quand on voit arriver au beau milieu d’un été tapi de blockbusters US, Le Premier jour du reste de ta vie, un petit film français qui aborde ENCORE le sujet de la familia, on lève le sourcil. Edward Norton ou Jacques Gamblin ? Hulk ou Robert Duval ? Allez, j’me lance et je garde le gros bonhomme vert pour un aprèm trop chaud à la recherche d’une salle climatisée.

Et tu sais quoi ? Bah je regrette pas !

C’est l’histoire d’une famille de 5 personnes, 3 enfants – 2 mecs et une fifille, le papa et la maman. Le Premier jour du reste de ta vie nous invite à suivre en leur compagnie cinq jours étalés sur 12 ans, de 1988 à 2000, représentant une journée marquante pour un membre en particulier.

Adieu pathos, veaux, vaches, cochons

L’idée de base est sympathique, le traitement qu’il en est fait est, lui, complètement séduisant : bye bye le pathos inhérent à ce genre de films made in cinéma français, le film de Rémi Bezançon parle des choses vraies avec un regard sincère. Et pis c’est tout.

Le Premier jour du reste de ta vie
© Studio Canal

A partir de cette trame et de ce regard, des tas de sujets en relation avec la famille sont abordés : le départ des enfants du foyer, la nostalgie et les souvenirs d’enfance, l’évolution des parents, la mère qui veut retrouver ses vingt ans, le tiraillement entre le père et son propre père, la place de la "p’tite dernière"… Si on peut reprocher au Premier jour du reste de ta vie de ne pas traiter en profondeur un thème en particulier, il touche en revanche à tout un éventail de sentiments – qui feront forcément mouche – et il le fait bien.

La psychologie de chaque personnage est finement affutée, les relations entre eux se dessinent au fur et à mesure du film avec le plus grand naturel. Et franchement, il est difficile de ne pas se laisser prendre par un « mais c’est tellement ça ! » intérieur. Du vrai, de l’authentique – j’vous le dis, ma p’tite dame – appuyé par un casting excellent (Déborah François, l’actrice belge révélé par L’Enfant des frères Dardenne, est somptueuse).

Le meilleur de chez les Cousins ?

Allez, je vais même me risquer à faire une comparaison. A mon avis, Bezançon est allé piocher le meilleur du cinéma québecois et les fans du film C.R.A.Z.Y auront certainement vu de nombreux points communs avec Le Premier jour du reste de ta vie : son acteur principal Marc-André Grondin (qui a gommé totalement son accent pour l’occasion – je mise une piécette sur le succès de ce gars-là en France !), la bande originale travaillée au corps (de Janis Koplin à Lou Reed) mais aussi les multiples clins d’oeil aux objets des années 90 (De Caunes et Garcia sur Nulle Part Ailleurs, les photos de Kurt Cobain dans la chambre de Fleur durant sa période grunge)…

Et puis, last but not least, et c’est là que le film de Bezançon fait fort : la palette des personnages est si étalée qu’on se retrouve forcément dans l’un d’eux. Qu’on le rapproche de son passé d’enfant, de son futur de père/de mère. Et à quelques heures d’avoir mon p’tit deuxième, je me suis pas mal identifié au personnage de Jacques Gamblin.

Bref, tu l’auras compris, LPJDRDTV est une bonne, une excellente surprise, sans doute le film français of ze summer. Et même s’il tire parfois des ficelles un peu grosses scénaristiquement parlant, on rit, on pleure. Et rien que pour ça, le deuxième film de Rémi Bezançon mérite que tu ailles le voir.

Les Commentaires
10

Avatar de joyce-3
31 mai 2009 à 19h07
joyce-3
J'ai tellement aimé ce film, je l'ai vu en octobre (dc pas du tout à la sortie, et pourtant tout l'été j'ai lu les bonnes critiques sur ce film !)
Du coup l'affiche du film est au-dessus de mon bureau, je regarde régulièrement le DVD...
Seul bémol : je me suis jeté sur le premier DVD que j'ai trouvé et du coup j'ai pas le DVD avec la BO et ça me frustre terriblement de ne pas savoir les titres des chansons ! j'ai beau chercher partout sur internet je ne trouve aucune liste des titres des chansons du film ! Si qqn les connait ...
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin