Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Le Premier Cri

31 oct 2007

Le Premier Cri Le Premier Cri, je l’attends depuis un moment. Déjà par ma condition (un peu spéciale, je l’admets) d’ex-Futur Papa à fond à fond dans la grossesse de ma femme et puis aussi parce que j’ai tout de suite senti que ce film serait un hommage à la Femme avec un grand F. Et que des films du genre, y’en a pas suffisamment pour se permettre de le bouder à sa sortie.

Et pourtant… la presse n’est pas aussi unanime qu’on pourrait le croire a priori. « Femmes réduites à leur rôle de procréatrices » selon Le Monde, « discours crypto-new age sur la mystique de la venue au monde » (sic) selon Télérama, « un résultat (… qui) n’est illustratif » selon TéléCinéObs. Etrange de voir à quel point, sur un sujet aussi universel que la naissance, on est tout sauf sur la même longueur d’ondes.

N’oublions pas le « Coup de gueule » (sur fond noir, siouplé) de Elle cette semaine, s’indignant que le film occulte que, chaque année dans le monde, 500 000 femmes meurent durant leur accouchement. Sans oublier de balancer un beau spoiler, comme ça, sans prévenir. Pourquoi tant de haine ?

… Peut-être parce qu’en entrant dans la salle sombre pour voir Le Premier Cri, on peut s’attendre à un documentaire. Et que non, le film de Gilles de Maistre n’est pas un « 52 minutes » façon Discovery Channel.

Non, ce n’est pas un documentaire

Ici, pas de voix-off, si ce n’est l’expression des mères, disséminant çà et là quelques infos sur la grossesse au sein de leur culture. Pas d’analyse, pas de chiffres sur la mortalité infantile, juste des images de femmes venues des quatre coins du globe, du son, de la musique. Et deux fils rouges : la naissance de leur enfant autour d’un événement planétaire, l’éclipse solaire. Comme pour nous rappeler que malgré leurs différences, elles appartiennent toutes au même ensemble.

Cette absence de voix-off prouve peut-être que De Maistre ne souhaite pas intervenir autrement qu’avec sa caméra. Ou peut-être part-il du principe que le spectateur s’appropriera lui-même ces images, tout comme chaque femme vit sa grossesse à sa manière. Pour le côté documentaire, je t’invite à aller voir le site web du film, très bien fichu et fourni en infos sur les différentes futures mamans.

On peut reprocher au Premier Cri d’être très léger sur le fond, mais c’est rater l’intention du réalisateur. Le Premier Cri est bien plus proche de la fresque, joliment scénarisée, saupoudrée de ce qu’il faut de poésie mais aussi d’une extrême pudeur vis-à-vis de ces femmes (et de ces hommes) qui vivent un moment bouleversant… mais finalement tellement banal.

Gilles de Maistre à propos du Premier Cri

Gilles de Maistre (réalisateur du Premier Cri)

Les Commentaires
10

Avatar de lisa-loup
27 novembre 2007 à 17h02
lisa-loup
je l'ai vu et j'ai beaucoup aimé. C'est tout simplement génial.
Par contre les hippies m'ont fait hallucinés, accouche chez eux, entourés d'amis, sans présence médicale...Et quand 4h aprés le placenta est toujours pas sorti ils commencent à peine à se poser des questions...ça m'a fait halluciner.
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

Revues de films
dune-vertical

On a adoré Dune, et en plus on a presque pigé toute l’histoire

Kalindi Ramphul

15 sep 2021

5

La pop culture s'écrit au féminin