Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

L’abominable Vérité

24 août 2009 23

Je dois d’abord t’avouer qu’en partant voir l’Abominable Vérité, je n’étais pas du tout objective. Je suis une grosse accro aux comédies romantiques, et j’avais donc des étoiles plein les yeux avant que le film ne commence. Cependant, j’ai été très attentive aux autres spectateurs dans la salle afin de t’amener un avis le plus objectif possible. Tu vois mon implication pour toi, chère lectrice. Et bien l’avis est unanime, c’est à mourir de rire. Parce que quand des garçons et des filles hurlent de rire en même temps, et souvent, c’est que c’est très bon.

L’abominable Vérité

Qu’est-ce que ça raconte ?

C’est l’histoire d’Abby, productrice d’une émission sur l’actualité. Malgré tous ses efforts, les audiences sont de pire en pire et son poste se retrouve sur la sellette. C’est alors que son patron arrive avec un nouvel animateur pour l’émission, Mike Chadway. Et Mike, c’est tout ce qu’Abby déteste… Elle, indécrottable romantique, qui attend le prince charmant, n’arrive pas à concevoir qu’elle va travailler avec ce mec qui présente l’émission « L’Abominable Vérité », où il parle des relations hommes-femmes de manière crue et vulgaire, avec des idées à l’opposé des rêves d’Abby. Et elle a beau essayer de faire virer cet horrible macho, il devient vite le chroniqueur star de l’émission.

Dans sa vie perso, Abby vient de rencontrer un sexyssime chirurgien, et c’est le prince charmant qu’elle a toujours attendu. C’est alors que Mike lui propose un marché. Il va la coacher pour qu’elle séduise ce mec. S’il y parvient, et prouve ainsi que ses théories sont les bonnes, elle accepte de bosser avec lui sans râler, si ça ne marche pas, il démissionne.

L’abominable Vérité

34,6% des blondes mangent du popcorn durant les matchs de baseball

Et pourquoi c’est si bon ?

Parce que c’est drôle, vraiment très drôle. Katherine Heigl est si pétillante qu’on ne peut que l’adorer. Son sourire, sa naïveté, sa spontanéité la rendent hyper attachante. Gerard Butler est lui parfait dans le rôle du macho-man bourru et grande gueule, aussi cynique que séducteur. Les dialogues et les situations sont à mourir de rire, et même si parfois on frôle la vulgarité, on se rend compte que Mike est bien plus respectueux des femmes qu’il ne veut bien le montrer. Et qu’Abby n’est pas aussi innocente qu’elle en a l’air.

Crédit photos Allociné

Les Commentaires
23

Avatar de scheherazade
16 septembre 2009 à 11h50
scheherazade
J'vais essayer de motiver le Doudou pour qu'on le regarde ce soir ! Vous pensez que même un mec peut aimer ?

Mon copain a aimé !
0
Voir les 23 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin