Live now
Live now
Masquer
kiss-me-first-critique
Mode

Pourquoi il faut voir Kiss Me First, la série sur l’adolescence virtuelle

À mi-chemin entre Ready Player One et 13 Reasons Why, la série Kiss Me First pourrait bien te surprendre. Kalindi a eu un coup de cœur pour cette fiction désormais dispo sur Netflix. Elle te dit pourquoi !

J’en avais vaguement entendu parler sans vraiment y prêter attention, car son titre ne me disait rien qui vaille. Dans mon imaginaire un peu enclin aux clichés, Kiss Me First était forcément une série romantico-humoristique destinée aux adolescents.

Rien qui me plaise beaucoup, d’ordinaire.

Toutefois, après un pitch brillant de Margot, traffic manager chez madmoiZelle, j’acceptai d’au moins en voir la bande-annonce.

Étonnamment, elle me séduisit.

Hier soir, J’ai donc bingé plusieurs épisodes de la série. Voilà pourquoi je te la conseille :

Parce que Kiss Me First a un pitch original

Leila a toujours vécu avec sa mère. Lorsque celle-ci décède, elle se retrouve à devoir s’occuper d’elle-même, prendre un colocataire et trouver un job.

Leila n’a pas l’air heureuse. Jamais. Son visage est fermé, et elle semble n’avoir aucun ami.

Cependant, l’adolescente a un refuge, et il se nomme Agora. Un monde virtuel, auquel elle peut accéder facilement en enfilant un casque et des gants, par le biais de la réalité augmentée.

Sa chambre et son ordinateur sont les fenêtres qui mènent à un ailleurs, dans lequel elle plonge dès qu’elle le peut.

Sur Agora, elle est libre de voler dans les airs, de se battre sans souffrir, d’avoir des potes et d’être un peu plus sûre d’elle. Là-bas, elle rencontre Tess, une jeune femme mystérieuse qui ne tarde pas à disparaitre.

Elle prend alors sa place et se retrouve emportée dans une aventure mystérieuse, et surtout dangereuse…

J’ai adoré l’idée de départ de la série, de nous faire voyager de notre univers à un monde virtuel. Un très bon point pour son créateur, Bryan Elsley.

Parce que Kiss Me First est le nouveau bébé du créateur de Skins

kiss-me-first-3

Skins est sorti en 2007 et a immédiatement fait des émules : sulfureuse, osée, déjantée, elle faisait plonger le téléspectateur au cœur de la vie d’adolescents, rythmée par les fêtes, les histoires d’amour, la drogue et les fantasmes.

Près de 11 ans après la première génération de la série à succès, son créateur a de nouveau l’adolescence dans le collimateur

.

Comme dans Skins, il la malmène un peu mais rend hommage à toute sa complexité, son importance, et ses imperfections. 

Il y a un peu du Skins qu’on aimait tant, dans Kiss Me First. Et c’est sûrement pour ça que j’ai craqué pour elle.

Parce que Kiss Me First s’inspire d’autres succès

kiss-me-first-2

Kiss Me First est selon moi à la croisée des mondes de Spielberg et Brian Yorkey.

D’abord, son concept de base ressemble hautement à celui du dernier film du cinéaste : Ready Player One. Pour fuir leur quotidien, les personnages se réfugient dans un monde virtuel, à l’aide de nouvelles technologies.

Ensuite, ses thématiques sont très proches de l’univers de 13 Reasons Why. L’adolescence douloureuse, le mal-être, l’influence du groupe, sont des sujets traités avec pas mal de justesse par cette nouvelle série originaire de la Channel 4.

Pour les interrogations que Kiss Me First soulève

kiss-me-first

Lors des premiers épisodes, quelque chose m’interpellait. Sur l’image résidait toujours une sort de filtre, de voile presque imperceptible mais pourtant bien présent.

Je me suis bien sûr interrogée sur ce parti pris.

Était-ce purement esthétique ? Était-ce pour exprimer la lassitude des personnages face à leur propre existence ? Était-ce pour signifier que leur futur était déjà passé ?

Et ce filtre/voile n’est que le premier des éléments que j’ai pu questionner. Tout une autre séries de petits détails laissent à penser que la série n’est pas aussi simple qu’elle n’y parait.

Kiss Me First est complexe, sous ses aspects de simple drame adolescent aux accents SF.

Pour cette raison, et puis pour toutes celles que je t’ai présentées, je te conseille ardemment d’au moins y jeter un coup d’œil. Pour l’instant, je ne l’ai pas finie mais je compte bien la terminer ce week-end.

Alors, tu t’y mets et on en reparle ?

À lire aussi : La série The Purge, adaptée de la saga à succès, s’offre un premier trailer glaçant


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

1
Avatar de Eclaireur
8 juillet 2018 à 17h07
Eclaireur
Skins aura toujours une place particulière dans mon coeur donc j'ai carrément hâte de voir ce que ça peut donner. Le concept des personnages qui se réfugient dans un monde virtuel me fait penser au film Suicide Room
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Mode

Pour le musical du Diable s'habille en Prada, Vanessa Williams sera Miranda Priestly // Source : Capture d'écran Twitter
Actualité mode

Pour le musical du Diable s’habille en Prada, Vanessa Williams sera Miranda Priestly

Mode

Vivez une Saint-Valentin sportive avec ces deux offres Nike

Humanoid Native
Que trouve-t-on dans la boutique culturelle Saint Laurent Babylone ? // Source : Courtesy of Saint Laurent
Actualité mode

Pourquoi Saint Laurent ouvre sa librairie (ou la culture comme nouveau produit d’appel) ?

1
Tendances mode 2024 : quels sont les looks, pièces, et couleurs sur lesquels miser les yeux fermés ? // Source : Gucci ; Chanel, Miu Miu ; Gucci ; Celine
Actualité mode

Tendances mode 2024 : quels sont les looks, pièces, et couleurs sur lesquels miser ?

4
La top plus size Paloma Elsesser signe une lettre ouverte sur la grossophobie dans la mode // Source : Capture d'écran Instagram
Actualité mode

La mannequin plus size Paloma Elsesser signe une lettre ouverte sur la grossophobie dans la mode

3
Autopsie du dressing de l'artiste Thérèse // Source : URL
Mode

Thérèse, 700 € de shopping annuel : « Les vide-greniers de campagne regorgent de méga pépites »

Zendaya en costume de robot Thierry Mugler d'archive pour l'avant-première de Dune // Source : Capture d'écran Instagram
Actualité mode

Zendaya en costume de robot Thierry Mugler d’archive pour l’avant-première de Dune 2

Quand le designer Thom Browne joue les maîtres corbeau version Edgar Allan poe bien perché
Mode

Quand le défilé Thom Browne s’inspire d’Egar Allan Poe

4
Juliette Binoche dans la peau de Gabrielle Chanel pour la série The New Look de Apple TV+ // Source : Lorenzo Agius pour Apple TV+
Actualité mode

Juliette Binoche en Gabrielle Chanel, Ben Mendelsohn en Christian Dior : la série The New Look est sortie !

Une vendeuse en train de vendre un haut blanc en dentelle à une cliente dans une boutique de vêtements // Source : filadendron de Getty Images Signature
Actualité mode

Dans la série des enseignes mode qui ferment en France, Burton of London est placée en liquidation judiciaire

Identité fem chez les lesbiennes // Source : Filadendront de Getty Images Signature
Amours

Les applis de rencontres peuvent-elles aider contre la dating fatigue ?

La vie s'écrit au féminin