Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
05 fév 2008

JunoHier soir, devant le ciné, dans le ciné, il n’y en avait que pour Astérix. Moi j’avais décidé de relayer la rumeur pour un autre film, épatant, mais qui passait inaperçu dans toute cette agitation. C’est avec une petite brune de 16 ans que j’ai passé la soirée, j’ai nommé Juno.

Première scène : Juno Mac Guff marche vers le supermarché en sifflant une bouteille de 2 litres de Sunny D, opération nécessaire pour pouvoir effectuer son 3ème test de grossesse de la journée. Quand c’est comme ça, c’est plutôt mal barré.

« Enceinte à 16 ans » : en lisant ce bout de pitch j’ai fourré dans mon sac des Kleenex Ratatouille, me disant que l’histoire ne pouvait que tourner au trifouillage de méninges engagé. Eh ben pas du tout.

Juno m’a bluffé. Complètement.

Elle apprend qu’elle est enceinte et ne fond pas en larmes. Elle appelle juste sa meilleure copine, une grande godiche à l’esprit bon comme du bon pain. Elles ne commenceront à envisager la situation que lorsque Juno ressort du planning familial (qui malheureusement n’a même pas besoin d’être caricaturé). Elle est alors décidée à « dépoter le machin » pour le donner à un couple choisi dans le journal : beau même en noir et blanc, riche et amoureux.

Juno a 16 ans, et elle pense à tout ça. Pas une fois on ne la voit se tenir le ventre l’air grave ou paniqué, pas une scène n’apparaît en forme de message subliminal pro ou contre l’avortement, la responsabilité des parents. Le seul clin d’oeil moqueur concerne les autres et leur jugement. Mais Juno a une famille d’enfer, et même sa belle-mère s’occupe de claquer le beignet à ceux qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas.
Et puis il y a l’amour, le plus inattendu puisque c’est le premier, qui avance jusqu’au premier plan au fur et à mesure qu’avance le film.

Et puis, c’est à nouveau l’été, Juno chante avec son amoureux et moi j’applaudis le charisme et la personnalité de cette petite pépette.

Les Commentaires
51

Avatar de Juvenilia
9 décembre 2009 à 17h52
Juvenilia
J'ai adoré ce film.Juno est vraiment attachante et j'aime beaucoup son style.
0
Voir les 51 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

Revues de films
dune-vertical

On a adoré Dune, et en plus on a presque pigé toute l’histoire

Kalindi Ramphul

15 sep 2021

5

La pop culture s'écrit au féminin