Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

In her shoes

24 nov 2005

Disons-le tout de suite : In her shoes est une excellente surprise. Re-disons-le tout de suite : je me suis fait avoir. Je pensais aller voir une comédie rigolote, un peu frivole, profiter de l’énergie de Cameron Diaz et je suis ressorti de la salle en me disant que je m’étais une nouvelle fois fait planter par les a priori.

Le pitch : Deux frangines que tout sépare. Maggie est une bimbo qui a oublié de grandir ou a qui décidé de ne pas passer dans l’âge adulte. Maggie est belle et elle le sait.
Rose (Toni Collette), elle, est une avocate aussi brillante que complexée par son corps. C’est là qu’interviennent les chaussures : en string, Rose est convaincue qu’elle aurait l’air stupide. Alors que les chaussures, elle les portent bien…
Les deux frangines, dont le seul point commun est d’avoir un lien de sang, vont finir par exploser en vol et se perdre de vue. Le scénar du film consiste à raconter leur rapprochement après ce clash.

On est bien d’accord, le scénario a pourtant tout d’une comédie pour les fifilles qui aurait pu tomber dans une légéreté navrante. Et pourtant… ce film n’est pas celui que vous croyez.

Petite précision linguistique : le titre du film In her shoes n’a rien à voir avec les chaussures au sens propre, même si elles tiennent une place toute particulière dans le film. L’expression est juste tirée de l’anglais « If I were in your shoes », qui signifie « si j’étais à ta place ».

Je ne suis pas celle que vous croyez

Est-ce que parce que le film est adapté d’un roman (de Jennifer Weiner Acheter sur amazon.fr) ? Boarf non. On a déjà vu des romans puissants mis en image avec platitudes et niaiseries (qui a dit « Et si c’était vrai » ?). Curtis Hanson réussit pourtant à ne pas tomber dans la facilité. Le réalisateur a parfaitement pigé ce qui existe entre deux soeurs et réussit à les montrer sous leurs bons et leurs mauvais côtés, sans gnangnanteries.

Chaque personnage, des deux principaux jusqu’aux seconds rôles, sont fouillés : le père, la grand-mère, le professeur aveugle… Hanson réussit à dépeindre les personnages et à les faire évoluer tout au long du film sans tomber dans la facilité et encore moins dans le cynisme (facile lui aussi). Petit à petit, on découvre les blessures, les non-dits qui ont cimenté les relations entre chacun. Oui, il y a ce quelquechose de vrai dans chaque image de In her shoes.

On sent bien la maîtrise stylistique du bonhomme. Chaque plan est chiadé. Ce qui n’empêche pas le film d’être drôle par moments, bien au contraire. On y rigole et on y pleure.

Si tu as une frangine, emmène-la voir In her shoes. Ca ne peut vous faire que du bien, que vous soyez copines comme cochons ou embrouillées à cause de je-ne-sais-quoi.

Les Commentaires
10

Avatar de Gling-glo
29 novembre 2005 à 19h20
Gling-glo
Je l'ai vu, j'ai bien aimé Mais moi j'aime bien les films de ce genre quand même !
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin