Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Good Morning England

11 mai 2009 49

Good Morning England est un film qui n’est pas fait pour le cinéma. Uép. Pour l’apprécier à sa juste mesure, il faudrait pouvoir le voir dans une bonne salle de concert, debout, à bouger les cheveux (sauf moi) et à danser au son de sa génialissime bande originale.

Oui, Good Morning England est un immense hommage de plus de 2h au rock et à la pop des années 60 et souffre d’un vrai gros défaut : on est obligés de rester scotchés à son siège de ciné alors que les « DJ » de Radio Rock enchainent les morceaux les plus cultes. Damn.

Good Morning England
I like to move it, move it…

Je te replante le décor : Angleterre, milieu des années 60. 1966 plus exactement. Le rock est perçu par les autorités bien-pensantes comme la musique du diable, qui déprave la jeunesse et l’incite à se noyer dans le sexe et/ou la drogue. La preuve, la BBC, radio « officielle » du gouvernement, passe environ 45 minutes de pop / rock chaque jour, et on imagine entre 3h et 3h45 du matin, à l’heure où les chastes oreilles ne pourront pas tomber dessus.

Dans ce paysage radiophonique fort tristounet, il y a heureusement les radios pirates, émettant sans autorisation depuis les eaux internationationales, vivant de la pub et envoyant du gros son rock sur les ondes moyennes. Entre 20 et 25 millions d’angliches les écoutent chaque jour et notamment Radio Rock, animée par une bande de gais lurons en direct d’un bateau posé dans la Mer du Nord. Face à cet énorme succès populaire, les autorités font la grimace et vont tout faire pour leur couper le sifflet.

Good Morning England
Wock én woll, bébé

Bon… allons droit au but : Good Morning England est un film qui respire bon la Vie. Un film énergisant, qui te met la banane, qui te donne envie de revenir vivre dans les 60’s, de sortir une bonne clope (et plus si affinités) et de te caler un cancer du poumon pour dans 30 ans sans vraiment t’en soucier.

C’était aussi l’époque où y’avait pas de FUMER TUE sur les paquets de clopes, où tu pouvais baiser le/la première venue sans passer un test HIV au préalable… et oui, Good Morning England, c’est aussi le double effet Kiss Cool : putain de merde, qu’est-ce qu’on vit dans une époque aseptisée, modafeucka.

Oué, on pourra reprocher à Good Morning England de tirer quelques ficelles un peu trop grosses, certains personnages frôlent un tantinet beaucoup la caricature, mais tout ça n’est que broutilles et pipi de chat à côté de l’immense pied qu’on prend à suivre les aventures de ces personnages complètement reuck èn reull. Si tu as un film à aller voir au ciné en ce début de mois de mai, c’est Good Morning England. Et vivement que la BOF sorte dans les bacs !

Les Commentaires
49

Avatar de Mike
19 novembre 2009 à 02h18
Mike
Fan, mégafan, archifan: vu 5 fois au cinéma, BO+DVD, que du bon!!!


VF à bannir par contre...normal quoi ! :o
0
Voir les 49 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin