Et si tu envisageais un métier « masculin » ?


Pourquoi ne pas faire tes choix d'orientation vers un métier dit « masculin » ? C'est aussi comme ça que les stéréotypes de genre disparaîtront !

Et si tu envisageais un métier « masculin » ?

Être une fille et travailler dans la manutention ou la mécanique, c’est impossible ?

Ça n’est en tout cas pas l’avis de 3MTPM, un regroupement d’organisations professionnelles qui se mobilise pour promouvoir les métiers et les formations de la manutention, et féminiser le secteur !

Être une femme et travailler dans la manutention et la mécanique

3MTPM organise du 9 au 13 mars la  Girls’ Week 3MTPM 2020, à l’occasion de laquelle une série de vidéos est diffusée pour promouvoir l’accès de ces métiers aux femmes.

Le but ? Montrer aux collégiennes, aux lycéennes et aux étudiantes que ces métiers, trop souvent perçus comme « masculins », sont tout à fait accessibles aux femmes et offrent de multiples débouchés.

Je te laisse découvrir une de ces vidéos, qui laisse la parole à des femmes mécaniciennes, professeures en lycée professionnel ou encore responsables d’exploitation :

Aujourd'hui épisode 2 !Des métiers réservés aux hommes ?!Ambre, Anaïs, Céline, Samantha et Wendy témoignent pour la #GIRLSWEEK #3MTPM #ELLES#MAINTENANCE DES MATERIELS#CONSTRUCTION#MANUTENTION

Publiée par Métiers de la Maintenance des matériels TP & manutention sur Mardi 10 mars 2020

Elles témoignent de la nécessité de faire des efforts supplémentaires pour faire ses preuves dans un milieu masculin, et de l’étonnement face à leur travail.

Céline, mécanicienne, explique :

« Quand on est un garçon, forcément, on est mécanicien. Quand on est une fille, on a l’impression d’être stagiaire mécanicienne. »

Tu peux retrouver l’intégralité des vidéos sur la page Facebook de 3MTPM.

L’orientation genrée, pas seulement dans le secteur de la manutention !

L’orientation et les choix de métiers en fonction du genre ne se cantonnent malheureusement pas qu’au secteur de la manutention ou de la mécanique.

Selon Le Monde, ces choix genrés seraient une conséquence du système scolaire, qui entretient l’idée que les filles et les garçons n’ont pas les mêmes compétences ou les mêmes goûts.

En gros : les filles se dirigent plus vers les filières littéraires et sociales, les garçons, dans les filières scientifiques.

Par exemple, au lycée, les filles sont ultra-majoritaires dans les spécialités humanités-littérature-philosophie, langues, sciences économiques et sociales (85% contre 15%).

Les garçons sont quand à eux en surnombre dans les spécialités mathématiques-numérique-sciences informatiques-physique-chimie (87 % contre 13 %).

Sans compter que les filles et les garçons ne prennent pas la même voie sans que cela pose forcément question. Pour la psychologue Françoise Vouillot, interrogée dans l’article du Monde :

« La division sexuée de l’orientation ne pose pas de questions car elle est vue comme l’expression normale des différences de sexe. »

Un constat qui réaffirme la nécessité de déconstruire les stéréotypes de genre et de promouvoir une éducation non sexiste !

J’espère que l’initiative de 3MTPM fera bouger les choses en ce sens.

Et toi, t’a-t-on déjà dissuadée de t’orienter vers une filière ou un métier considéré comme trop masculin ?

À lire aussi : Je suis soudeuse, mon métier me plaît, même si c’est très masculin

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Mimicollo

actuellement dans les espaces verts, je suis la seule femme au milieu de 30 collègues masculins et cela se passe très bien! Par contre, c'est très physique, on porte du lourd, on est dehors tout le temps par tous les temps, on s'abime les mains (adieu d'avoir les belles mains). Et c'est difficile quand on a envie d'aller aux toilettes, du coup je me retiens toute la journée et je ne bois pas du tout, c'est le point négatif du job masculin avec les équipements de sécurité pas à ma taille
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!