Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Factotum, de Bent Hamer

27 nov 2005

Inspiré du roman du même nom et d’autres nouvelles de Charles Bukowski, surtout connu pour ses Contes de la folie ordinaire, ce film est vraiment un des petits bijoux de cette année. Tout comme le roman, il présente le personnage de Henri Chinaski, sorte de double de l’auteur, qui vit un peu sa vie de loin, sans vraiment accorder d’importance à d’autre chose qu’à l’alcool et surtout, surtout, à l’écriture. Parce que Chinaski, s’il enchaîne des petits boulots qui deviennent de plus en plus grotesques les uns que les autres et dont il se fait parfois virer au bout d’une seule journée d’exercice, passe son temps à écrire et à envoyer ses nouvelles à des journaux divers dans l’espoir de les voir publiées.

Alors il y a toujours ces mêmes scènes : Chinaski – et Matt Dillon, merveilleux choix pour l’interpréter – qui boit, à la recherche d’un boulot, avec quelques femmes ; et toujours le leitmotiv, qui revient comme si le geste était tout à fait naturel et par dessus tout nécessaire, sans même qu’il ne soit commenté mais comme si, finalement, il constituait un passage obligé : Chinaski qui poste ses nouvelles, Chinaski qui écrit.

C’est que Matt Dillon, preuve qu’il est un bon choix pour ce rôle, arrive parfaitement à se glisser dans la peau de cet écrivain que rien ne semble véritablement toucher, qui a cette attitude digne et froide en même temps et qui semble, comme le dit une de ses compagnes, entrer dans les pièces comme s’il traversait les murs. C’est en ce sens que l’acteur est parfait pour ce rôle, parce qu’il arrive à mettre cette distance qui est de mise.

Et c’est surtout dans les dialogues et dans les répliques, parfois à mourir de rire, qu’on retrouve tout le côté décalé de Bukowski, Matt Dillon prononçant des choses tout à fait grotesque d’un ton tout à fait neutre. Les mots de l’auteur parfois reviennent même en voix-off, accompagnant généralement les plans qui deviennent habituels tant ils reviennent régulièrement : Chinaski écrivant, postant ses enveloppes ; et offrent de délicieuses réflexions sur l’écriture.

Factotum : un vrai plaisir, donc, et pas seulement grâce à Bukowski, mais aussi grâce à Matt Dillon, aux autres acteurs, et à la mise en scène de Bent Hamer, norvégien qui recrée d’une façon très réussie l’univers des romans de Bukowski. Avec le côté noir en moins, peut-être, mais sans oublier ce qui paraît si particulier chez les personnages de l’écrivain, ce côté distant voire neutre qu’il transpose à merveille sur l’écran.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

relation-mere-fille-compliquee-samhain
Cinéma

Samhain : les relations mère-fille abordées dans un film d’horreur glaçant

Oscar Staerman

08 déc 2022

Sexo

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4

La pop culture s'écrit au féminin