Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Confessions d’une accro du shopping

11 mai 2009

Voici le film de filles pour les filles par excellence. Tout droit sorti de l’imagination de Sophie Kinsella, Becky Bloomwood et ses aventures shoppingueste sont mises en scène par P.J Hogan.

Becky Bloomwood est une accro du shopping, elle achète tout et n’importe quoi du moment que c’est branché, tendance, trendy. Malheureusement, son compte en banque n’est pas aussi accro à ses achats compulsifs. Elle cumule les factures et les mensonges pour cacher sa surconsommation modesque. Becky se retrouve alors obligée de trouver un job.. dans un magasine financier. Le comble, elle va aider les gens à gérer leur argent alors qu’elle-même est en proie à sa propre crise financière. Heureusement, sa meilleure amie Suze est là pour l’aider à gérer ses amours, son argent et.. son placard.

Confessions d’une accro du shopping

A première vu, Isla Fisher ne ressemble pas à la Becky décrite par Sophie Kinsella mais pourtant, elle joue ce rôle à merveille. Elle est crédible dans son rôle de névrosée de la carte de crédit.

A celles qui ont lu le livre :

Certes, l’action ne se déroule pas à Londres comme dans le livre. Au début je me suis dite « oh non, c’est quoi ce délire? Encore une adaption qui n’est pas fidèle au livre » et puis finalement, ça tient la route. Que ça se passe à NY et non à Londres ne change pas grand chose en fait.. A part peut-être pour la suite, enfin, si suite il y a.
Bon ensuite l’histoire entre Suze et Tarquin est un peu mise au placard, très différent du livre.
Mais ça n’empêche pas que le film est très sympa, il ne faut peut-être pas le prendre comme une adaptation du livre mais plutot comme une inspiration du livre.

A celles qui n’ont pas lu le livre:

Je vous vois venir avec des « oh encore un film de filles bien clichés ».. Bon certes, on y retrouve du cliché en veux-tu en voilà, genre la folle furieuse pendant les soldes ou le gars dont on est sure qu’il va finir avec Becky, MAIS on y passe un bon moment. Je veux dire qu’à tous les derniers films de filles qui sont sortis dernièrement, j’avoue, je me suis ennuyée mais pas en regardant confession d’une accro du shopping. On rigole pas mal en voyant ses déboires, il y a de beaux garçons (héhéhé).

A première vu, on pourrait se dire que c’est un film totalement futile, qui ne parle que de fringues, un film de filles comme tous les autres. On passe un agréable moment en compagnie de l’archétype de l’acheteuse compulsive. Le film est plein d’humour, d’amour (que ce soit envers les humains ou envers des paires de chaussures) et on trouve même une morale : en cas de situation qui semble désespérée, on peut s’en sortir et avoir d’agréables surprises.

C’est vraiment un film pour filles, même si un de mes amis a vu le film et l’a adoré.. Oui oui, c’est un garçon et il a aimé ce genre de film!

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin