Les WTF mode d’été pour tes pieds

Si tu croyais que les assauts du mauvais goût mode s'arrêtaient au-dessous de la cheville, viens découvrir ce qu'ils réservent à tes petons.

Les WTF mode d’été pour tes pieds

Ils sont venus, ils sont tous là : sur invitation du baromètre, tes orteils au grand complet sont sortis de leurs baskets et autres ballerines pour venir respirer au lieu de transpirer. C’est l’été, alors à toi les yeux mouillés-és-és et les pieds dans l’eau-eau-eau, la Macarena en mode Yannick Noah et la voûte plantaire à poil. Podophobe ou fétichiste du talon d’Achille, voilà 3 modes que tes pieds n’auraient jamais voulu connaître.

Attention, les images qui suivent pourraient heurter la sensibilité des orteils qui ont du goût.

Pour briller en société (mais on ne sait pas où) : bagues d’orteils et chaînes de chevilles

Peu importe sur quel coin sablé tu iras faire le lézard desséché cet été, tu trouveras sans doute un rescapé des années 90 qui portera fièrement des trésors d’orfèvrerie aux petons. La mode du bijou de pied vient tout droit des civilisations anciennes et notamment de l’Inde : ça fait partie des traditions d’avoir autant de bling-bling à la voûte plantaire que de dents en or dans feu la bouche de Joey Starr. Les bagouses du gros pouce et autres pendouillons de la cheville seraient portés en signe de séduction, histoire de rejouer 69 année érotique dans tes sandales. Chez nous, la croyance populaire a donné à ces bijoux des significations aussi nombreuses et profondes que les intrigues de Plus belle la vie : je suis mariée/je me prostitue/je suis lesbienne/je cherche un mec… Bref, peu importe le message, l’ensemble fait un sacré bordel quand tu te déplaces. Outre le fait de frôler le découpage d’orteil au niveau des articulations si jamais ton pied est entraîné dans un pogo à la danse des canards, toute la plage t’entendra  aller aux waters grâce aux clochettes du bracelet. Si malgré ces avertissements, tu souhaitais te procurer ces attributs de pin-up Carrefour (et mourir avec des pieds carrés), n’hésite pas à faire des razzias dans les bazars de la plage.

Pour draguer Popeye  au bistrot du coin : tatouages au henné et bijoux de peau à paillettes

En ce qui concerne le tatouage éphémère, la mode touche là encore à une tradition qui s’est égarée aussi vite que l’optimisme dans les chansons de Damien Saez. A l’origine, la technique Mendhi (les dessins au henné) est pratiquée au Maghreb et dans les pays d’Asie du Sud, pour tous les événements festifs type naissance, mariage… Le tatouage temporaire au henné est désormais un attrape-touriste de plage aussi répandu que les tapis artisanaux troués comme du gruyère et les babouches de Barbie. Avantage : le pinceau ou la seringue chargés du boulot étant assez diplomates avec le client, ils ne feront pas de commentaires si tu demandes une licorne qui défèque des donuts sur ton talon.

Attention, le henné doit être vert et pas noir, sauf si tu tiens à prendre tes cloques en photo tout l’été. L’astuce culinaire cheloue du jour est signée Myriam H. : pour renforcer l’encre, tu peux appliquer des compresses de jus de citron. Au pire, tu sentiras le sirop et feras un bon répulsif pour moustiques. Pour les bijoux de peau D-I-S-C-O, je n’ai pas encore trouvé de technique de défense efficace.

Pour aller à la pêche aux moules dans une mare : méduses, crocs et autres chaussures en plastique

Si enfin tu décides de remballer tes pieds de peur que trop de swag t’empêche de converser avec les baleines, le choix de chaussures estivales pourrait bien secouer le confit d’huîtres qui marine dans ton pancréas.

A ma droite, la grand-mère des godasses de plage inbuvables : la Méduse, créée en 1946 par un mec qui a remplacé le cuir des chaussures par du plastique. Comme son surnom l’indique, cette dernière est un peu toxique pour le look. Tu l’as probablement rencontrée dans tes années d’insouciance cul-nu-face-à-la-mer. Après avoir connu la gloire, le fluo et les paillettes dans les années 80, la méduse a tenté un retour en 2010 mais s’est crashée plus vite qu’une vedette de la chanson.

A ma gauche, son arrière-petite-cousine par alliance et adoption, la fameuse Crocs. Elle est grosse, moche, molle et personne ne l’aime, ce qui ne l’empêche pas de vivre et de faire carrière sur les campings.

Alors, ces tendances pédestres sont-elles définitivement à bannir ? Ou tu te laisserais bien tenter par un peu de latex et de henné ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Brifon
    Brifon, Le 14 janvier 2014 à 14h18

    Les méduses j'en portais quand j'étais petite, à la plage.
    Je me souviens qu'elles étaient à paillettes :icon_4laugh:.
    Mon frère, qui a voulu faire son malin en les enlevant, a glissé sur un rocher et son talon a atterri...Sur un oursin.
    Du coup même si je trouve ça moche je trouve ça aussi bien pratique pour les sorties à la plage, surtout quand c'est caillouteux/glissant/riche en oursins/riche en vives/riche en crabes. Ca protège bien la peau des pieds qui a tendance à se "gorger" d'eau et à se couper au moindre effleurement. Pour les sorties dans des endroits avec du courant ou des vagues, je trouve que ça permet aussi de se stabiliser plus facilement. Bref je lui trouve que des avantages à ces méduses, hormi le look.

    Sinon oui il n'y a pas un problème de droite & gauche avec la légende de la photo ?

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)