Vlad Voloshin, un photographe rétro

Bon, ce matin m’a pris l’envie de vous faire découvrir un coup de cœur, un coup de foudre, une sorte de lumière céleste qui m’est tombée dessus y a un moment. Il s’appelle Vlad Voloshin, et la classe de son nom (si, quand même, déjà tu t’appelle Vlad, ça en impose) n’a d’égale que la […]

Vlad Voloshin, un photographe rétro

Bon, ce matin m’a pris l’envie de vous faire découvrir un coup de cœur, un coup de foudre, une sorte de lumière céleste qui m’est tombée dessus y a un moment.

Il s’appelle Vlad Voloshin, et la classe de son nom (si, quand même, déjà tu t’appelle Vlad, ça en impose) n’a d’égale que la classe des ses photos. Il est originaire de Russie mais vit aux Etats-Unis depuis 17 ans, vit à New York depuis 2003 et s’adonne à l’art de la photographie depuis 9 ans maintenant ! Et il fait bien, le bougre.

Si vous aimez le glamour hollywoodien, l’esthétique léchée des films noirs, les vampes aux lèvres dessinées, aux regards profonds qui en disent long sur les situations dramatiques qu’elles traversent : ne cherchez plus ! Je vous conseille cet artiste, jugez plutôt par vous-même :

Et vous pouvez constater aisément que c’est beau. Très beau.

La lumière est à tomber, les modèles sont comme intemporelles, des images de la femme dans ce qu’elle a de plus sensuelle, de plus mystérieuse. A l’heure où le glamour et la sensualité sont quasi-systématiquement maltraités par des modèles et des photographes peu scrupuleux (et peu talentueux, indeed !) qui pensent que la jartelle et l’eye-liner a outrance font la pin-up, j’ai envie de dire « Ouf ! » et surtout merci à cet homme qui sublime les femmes !

La femme fatale qui ne se décoiffera pas en assassinant son mari, qui ne dérapera pas quand il s’agira de monter dans le train en marche pour fuir son passé, qui tapotera doucement sa cigarette en regardant sa pire ennemie agoniser après une gorgée de thé fatale. J’adore ! On devine l’histoire de chacune de ces femmes au premier coup d’œil, on se construit ce noir scénario dans notre tête, on est pas juste face à une « belle image ».

Avec des influences aussi diverses que variées, allant de De la Tour à Dali, en passant par Hopper et Helmut Newton, que l’on ressent dans son travail, comme une sorte d’hommage systématique aux plus grandes références, ses photos sont un melting-pot de retro, de nostalgie et d’inspirations plus contemporaines. C’est une invitation à rentrer dans un univers d’images qui font travailler l’imagination, pas uniquement la contemplation.

Voilà alors si vous êtes un peu curieuses (je sais que vous l’êtes, bande de coquines !), vous fouillerez sur son site pour voir qu’il ne fait pas que dans le glamour retro, il fait aussi de magnifiques portraits et son « Leg Work » est hypnotisant.

Loin de moi l’envie de vous tenir en haleine, voici quelques sites qui vous permettront d’en voir un peu plus sur lui et son travail : son site internet / son profil Model Mayhem / Son profil Myspace / Une très intéressante interview de l’homme

N’hésitez pas à me faire part de ce que vous en pensez, si vous aimez, pourquoi, et si vous n’aimez pas, pourquoi aussi ! J’trouve qu’il y a beaucoup de choses à ressentir et à dire sur son travail alors ne vous gênez pas, je suis très intéressée par votre point de vue !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Dies Irae
    Dies Irae, Le 12 novembre 2012 à 1h41

    Avec l'accord de l'auteure, je me permets de relever quelques petites fautes d'orthographe/de frappe :

    - tu t'appelleS Vlad, ça en impose
    - la classe DE ses photos et non des
    - vampe ou vamp ? il me semble qu'il n'y a pas de E
    - la femme dans ce qu'elle a de plus sensuel et mystérieux, au masculin
    - jarretelle à outrance
    - on n'est pas juste face à une belle image
    - un melting-pot de rétro (plus bas, glamour rétro également)


    Vouala :lunette:

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)