Nez bouché VS nez qui coule, le choc des titans de l’automne

Quand vous avez un rhume, le virus se manifeste de plusieurs manières différentes. Miss Lu vous a préparé une bataille nez bouché VS nez qui coule, (dés)avantages comparatifs.

Nez bouché VS nez qui coule, le choc des titans de l’automne

Quand on est malade (j’entends par là un bon gros rhume, rien de plus grave, hein), il y a souvent plusieurs symptômes combinés. L’un d’entre eux concerne bien entendu le NEZ. Ce petit appendice qui nous sert à respirer est plutôt important, et il est donc souvent l’un des premiers à nous faire signe que ça ne va pas très fort.

Mais le truc avec le nez, c’est qu’il peut se passer, lorsque l’on est enrhumé•e, l’une de ces deux choses : soit on a le nez qui coule… soit il est bouché. Et dans les deux cas, c’est assez désagréable.

Je vous présente donc… roulement de tambour… la BATTLE AUTOMNALE ! Nez bouché VS nez qui coule, qui va gagner ce combat de chiantitude ?

Le nez qui coule, la débandade

On commence avec le nez qui coule (premier signe que vous êtes « enrubé•e »), avec en prime une anecdote VÉRIDIQUE tirée la vie de l’auteure de cet article.

D’abord, vous utilisez des tonnes de mouchoirs. Genre QUATRE BOÎTES EN UNE HEURE. Vous tapissez donc le sol de votre appartement de Kleenex dégoulinants qu’il vous faudra chasser jusque sous votre lit (si tant est que votre chat ne s’est pas amusé à les poursuivre et à les éparpiller dans toute la maison).

rhume-1

Personne ne peut ignorer que vous êtes un virus vivant sur pattes

De plus, vous passez votre temps à renifler bruyamment (personne ne peut donc ignorer que vous avez un rhume et que vous êtes potentiellement UN VIRUS VIVANT SUR PATTES). Ça peut aller du discret « snifff » au moyen « humrrff » au carrément… non, ça c’est vraiment pas possible en société. Surtout quand on est une fille (on est censées péter des arcs-en-ciels et perdre un joli liquide bleu brillant digne d’une fée une fois par mois, vous vous souvenez ?).

Enfin, ultime débandade de votre corps en plein milieu d’une activité honorable : vous dégueulassez votre copie de maths en plein examen. Voilà pour le correcteur : au moins vous saurez pourquoi vous avez une sale note (copie sale… sale note… vous l’avez ?).

À lire aussi : Réparer sa peau après un gros rhume

Nez bouché, les problèmes en bloc (de morve) (pardon)

Tout ça, c’est bien joli, mais il y a une alternative : le NEZ BOUCHÉ. La première caractéristique, c’est que vous sifflez du nez (ça fait un peu vieux pneu dégonflé, c’est pas forcément top). Mais en plus vous devez respirer par la bouche, c’est-à-dire vous interrompre au milieu de vos phrases pour reprendre votre souffle… et surtout garder constamment la mâchoire ouverte.

Ensuite, pour tenter de parer à ces légers inconvénients, vous devez vous laver le nez à l’eau de mer (et ça coûte CHER, alors qu’il y en a des litres et des litres dans le Pacifique et que les baleines s’en gargarisent) (cela veut-il dire que vous ressemblez à une baleine quand vous vous shootez au Stérimar ?) (je vous laisse en proie à vos doutes).

Enfin, vous pouvez éventuellement vous mettre du dentifrice autour des narines (mais si je vous jure ça marche), et ensuite on dirait que vous avez de l’eczéma gelé sur le nez. Ça peut faire un certain effet de style.

À lire aussi : Un « Le Saviez-Vous ? » spécial recettes de grand-mère en vidéo

rhume-2

Le super-pack « tout compris »

Mais rappelez-vous que dans les deux cas, vous avez le nez rouge comme celui d’un clown à force de vous moucher (soit pour éponger soit pour déboucher… enfin vous connaissez le principe de la ventouse je vous fais pas un dessin) : vous ressemblez donc également à un•e ivrogne. Aucune relation avec votre consommation d’alcool à paillettes (pour l’instant), mais le qu’en-dira-t-on, mesdemoiselles, le qu’en-dira-t-on (on s’en fout royalement pour être honnête) !

Vous vous moucherez toutes les deux minutes avec le charme d’un éléphant trompettiste

Et quoiqu’il en soit, vous vous moucherez toutes les deux minutes avec le charme d’un éléphant trompettiste s’entraînant pour le marathon international (celui des éléphants trompettistes, vous l’aurez compris).

Alors ? Vous vous sentez mieux ? Dites-vous que vous n’êtes pas unique en votre genre et que tout le monde passe par là un jour ou l’autre. On devrait d’ailleurs inventer une journée internationale qui célèbre le rhume et toutes ses diverses manifestations.

À lire aussi : Journée mondiale des toilettes : suis ton étron avec Domestos

Et toi, quels sont tes mésaventures nasales ? Quel jour décrèterais-tu comme la journée internationale du rhume ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Saint-Lucq
    Saint-Lucq, Le 28 novembre 2015 à 10h41

    Chez moi par de versus quand j'ai un rhume j'ai le nez qui coule puis j'ai le nez bouché et puis j'ai mal à la gorge. Ca dure une semaine et puis cela se passe jusqu'au prochain. :stare:

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)