4 impairs à éviter de commettre pour ne pas se pourrir la rentrée

Pour vous aider à éviter d'enchaîner les impairs à la rentrée, Sophie-Pierre Pernaut, dans sa grande mansuétude, a décidé de les lister en se basant sur sa triste expérience.

4 impairs à éviter de commettre pour ne pas se pourrir la rentrée

 Publié le 3 septembre 2012

Pour moi, la rentrée scolaire a plus ou moins toujours été un faux départ. Chaque année jusqu’à la fac, j’accumulais tellement les erreurs, dès le premier jour de cours, en croyant bien faire, que je réussissais l’exploit de me faire mal voir en quelques toutes petites heures (et de me fâcher avec moi-même sur le long terme).

Pour vous éviter ce genre de désagréments décidément très inconvenants, j’ai décidé de prendre mon courage à dix doigts en vous exposant les pires impairs à ne pas commettre pour la rentrée – un article basé sur ma propre expérience.

Se référer aux séries US qui disent qu’on devient cool en un été

Quand j’étais petite, je regardais un peu trop de séries américaines à la télé. L’un des gimmicks dans ces programmes, c’est qu’à chaque rentrée scolaire, on y voit une gosse au physique ingrat avec un salon de jardin dans les fesses être devenue une bombe hyper sympa l’espace d’un été.

Tous les ans, j’espérais que ce changement me toucherait personnellement ; je partais de loin, j’étais chaque année désignée comme la plus vilaine de la classe par une partie de mes adorables camarades amateurs de classements à la con. J’imaginais donc être la mieux placée pour devenir celle qui muterait pendant les vacances en fille soudainement super cool, parce que super sûre d’elle.

Mais rien, jamais. Aucun changement ne s’est opéré dans l’agréabilité de ma personne, tant physiquement que mentalement pendant ma scolarité. Pourquoi ? J’ai ma petite idée sur la question : j’ai compris un jour qu’il n’y avait rien de moins cool quand on était ado que de vouloir avoir l’air cool. 

S’inventer un rôle impossible à tenir plus de deux heures

Dans ma quête du cool, j’ai tenté de jouer un rôle pour me rendre plus populaire. Diantre cul que j’ai honte.

Ne faites pas ça. Jamais. Que vous ayez 12, 15 ou 65 ans, n’arrivez jamais dans un nouvel environnement ou dans un ancien environnement avec de nouvelles personnes autour de vous en vous disant « Tiens. Cette année, je vais faire comme si j’étais quelqu’un d’autre pour me faire plein de copains. Je suis sûre que ça va marcher, parce qu’après tout, j’ai fait 6 mois de théâtre en CM2« .

Personnellement, en 6ème, j’ai essayé de passer pour la fille à l’humour universel. Personne n’y a cru. En 3ème, j’ai voulu jouer au trublion rebelle qui fait des blagues à longueur de cours. Non seulement mes boutades ne faisaient rire personne, mais en plus, j’ai pleuré quand ma prof d’anglais, lasse, m’a légèrement houspillée le troisième jour. Au lycée, j’ai voulu faire croire que j’étais le genre de fille qui parle lentement, va voir des films indépendants toute seule au cinéma et qui lit des essais philosophiques, parce que « les romans, c’est mainstream ». Je me suis saoulée en moins d’une semaine.

À moins d’avoir un don pour la comédie au moins égal à celui d’un acteur de Scènes de Ménage, évitez de vous prendre pour une autre tant l’exercice est difficile à tenir sur le long terme. Car ne dit-on pas « chassez le naturel, il revient en tractopelle » ?

Non, on ne le dit pas. Mais on devrait, parce qu’on voit bien l’idée.

Se mettre la pression

La vie n’est pas une pompe à bière et rien ne sert de se mettre une pression monstre à la rentrée. De ce fait, il est de bon ton d’éviter d’arriver pour ton premier jour dans un établissement scolaire en te criant intérieurement « je vais tout déchirer cette année, je serai première de ma promo/classe ».

Si vous le devenez en cours d’année, c’est super, c’est la surprise, c’est la magie et les confettis qui tombent en pluie virtuelle sur vos cheveux soyeux. Si par malheur vous n’êtes pas dans le trio de tête, votre coeur se brisera en repensant à ce jour ensoleillé de septembre où vous avez un peu trop misé sur le mauvais double poney.

Mieux vaut donc rester détendue à l’approche de la rentrée et surtout ne jamais parier de l’argent sur sa future réussite scolaire : il y en a qui ont fini par passer le reste de l’année à manger des conserves de raviolis de marques distributeurs pour moins que ça. Ne jouons pas avec le feu.

Prendre des bonnes résolutions

« Cette année, je lis deux livres par semaine, j’arrête de regarder des vidéos d’animaux sur YouTube pendant les cours, je fais mes dissertations dès qu’on me donne l’énoncé, je me mets au sport, je ne prends plus mon smartphone à l’école et puis, tiens, si j’en profitais pour arrêter de fumer, manger sainement et me mettre au sudoku ? Après tout, je peux tout faire ! » (Presque toutes les étudiantes, au moins une fois dans leur vie)

Non, arrêtez, ne faites pas ça. Que ce soit au 1er janvier ou à la rentrée scolaire, les bonnes résolutions sont la gangrène de l’humanité, au même titre que les chansons de Christophe Maé. Les bonnes résolutions nous semblent être une excellente idée sur le coup, mais sur le long terme, elles se transforment en croque-mitaine tapi dans l’ombre prêt à jaillir du dessous de votre lit les jours de déprime. Car si en septembre, toutes ces décisions semblent tout à fait réalisables, en novembre, le fait d’y repenser vous mettra un coup de rateau derrière l’oreille pour vous punir de ne les avoir mises à exécution.

Sérieusement, ne prenez jamais de résolutions : après vous vous retrouvez en couple avec un avocat qui a des sous plein les poches, de l’humour anglais plein la bouche et de la sexiness sur tout le corps.

Je sais : se retenir de prendre des résolutions la veille de la rentrée scolaire, c’est comme ne pas frapper son collègue qui, sans crier gare, se met à chanter Somebody That I Used To Know : c’est incroyablement dur, tant la pulsion est difficile à réprimer. Pourtant, il faut rester forte et penser sur le long terme. C’est pour votre bien que je dis ça. Mieux vaut, à la limite, prendre des mauvaises résolutions et s’apercevoir avec fierté que vous ne les avez pas toutes tenues.

Alors, prête à rester le plus sereine possible pour la rentrée ? J’espère bien, parce qu’avec Annelise pour la partie beauté et moi pour la partie social fails, on a fait tout ce qu’on pouvait pour t’aider.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sophie Riche
    Sophie Riche, Le 10 septembre 2012 à 9h01

    Mrs Yoda;3539367
    Je crois qu'on a vraiment toutes été traumatisées par les téléfilms / séries / livres sur la rentrée!
    Je me souviens d'un Coeur Grenadine où la meuf se faisait passer pour sa soeur jumelle rock star. :yawn:
    Eh mais je l'ai lu celui-ci (ouh mais le coup de vieux) ! Je crois même que c'est le plus "le WTF est complet" que j'ai lu, avec celui des deux copines au concert des 24U. :cretin:

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)