Louis-José Houde, la superstar de l’humour québécois est à Paris

Bérengère Krief m’a fait découvrir Louis-José Houde, grosse reusta de l’humour québécois qui vient se faire connaître à Paris… Publié initialement le 17 mars 2012 (Mise à jour du 8 mai 2013 : il est de retour au Grand Point Virgule du mardi au samedi en mai-juin, rendez-vous ici !) Mercredi soir, la copine Bérengère […]

Louis-José Houde, la superstar de l’humour québécois est à Paris

Bérengère Krief m’a fait découvrir Louis-José Houde, grosse reusta de l’humour québécois qui vient se faire connaître à Paris…

Publié initialement le 17 mars 2012

(Mise à jour du 8 mai 2013 : il est de retour au Grand Point Virgule du mardi au samedi en mai-juin, rendez-vous ici !) Mercredi soir, la copine Bérengère Krief me propose d’aller voir « Louis-José Houde ». Hein qui ça quoi ? « Louis-José Houde, il est québécois, il remplit des salles de ouf au Québec » : j’me disais aussi qu’avec un prénom pareil, c’était forcément un cousin !

Bérengère qui enchaîne : « au Québec, on dit qu’y a deux artistes qui blindent les salles : Céline Dion et Louis-José Houde !« … Fou. Le mec, qui fait des immenses scènes outre-Atlantique, arrive doucement en France et bien sûr, il est carrément inconnu ici – le grand classique : la culture française s’importe bien mieux là-bas que l’inverse (si on excepte les Garou et autres chanteuses avec des trémolos dans la voix).

Le voilà donc arrivé au (tout petit) théâtre du Point Virgule, devant une petite centaine de personnes. L’occasion pour lui de tester de nouvelles blagues mais aussi « d’adapter » son spectacle en français de chez nous – même s’il continue à utiliser des expressions typiquement québécoises.

Il dit d’ailleurs sur son blog, où il raconte son périple français : « J’sais jamais trop si les gens rient de la joke ou de l’accent, mais bon…« . C’est clair que ça participe au charme du bonhomme pour les amoureux du Québec en France (j’en suis et je sais qu’y en a deux-trois autres).

Louis-José Houde est donc le genre de gars qui fait des vannes excellentes à partir de son quotidien tout ce qu’il y a de plus basique. Un humour basé sur le comique d’observation, sur les petites situations cocasses de la vie, comme quand il raconte ce voyage en Guadeloupe – « Une île française, qui appartient à la France, mais sans aucun Français… c’est pour que ça qu’on appelle ça… Le Paradis« . J’ai personnellement limite fait pipi-culotte à plusieurs reprises.

  • Foncez donc voir son blog, où il raconte le passage des salles de 5000 places à un petit théâtre comme le Point Virgule et à un relatif anonymat dans notre douce contrée.
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MarlitaBCN
    MarlitaBCN, Le 9 mai 2013 à 17h33

    Ah les jokes québécoises... Ça va me manquer ! Franchement, je trouve son accent pas si pire. A Montréal, l'accent est light par rapport au reste de la province. J'ai jamais eu de problèmes avec le québécois. Avant que je viennes y vivre, on m'avait parlé de quelques semaines d'adaptation... C'est sûr qu'ils ont des expressions différentes et un accent différent, mais si on écoute bien le contexte de la phrase c'est facile à comprendre.
    Je ne sais pas si les français se rendent compte que c'est pas non plus toujours facile pour un québécois de comprendre un "français de France".

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)