L’Instant Putassier #6 – La suceuse de personnalité

(Initialement posté le 17 juillet 2008) — Devant le caribou dépressif et la ménopause précoce, la suceuse de personnalités arrive directement en première position de mon top 3 des choses me laissant le plus perplexe. Vous en connaissez forcément une, ou deux ou cinq : la suceuse de personnalités n’a pas d’âge prédéfini, n’a pas de […]

L’Instant Putassier #6 – La suceuse de personnalité

(Initialement posté le 17 juillet 2008) — Devant le caribou dépressif et la ménopause précoce, la suceuse de personnalités arrive directement en première position de mon top 3 des choses me laissant le plus perplexe. Vous en connaissez forcément une, ou deux ou cinq : la suceuse de personnalités n’a pas d’âge prédéfini, n’a pas de tare physique permettant de la démasquer dès qu’elle arrive dans un groupe, ni de comportement laissant présager sa maladie au premier abord.

Tout ce qu’on sait d’elle, c’est qu’elle est fourbe. Elle aime les mêmes choses que vous mais n’est pas votre meilleure amie, elle a également les mêmes centres d’intérêt que sa voisine de cours Roberta, mais ce n’est pas sa meilleure amie non plus, et petit à petit elle débarque avec les mêmes pompes que vous, et un tee-shirt arborant le nom du groupe préféré de Roberta, et soudain, ce formidable sentiment humain vous envahit jusqu’à la moelle : le doute.

Cette fille serait-elle une suceuse de personnalités ?

Comment discerner une suceuse de personnalités d’une fille normale, qui a juste plus ou moins des goûts identiques aux vôtres ? Et enfin, comment se débarrasser d’une suceuse de personnalités ?

La suceuse de personnalités, que nous allons dès à présent appeler la SP parce que ce sera moins long pour moi à écrire, est telle une éponge : sèche au départ, elle absorbe tout ce qui lui semble cool autour d’elle, pensant ainsi développer une plus grande individualité. Evidemment, cela vous fait dilater la rate. Moi aussi. Car contrairement à une fille lambda, la SP ne cherche pas à se forger une once d’originalité en cherchant autour d’elle des éléments correspondants à sa nature profonde. La SP n’est pas un être curieux, mais un être tentaculaire, attendant que l’information vienne à lui et la nourrisse.

Concrètement, ça donne ceci :

Il apparaît clairement sur le schéma que la SP ne s’inspire pas de ce qui l’entoure mais pompe sa substance dans les violons d’Ingres des personnes gravitant autour d’elle.

Evidemment la frontière est mince, puisque nous puisons toutes nos influences et nos actions en autrui : nous devenons ce que nous sommes au fil des échanges et des discussions avec nos copines. Comment alors repérer une SP ?

Fiez-vous à votre instinct : la SP vous dérange, il y a quelque chose de louche en elle, sans que vous ne sachiez quoi. Un jour, vous la surprenez en train de balancer une blague que vous lui aviez faite alors que vous n’étiez que toutes les deux. Elle avait ri de façon démoniaque et vous aviez cru voir un éclair de folie dans son regard. Des indices vous troublent. Ca commence par la même couleur de cheveux que vous et ça finit dans un sous-sol d’immeuble avec un couteau de cuisine (pour pousser l’étude, voir JF recherche appartement). Elle en fait trop : le jour où Marie-Zoubida lui a parlé du groupe underground Les Lépreux Raëliens, elle a affiché leur poster dans sa chambre, crée un fan-club Facebook et les a demandé en ami myspace. Sans avoir encore écouté leur cd. Ce n’est pas qu’elle a des plaisirs communs aux vôtres, c’est que vos dadas deviennent les siens après que vous lui ayez mis sous le nez.

Mais ce qui différencie une SP d’une fille normale, c’est avant tout sa faculté à ne jamais contribuer à la culture générale des autres : elle n’a jamais de trouvaille à faire partager, jamais d’idée ou de suggestion à vous donner, il n’y a pas de retour, elle digère les informations transmises par son cercle social pour mieux le vomir platement.

Définition du parasite : Organisme animal ou végétal qui, pendant une partie ou la totalité de son existence, se nourrit de substances produites par un autre être vivant sur lequel ou dans les tissus duquel il vit, lui causant un dommage.

Si la SP semble convenir à la définition de parasite, alors prenez garde : elle finira par se loger dans votre cervelet pour mieux vous cloner.

Se délivrer de la SP n’est pas aussi simple que de prendre des antibiotiques ou planquer son bordel sous son lit en pensant que c’est rangé. Vous ne pouvez pas vous planter devant son nez en affirmant « Tu es une SP », car alors elle vous demandera ce qu’est une SP, trouvera ça aussi satanique que vous et décidera de haïr les SP pareillement (autrement dit, un cercle vicieux). Pour vaincre une SP, deux solutions :

  • Découvrez-vous des passions universellement honteuses (je suis abonnée au magazine Nous Deux) voire obscènes (je suis fan des peintures de Hitler). La SP ira alors téter le sang de quelqu’un d’autre, et vous serez à nouveau libre.
  • Devenez la SP de la SP. Plus difficile certes, mais en plus d’avoir la paix, vous lui donnerez une leçon. Achetez vous la même housse de couette qu’elle, disposez les objets de votre lieu de vie de façon identique à ceux de son propre lieu de vie, invitez-la alors dans votre demeure ou vous lui offrirez le même déodorant que vous en gloussant un « comme ça on aura le même hihihihi » Faites lui peur. Faites lui croire que la psychopathe, c’est vous.

De rien.

Au cas où cela ne marcherait pas, cessez de nourrir la bête. Parlez-lui de Jenifer. Du réchauffement climatique. De notre gouvernement. Que des sujets prosaïques et remâchés. Rendez-lui service : forcez la ainsi à découvrir le monde par elle-même, qu’elle s’envole tel le papillon de lumière qu’elle est.

La prochaine fois je vous parlerai des gens qui vous bousculent dans la rue sans se retourner comme si leur épaule avait touché un objet inanimé.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 49 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • SullivanBabe
    SullivanBabe, Le 12 avril 2013 à 18h49

    Oh mon dieu ! Tu viens littéralement de décrire mes 6 derniers mois. (Exemples: 'Oh je vais bosser à fond l'histoire comme ça je pourrais être accepté dans la même licence que toi/Pourquoi tu te mets en mode 'invisible' sur Spotify? je peux plus voir ce que tu écoutes/Hé ! j'ai acheté le même top que toi t'avais le mois dernier trop cool hein ?!). Ouais bon la mienne est une SP doublée d'une 'Attention Whore' (cf ici).
    J'ai quand même réussi à m'en débarrasser quand elle s'est trouvée une nouvelle identité pour s'inspirer, et en l'évitant du mieux que je peux.

Lire l'intégralité des 49 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)