L’expert interrompu par ses enfants dans une vidéo virale raconte l’envers du décor

Par  |  | 44 Commentaires

Quand un professeur se fait interrompre son interview en direct sur la BBC par ses enfants, la vidéo devient immédiatement virale... Retour sur cette scène qui a fait le tour du Web, avec la famille au complet !

L’expert interrompu par ses enfants dans une vidéo virale raconte l’envers du décor

La scène a fait le tour du monde.

On y voit Robert Kelly, professeur et expert en politique sud-coréenne, se faire interviewer par la BBC quand la porte derrière lui s’ouvre.

Sa fille débarquer alors en dansant, puis son fils… Puis sa femme, qui court paniquée, glisse sur le sol et récupère les enfants pour les sortir de la scène.

La vidéo YouTube compte pas moins de 17 millions de vues, celle postée sur Facebook par la chaîne, 21 millions… Et je dois avouer l’avoir moi-même regardée cinq ou six fois tant j’ai trouvé l’histoire à la fois drôle et mignonne.

Le 14 mars, la famille a donné une interview à la BBC pour revenir sur cet entretien qui a mal tourné.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que maintenant que j’ai vu ça, je suis ENCORE plus fan de cette famille dépassée par les événements…

Richard Kelly et sa femme Kim Jung-A s’expriment sur cette scène inattendue

La famille entière est présente pour cette interview. On retrouve donc Richard Kelly mais aussi sa femme Kim Jung-A, ainsi que leurs deux enfants : Marion, 4 ans, et James, 8 mois.

Dès les premières secondes, l’expert explique avoir reçu énormément de sollicitations les premiers jours, et avoir de ce fait décidé de couper wifi et smartphone :

« C’était assez fou, on ne s’attendait pas à connaître une telle célébrité un jour dans nos vies. (…)

Nous avons regardé de nouveau la vidéo plusieurs fois, notre famille aussi. Tout le monde semble surexcité… On comprend que les gens la trouvent si drôle. »

Cette scène parle aux familles du monde entier. On y voit tout : les enfants qui apparaissent au pire moment, les yeux du père qui se ferment, abandonnant, la tentative de la mère de sauver la mise… D’ailleurs elle précise :

« On a beaucoup ri… Mais on a eu peur que la BBC ne rappelle jamais ! »

Alors Richard Kelly contacte immédiatement la chaîne pour s’excuser. 15 minutes plus tard, surprise, on lui demande s’il accepte que la vidéo soit postée sur Internet…

Au début le couple refuse, de peur qu’on se moque de leurs enfants, puis décide finalement d’accepter.

Derrière cette interview interrompue, une vie de famille ordinaire

Que s’est-il vraiment passé ce jour-là  ? Richard Kelly explique que l’incident est de sa faute : il a oublié de fermer la porte à clé. Kim Jung-A, elle, regardait avec les enfants l’interview en direct à la télévision.

La femme précise qu’il y a 20 secondes de délai entre le Skype et la diffusion à la télé. Elle n’a donc pas eu le temps de voir sa fille à la télévision. Elle raconte en revanche s’être soudainement rendu compte que Marion avait disparu et que la porte du bureau était ouverte.

Le professeur interviewé raconte la scène de son point de vue :

« Beaucoup de gens ne réalisent pas, mais j’avais un retour sur Skype donc j’ai vu Marion arriver dès qu’elle a ouvert la porte. J’ai alors espéré que ma femme s’en rende compte et trouve un moyen de la sortir.

On voit dans la vidéo que je tente de la repousser avec mon bras derrière la chaise. C’est parce qu’on garde des livres et des jouets juste là [il désigne une petite armoire derrière lui, NDLR], et j’espérais qu’elle prenne un bouquin, ne serait-ce que 30 secondes, pour pouvoir conclure l’interview

Et puis quand mon fils est rentré, j’ai compris que c’était fini, je ne pouvais plus rien faire. J’espérais juste que vous coupiez de votre côté. »

Kim Jung-A est la femme de Robert Kelly, pas la nourrice des enfants

Le présentateur de la BBC décide d’interroger le couple sur une polémique qui a éclaté sur internet après que plusieurs magazines ont annoncé que Kim Jung-A était la nourrice, très probablement car elle est asiatique.

La jeune femme répond qu’elle n’a pas l’intention de créer le débat.

« Je m’en fous… J’espère juste que la vidéo amuse le public. »

Et c’est peut être ce qui compte le plus : rire ensemble de cette scène, quand l’actualité ne prête vraiment pas à sourire.

À lire aussi : 30 abominables raisons de faire des enfants

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (44) Facebook ()

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!