Hussein Chalayan – Un créateur en 5 minutes

Pondu par PerrineP le 19 février 2013     

Dans cette série de portraits, Perrine vous présente des créateurs de mode encore peu connus du grand public. Aujourd’hui, c’est Husein Chalayan qui est à l’honneur ! 

Des origines multiculturelles

Hussein Chalayan est un designer de mode chypriote-turc installé en Grande-Bretagne depuis l’âge de 8 ans. Il a fait ses études à la célèbre Central Saint Martins. Le concept store anglais Browns a d’ailleurs rachetée sa collection de fin d’études, nommée Buried Dress, qui abordait le thème de l’évolution et de destruction avec des robes en papier laissées sous terre pendant 3 mois.

Hussein Chalayan fonde sa maison de couture en 1994 avec l’aide fonds obtenus par des concours. Il s’affirme très vite comme un concepteur expérimental hors du commun.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes Portrait2

En 2000 le magazine Time le cite comme l’un « des créateurs les plus innovants de tous les temps ». Il est également nommé Designer Britannique de l’année et reçoit l’ordre de l’Empire Britannique par la reine Elizabeth en 2006. C’est Vogue USA qui proclame qu’il est « le premier designer intellectuel de sa génération ».

Hussein Chalayan, un designer « intellectuel »

À mi-chemin entre art et mode, les créations de Chalayan sont conceptuelles. Le créateur mêle design, architecture, politique, religion, nouvelles technologies, critique sociale et mode. C’est pourquoi un bon nombre de ses collections sont exposées lors d’évènements d’art contemporain comme les biennales ou les musées. Il utilise souvent des supports vidéo ou sonores et ses défilés sont de véritables performances.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes Gaga

Gaga dans la Robe à bulles de Chalayan, qui partage visiblement son goût pour la performance

Ses thèmes de prédilection sont le déplacement, l’identité, l’isolement et l’oppression, qui sont tous liés à son vécu. Il évoque souvent les questions du voile islamique, de la diaspora, de la guerre et des nombreux déménagements qu’il a subi. Ses créations sont difficilement portables et relèvent de l’art ou de la pièce unique. Chalayan n’est pas intéressé par la mode au sens général du terme, il se préoccupe plus de l’évolution du corps humain et de son enveloppe. Il a d’ailleurs failli devenir architecte, ce que l’on ressent dans la construction de ses vêtements.

Des créations révolutionnaires

Between (printemps-été 1998)

Avec cette collection, Chalayan aborde le sujet politique du voile islamique. Il veut susciter la réflexion sur l’identité et notamment sur la condition des femmes musulmanes. Lors du défilé, six mannequins rentrent en scène les unes après les autres. La première est nue, seul son visage est caché par un masque. La seconde l’est à moitié et ainsi de suite jusqu’à ce que la dernière soit recouverte d’une burqa longue. Chalayan souhaitait montrer comment le code religieux dépersonnifie l’humain sans provoquer ou se moquer de la religion musulmane.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes 1998

Before Minus Now (printemps-été 2000)

Chalayan aborde ici la question de l’innovation. Il intègre la technologie au vêtement avec la célèbre « Airplane Dress » (la robe avion) qui était contrôlée à distance. La robe en fibre de verre se métamorphosait sur scène à l’aide de mécanismes électroniques commandés et par la force du magnétisme pour laisser place à une robe tout en volume.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes Airplane Dress

Afterword (automne-hiver 2000)

C’est sûrement la collection la plus connue de Hussein Chalayan. Habitué aux déménagements fréquents dus aux conflits turcs et chypriotes, Chalayan imagine une maison que l’on pourrait emmener avec soi, sur soi. Les housses de fauteuils se retournent pour se transformer en robe, la table en bois se déplie telle une jupe à crinoline et les chaises se plient afin de devenir des valises. La performance est impressionnante et découle d’une vraie réflexion sur l’identité et le déplacement.

Ambimorphous (automne-hiver 2002)

Le créateur reprend le concept de la collection Between en faisant évoluer progressivement le vêtement de mannequins en mannequins : la première fille défile vêtue d’un costume traditionnel turc brodé très chargé, la dernière porte un tailleur pantalon qui serait le costume occidental. Entre ces deux mannequins, les vêtements représentent le processus de « morphing » qui mélange ces deux inspirations.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes 2002

One Hundred and Eleven (printemps-été 2007)

Des robes qui rétrécissent comme par magie et des jupes qui se déploient en l’air, les vêtements de la collection One Hundred and Eleven se modulent à distance directement sur scène. La performance est éblouissante de technologie et de poésie et Chalayan repousse encore les limites de l’innovation et de la transformation.

Airborne (automne-hiver 2007)

Plus de 15 600 ampoules LED, des affichages de cristal, des équipements high-tech… Hussein Chalayan devient le maître de la technologie textile. Le créateur explore la résistance à la nature et l’harmonie avec celle-ci à la façon des créatures abyssales.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes Airborne

Readings (printemps-été 2008)

Readings s’interroge sur la notion de rapidité et de modernité. Ornés de cristaux Swarovski, les vêtements sont équipés de deux cents lasers mobiles qui émettent des rayons rouges.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes Readings

Inertia (printemps-été 2009)

Chalayan évoque la vitesse, comme si le corps devenait le témoin d’un crash violent. La collection présente des mini robes en latex comme figées dans l’espace, avec des motifs de voitures accidentées peintes à la main. Le crash est une métaphore de l’accélération du rythme de vie que l’individu subit.

Hussein Chalayan   Un créateur en 5 minutes 2009

En 2011, Hussein Chalayan lance Grey Line, une ligne secondaire plus accessible composée de basiques sobres, intemporels et minimalistes déclinés autour de matières simples.

Le designer rejoint la lignée des concepteurs intellectuels tels que Martin Margiela ou Issey Miyake, qui développent un concept philosophique complexe autour du vêtement et du corps.

Vous connaissiez déjà Hussein Chalayan ? Qu’est-ce que vous pensez de son travail ?

Ça vous a plu ? Partagez !

41 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par PerrineP - Tous ses articles

Perrine est la spécialiste modasse de madmoiZelle depuis janvier 2013. Styliste de formation, le vêtement c'est sa passion. Ça, Londres, le vernis à ongles et le tiramisu.

Plus de PerrineP sur le web :

Tous les articles Créateurs, madmoiZelle aime..., Magazine Mode et aussi Tendances Mode
Les autres papiers parlant de ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. rennyrenny

    Le 19 février 2013 à 18:17

    beau travail de recherche de la part de l'auteure du sujet.
    et que dire des travaux de Chalayan, magnifique, brillant, époustouflant meme(c'est de l'Art en somme)

    j'aime beaucoup, de vraies performances artistiques(je ne vois plus le vetement mais la structure en général, corps et vetements se faisant écho)

    merci de cet article et pour cette découverte
  2. MelimelofolleMelimelofolle

    Le 19 février 2013 à 18:17

    C'est dans ces moments là que je me rend compte à quel point je ne comprend pas le monde de la mode et des stylistes.

    Le plus simple serait de faire des vêtements que l'on peut acheter non ? La plupart des trucs qu'on voit en défilés sont impressionnant parfois beaux, mais en aucun cas achetable ou même portable !
    Jme vois mal faire une soirée avec la robe "avion":eh:

    M'enfin j'aimerai comprendre en quoi ça intéresse parce que j'ai quand même l'impression de louper quelque chose quand je vois l’intérêt que beaucoup de gens y portent…

    Je suis juste curieuse de savoir à quoi ça SERT ? :shifty:
  3. MymyMymy

    Le 19 février 2013 à 18:45

    @melimelofolle : Je ne connais rien à la mode non plus mais là c'est clairement de l'art, de la réflexion et de la performance. De la haute couture qui peut être portée dans un cadre exceptionnel (comme montré avec l'exemple de Lady Gaga)… C'est clair que c'est pas une démarche de prêt-à-porter :)
  4. Floflow'Floflow'

    Le 19 février 2013 à 19:04

    Pour moi Chalayan n'est pas un stylite modélisme ou ce que vous voulez.
    Si vous ne comprenez pas pourquoi la mode haute couture est fait de vêtements impossible à porter dans la vie courante, c'est parce que ce n'est pas du prêt à porter. C'est plus un vêtement conceptuel.

    Je trouve que ce qu'il fait est vachement recherché mais que ces concepts sont plus pour des musées d'art décoratifs.
    Après les performances sur le podium sont vraiment bluffantes et magnifiques.
    D'ailleurs son expo aux Arts Déco de Paris était super sympa!
  5. ShoshannaShoshanna

    Le 19 février 2013 à 20:14

    Posté par floflow
    Pour moi Chalayan n'est pas un stylite modélisme ou ce que vous voulez.
    Si vous ne comprenez pas pourquoi la mode haute couture est fait de vêtements impossible à porter dans la vie courante, c'est parce que ce n'est pas du prêt à porter. C'est plus un vêtement conceptuel.

    Je trouve que ce qu'il fait est vachement recherché mais que ces concepts sont plus pour des musées d'art décoratifs.
    Après les performances sur le podium sont vraiment bluffantes et magnifiques.
    D'ailleurs son expo aux Arts Déco de Paris était super sympa!

    Je suis tout à fait d'accord avec toi, sur le fait que les vêtements d'Hussein Chalayan sont des oeuvres d'art, et qu'il ne faut pas aborder ses défilés en attendant de voir les nouvelles tendances pour la prochaine saison.
    Néanmoins, je me permets juste de te reprendre sur l'amalgame qui est souvent fait entre le prêt à porter et la haute couture. La différence étant, que le prêt à porter sont des vêtements standardisés ( donc, de taille 36, 38 ) vendus dans des boutiques. La haute couture, comporte des pièces faites sur mesure, à la main, par une seule couturière du début à la fin. La haute couture n'est donc pas absolument importable, au contraire, il y a un gros marché derrière, et la plupart du Chanel, ou Dior en haute couture, pour ne cité qu'eux, sont des tenues assez représentative de la marque, pour être sûre de bien vendre.
    Mais c'est vrai que ça porte à confusion, car Iris van herpen par exemple, fait de la haute couture car ses vêtements sont des oeuvres d'art importable, mais elle va bientôt se mettre au prêt à porter.

    Bref, j'ai beaucoup aimé cet article, j'ai appris pas mal de chose que je ne connaissais pas, merci :test
  6. ThedreamingThedreaming

    Le 19 février 2013 à 21:22

    Je n'aime pas vraiment le monde de la mode. Je trouve ça inutile de scruter les "dernières tendances".
    Pourquoi une chose devrait-elle se démoder pour finir par être remplacée par une autre ??? C'est une vrai question que je me pose … D'autant plus que ce ne sont que quelques personnes qui décident d'une tendance ou non.
    Mais là je dois dire que j'ai été bluffé ! Merci pour cette magnifique découverte !
    J'aime quand il y a de la recherche et de la réflexion derrière, je trouve ça très artistique.

    Bref je vais essayer de me renseigner sur ce designer !
  7. Claire DefresnesClaire Defresnes

    Le 20 février 2013 à 12:00

    J'aime bien les deux burqa courtes à gauche sur la photo, c'est pratique pour se promener incognito dans la rue (ou à défaut, dans une soirée costumée).

    A la question "à quoi sert de faire des robes immettables?", eh bien tout simplement à faire parler de soi et de sa marque.
    Et après, on fait son beurre avec le prêt-à-porter.

    La haute couture, c'est de la com, ce n'est pas fait pour s'habiller.
  8. Claire DefresnesClaire Defresnes

    Le 20 février 2013 à 12:03

    Posté par thedreaming
    Je n'aime pas vraiment le monde de la mode. Je trouve ça inutile de scruter les "dernières tendances".
    Pourquoi une chose devrait-elle se démoder pour finir par être remplacée par une autre?"


    Eh oui, la mode, c'est ce qui se démode, et le but est de vous faire acheter de nouveaux vêtements alors que les anciens ne sont même pas usés.

    Mais la meilleure façon de ne pas être démodée est tout simplement de ne pas suivre la mode.
    Et surtout de ne pas jeter ses vieilles fringues, car forcément un jour ou l'autre, on revient à des modes anciennes, il n'y a quand même pas 40 000 possibilités.
  9. Betty ViciousBetty Vicious

    Le 20 février 2013 à 14:06

    Cet homme est tout simplement un génie :jv:
  10. Floflow'Floflow'

    Le 23 février 2013 à 23:00

    Posté par shoshanna
    Posté par floflow
    Pour moi Chalayan n'est pas un stylite modélisme ou ce que vous voulez.
    Si vous ne comprenez pas pourquoi la mode haute couture est fait de vêtements impossible à porter dans la vie courante, c'est parce que ce n'est pas du prêt à porter. C'est plus un vêtement conceptuel.

    Je trouve que ce qu'il fait est vachement recherché mais que ces concepts sont plus pour des musées d'art décoratifs.
    Après les performances sur le podium sont vraiment bluffantes et magnifiques.
    D'ailleurs son expo aux Arts Déco de Paris était super sympa!


    Je suis tout à fait d'accord avec toi, sur le fait que les vêtements d'Hussein Chalayan sont des oeuvres d'art, et qu'il ne faut pas aborder ses défilés en attendant de voir les nouvelles tendances pour la prochaine saison.
    Néanmoins, je me permets juste de te reprendre sur l'amalgame qui est souvent fait entre le prêt à porter et la haute couture. La différence étant, que le prêt à porter sont des vêtements standardisés ( donc, de taille 36, 38 ) vendus dans des boutiques. La haute couture, comporte des pièces faites sur mesure, à la main, par une seule couturière du début à la fin. La haute couture n'est donc pas absolument importable, au contraire, il y a un gros marché derrière, et la plupart du Chanel, ou Dior en haute couture, pour ne cité qu'eux, sont des tenues assez représentative de la marque, pour être sûre de bien vendre.
    Mais c'est vrai que ça porte à confusion, car Iris van herpen par exemple, fait de la haute couture car ses vêtements sont des oeuvres d'art importable, mais elle va bientôt se mettre au prêt à porter.

    Bref, j'ai beaucoup aimé cet article, j'ai appris pas mal de chose que je ne connaissais pas, merci :test

    Oui en effet, je me suis mal exprimée à propos de la haute couture. J'aurais dû dire que la plupart des designers de mode comme Chalayan font plus des vêtements pour de l'événementiel.

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !