Le droit à une scolarité sans harcèlement entre dans la loi

Le droit à une scolarité sans harcèlement a été consacré comme un principe du droit à l'Education par l'Assemblée Nationale, dans le projet de loi sur « l'école de la confiance. »

Le droit à une scolarité sans harcèlement entre dans la loi

Le harcèlement scolaire touche plus de 700 000 élèves en France, selon le sujet présenté par Florence Paracuellos dans le journal de France Inter, ce mercredi 13 février 2019.

En 2015, Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre de l’Éducation Nationale, avait instauré la première journée de lutte contre le harcèlement scolaire, le 5 novembre. Elle a désormais lieu chaque année, au premier jeudi du mois de novembre.

Le harcèlement scolaire, ce fléau tabou

Mais avant ça, le harcèlement scolaire était un tabou : pas un problème, des jeux d’enfants, ça forge le caractère… Les témoignages d’ancien·nes élèves harcelé·es étaient balayés.

Il a fallu que plusieurs enfants soient poussés au suicide par les brimades de leurs camarades, que les réseaux sociaux servent de caisse de résonance à cette violence, pour que le sujet soit pris au sérieux.

J’aime à croire que les journalistes qui se sont saisis du problème ont contribué à sensibiliser l’opinion publique, et finalement, à alerter les décideurs publics sur la gravité du phénomène.

Sur madmoiZelle, bien sûr, nous avons traité ce sujet sans relâche, pour qu’il ne soit plus discrédité comme un jeu d’enfants, un rite de passage.

France TV y avait également consacré un excellent film documentaire : « Souffre-douleurs, ils se manifestent », un plaidoyer contre le harcèlement scolaire.

À lire aussi : EnjoyPhoenix nous parle de harcèlement scolaire : « J’avais l’impression d’être une moins-que-rien »

Le droit à une scolarité sans harcèlement scolaire

Dans la nuit du 12 au 13 février 2019, l’Assemblée Nationale a adopté un amendement consacrant le droit à une scolarité sans harcèlement. Ce droit s’inscrit dans les principes du droit à l’Éducation.

Cette disposition a une forte valeur symbolique, mais ça ne signifie pas qu’elle n’a QUE cette valeur symbolique.

Elle fixe dans la loi française l’importance que nos représentant·es veulent donner à la lutte contre le harcèlement scolaire. Et l’inclure dans les principes du droit à l’Éducation, c’est poser ce droit comme un fondement du droit à l’Éducation.

Le sujet est mentionné dans le journal du mercredi 13 février sur France Inter

Comment le droit à une scolarité sans harcèlement scolaire sera traduit en pratique ?

Difficile à ce stade de prédire comment ce droit sera traduit dans les faits, mais le principe d’une sanction a d’ores et déjà été acté.

En effet, Frédéric Reiss, député Les Républicains, a fait adopter un amendement précisant que des sanctions seront prévues.

Bernard Perrut, autre député Les Républicains, a proposé que les élèves responsables de harcèlement suivent un stage de sensibilisation au harcèlement scolaire, afin de déconstruire les mécaniques de groupes toxiques.

L’inscription de ce droit à une scolarité sans harcèlement est surtout un signal fort envoyé à celles et ceux qui, au sein de l’Éducation Nationale ou en dehors, nient ou doutent encore de la gravité de ces phénomènes.

À lire aussi : Un bizuté et un bizuteur, deux témoignages pour une seule violence

Pourquoi la lutte contre le harcèlement scolaire est primordiale ?

Le timing de ce vote est très intéressant : au début de la semaine, le monde découvrait les agissements de la Ligue du LOL, un harcèlement viriliste décomplexé.

Sur un groupe Facebook privé, un cercle de jeunes journalistes et communicants s’en donnaient à coeur joie sur les réseaux sociaux, parfois sous des pseudonymes.

Ils vannaient d’autres journalistes, blogueurs, des féministes, souvent des gens qui avaient l’audace de défendre leur travail, leurs opinions, leur vision du monde.

Quel est le rapport avec le harcèlement scolaire ? Tout est dans la méthode, et la cruauté gratuite.

Il faut lire le témoignage de Benjamin LeReilly pour constater que ce qu’il a subi de la part de membres de la Ligue du LOL, c’était du harcèlement.

C’est tout à fait comparable à ce qu’il peut se passer dans les cours d’école, et se poursuivre ensuite sur les réseaux sociaux.

Même topo concernant cet exemple partagé par le journaliste Thomas Messias : quel témoin extérieur pouvait faire le rapprochement entre une phrase sans intérêt et un gif d’apparence absurde ?

Mais quand ce type de « coïncidence » se reproduit à répétition… C’est qu’il y a volonté de rappeler à la personne que je te lis, et je me fous de ta gueule. Ce que raconte le journaliste dans le thread ci-dessous, à dérouler.

Les dynamiques du harcèlement scolaire persistent si on ne les déconstruit pas

En 2014, madmoiZelle avait donné la parole aux harceleuses : celles qui avaient été bourreaux de cours d’écoles avaient accepté de nous partager leurs témoignages, et de revenir sur cette partie de leur histoire.

Les raisons qui les avaient poussées à exercer une domination parfois très cruelles sur d’autres camarades étaient similaires : anciennes victimes qui avaient peur de le redevenir, besoin d’appartenance au groupe, pas conscience qu’on faisait tant de mal.

Samedi et dimanche, plusieurs membres de la Ligue du LOL ont publié des messages d’excuses sur leurs réseaux sociaux. Il est intéressant de noter que l’appartenance au groupe et l’absence de conscience de leurs actes revenaient dans les textes.

Cette similitude troublante, Louise Tourret l’analyse longuement dans cet excellent article : La Ligue du LOL, un harcèlement de « bac à sable ».

Elle y décrypte les mécanismes du harcèlement scolaire communs à ceux mis en oeuvre par la Ligue du LOL. Ici, par exemple, l’influence de la popularité :

« Je me suis aussi beaucoup interrogée sur la hype qui caractérise la bande des «loleurs». Une amie me confiait n’avoir jamais été proche d’eux car « pas assez cool ».

« Le harcèlement prospère sur le manque de communication et sur une certaine manière de détourner le regard. Cela vaut partout » écrit Louise Tourret, et je suis amplement d’accord avec sa conclusion :

« Il est urgent que les adultes prennent ce problème à bras le corps et brisent la spirale qui nous acclimate à la violence entre pairs dès nos plus jeunes années.

Qui nous préparent à la subir voire, pire, à la perpétrer une fois devenu une grande personne. »

Finalement, le droit à une scolarité sans harcèlement, c’est bien la première étape nécessaire pour construire ensuite des rapports sociaux, amicaux, professionnels dans le respect mutuel.

Ça valait bien une mention dans la loi.

Qu’en penses-tu ? As-tu vécu du harcèlement scolaire ? As-tu été confrontée à d’autres phénomènes de harcèlement, dans les études, ton premier job ? Viens en parler dans les commentaires !

À lire aussi : Je suis victime de harcèlement scolaire, que faire ?

recap rigolo game of thrones s08e01

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • LenaHDR
    LenaHDR, Le 13 février 2019 à 23h52

    Pour l'avoir vécu, je peux dire que j'ai eu du mal à m'en remettre. Encore aujourd'hui, je suis très méfiante envers la plupart des gens et je n'aime pas les gens à moins d'arriver à vraiment bien les connaitre.

    Le problème vient de l'éducation que ce soit par les éducateurs ou par les parents. Un enfant qui harcèle, c'est peut être un enfant qui a des soucis familiaux plus ou moins importants (manque de présence des parents, manque d'attention). Ça peut être aussi simplement le fait d'appartenir à une bande. Mais dans tous les cas, si on ne fait pas passer le message explicitement dans les classes, les enfants ne comprendront jamais l'importance de leur acte. Et malheureusement, ils ne l'apprendront pas non plus, plus tard. Quand on voit que certains adultes harcèlent en pensant que c'est "juste pour rire", "pas très méchant", il y a de quoi se poser des questions...

    C'est bien beau de vouloir instaurer des mesures, encore faut-il qu'elles soient appliquées (on en parle des cours d'éducation sexuelle?)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!