Comment choisir son blush ?

Devant la multitude de blushs sur le marché, on est parfois perdue. Conseils rapides sur comment se donner bonne mine sans finir comme une cagole.

Comment choisir son blush ?

Les accidents de blush sont fréquents et ont tous en commun la capacité de nous agresser la rétine : un trait partant de la joue jusqu’à la tempe, très peu estompé, de couleur foncée et complètement inadapté au teint, montrant tout l’art de la jeune fille à se servir de ses doigts pour se maquiller. C’est classe, ça rappelle certaines vendeuses de parfumeries qui abusent des produits bronzants, ça fait naturel et c’est pas risqué du tout.

A quoi sert le blush ?

A donner bonne mine et réveiller les reliefs naturels du teint, autrement dit les pommettes. Le fond de teint a tendance à trop unifier la peau, justement, et peut donner l’air « morte ». Le blush va donc permettre de réveiller tout ça et de faire un teint plus naturel. Le défi est donc de pouvoir faire d’une poudre colorée quelque chose de presque imperceptible.

Quelle texture ?

Aujourd’hui, les blushs existent dans à peu près n’importe quel format et n’importe quelle texture. Crème, liquide, poudre… tout dépend de l’effet voulu, du fond de teint utilisé, et de la nature de peau.

– Le blush poudre : c’est le plus connu, toutes les marques en proposent, à tous les prix. On le pose au pinceau, en balayant rapidement le pinceau sur la matière, on tapote pour enlever l’excédent de poudre, et on balaye rapidement sur les pommettes. Il se met sur tous les fonds de teint, mais il peut marquer la déshydratation sur les peaux très sèches.

– Le blush crème : il existe des blushs en crème onctueuse, mais aussi en crème compacte. Dans tous les cas, l’important à savoir sur ces blushs, c’est qu’on a besoin de très peu de produit sous peine de ressembler à un camion tunning. Pour les textures onctueuses, on en prélève un tout petit peu (genre deux grains de riz, c’est bien), on pose de micro touches le long de la pommette et on estompe bien à la main. Plus simple encore, on estompe à l’éponge pour bien fondre la matière. Pour les textures compactes, que l’on retrouve en pot ou bien en stick, on en tapote le long de la pommette et idem, on estompe. On peut aussi prélever directement la matière avec une éponge, et tamponner la pommette. A noter que le blush crème ne doit normalement pas être poudré si on le choisit pour avoir un effet « glowy », et par conséquent on évite de l’utiliser quand on a la peau grasse. De plus, il s’applique mal sur un fond de teint poudre.

– Le blush liquide : autant vous le dire de suite, c’est le plus difficile à travailler. Il s’applique à l’aide d’un petit pinceau, le long de la pommette et il doit être immédiatement estompé aux doigts car il sèche très vite et après c’est foutu. Il est un peu quitte ou double : bien dosé, il fait naturel et transparent. Une goutte de plus et ça fait poupée russe pris dans les phares d’une voiture. Pour celles qui débutent, on peut simplement en mettre sur le bout de son doigt, appliquer rapidement et bien étaler à l’éponge. Il convient à tous les types de peaux.

– Le blush « éponge » : Givenchy l’a sorti cette année, le blush gelée avec éponge intégrée ! Il relève plus du gadget, mais peut s’avérer très amusant pour se tamponner la pommette. Bon, vu le prix, on est d’accord c’est cher du jouet quand même.

Quelle couleur ?

Avant on pensait que la guerre des blushs avait lieu uniquement entre le rose et le pèche. Que nenni, toute la chromatologie a désormais un digne représentant chez nos amis les blushs, et ils ne se choisissent pas au hasard.

– Le rose, pour les teints pâles et les teints foncés : le rose est une couleur qui peut convenir aussi bien aux teints très pâles mais aussi aux teints beaucoup plus foncés, car il rehausse les carnations et imite la couleur naturelle des joues qui rougissent. Les peaux pâles peuvent le prendre clair ou bois de rose, tandis que les peaux foncées prendront plutôt du plus voyant (mais bien fondu, pas de panique, ça fera pas travelo pour autant).

– Le pèche c’est bien… pratiquement pour tout le monde : il existe de nombreuses nuances de pèches, qui vont aller plutôt aux teints dont la carnation tire sur le jaune. Bonne nouvelle, la majorité de la population possède un teint qui vire vers le jaune et non vers le rose. Le pèche qui va à tout le monde est plutôt doux, légèrement orangé, comme le Soft Peach de Clarins.

-Le prune est fait pour les peaux foncées voire très foncées, qui ont une pigmentation presque bleutée. Bien dosé, il sculpte le visage sans faire too much.

– Les nuances dorées vont à toutes les peaux sauf celles très blanches avec des imperfections rouges, ou les peaux à dominante rose.

– Les marrons sculptent le visage, mais ne donnent pas bonne mine !

– Le rouge peut être utilisé sur toutes les peaux à dominante jaune, et les peaux foncées, mais il faut très très bien le doser (d’ailleurs, c’est rarement 100% rouge, disons que c’est plus de l’ordre des roses aux pigments rouges !).

Enfin, pour celles qui veulent un visage vraiment naturel : raccrocher votre couleur de blush à votre couleur de rouge à lèvres. En clair, un rose thé ira forcément avec un rouge à lèvres dans les mêmes tons, plutôt qu’un blush pèche avec un rouge à lèvres prune.
Irisé ? Oui si on veut apporter une touche de lumière sur des pommettes un peu effacées (ce qui arrive par exemple quand on a des joues très rebondies ou au contraire un visage fort allongé). Sinon, du mat c’est très bien aussi.

Shopping

– Blush Bare Mineral : très faciles à appliquer, les blushs Bare Mineral colorent en laissant un fini naturel. Vous pouvez craquer pour Jeayous Jennifer, il est divin et donne un teint de bonnasse.
– Blush Kiko : ils sont assez grands (et donc durent 40 ans au bas mot), proposent beaucoup de teintes et sont très doux. De plus, il y a souvent des éditions limitées vraiment très jolies.
– Benetint de Benefit : Le blush liquide best seller de la marque, en rouge pour Benetint et rose pour Posietint, qui va bientôt accueillir une nouvelle teinte cet été, mais je n’en dis pas plus.
– Convertible Color de Stila : ce produit n’est plus vendu en France (Sephora ayant arrêté de distribuer la marque), mais si des madmoizelles à l’étranger le trouve, FONCEZ ! Ce produit est génial et colore subtilement les joues. Le meilleur blush crème que j’ai pu avoir à ce jour.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Odidile
    Odidile, Le 13 juillet 2012 à 1h36

    Hum ... si j'ai bien compris, si je met un rouge à lèvres rouge, je dois mettre un blush couleur pèche ?
    (J'ai le tein clair voir très clair)

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)