Mes cheveux violets sont une protection, pas une provocation !

Miss Lu s'est teint les cheveux en violet. Elle vous raconte comment ça a boosté sa confiance en elle et comment elle s'est sentie, paradoxalement, beaucoup moins visible.

Mes cheveux violets sont une protection, pas une provocation !

Beaucoup de clichés circulent sur les gens aux cheveux teints d’une couleur flashy. Ils sont souvent loin d’être vrais, en tout cas dans mon cas !

À lire aussi : Les cheveux verts… et moi

Je suis châtain de nature. On m’a toujours dit que j’avais une jolie couleur de cheveux, et je ne m’en suis jamais plainte, même si comme beaucoup de gens, j’ai souvent prié sur-exposé mes cheveux au soleil pour qu’ils blondissent. Mais enfin, dans l’ensemble, j’en étais tout à fait satisfaite.

Et puis un jour, après une grosse déprime qui a duré un an et donc un grand manque structurel de confiance en moi, j’ai décidé de me teindre les cheveux en violet. Le résultat, fuchsia, m’a énormément plu. Et j’ai soudainement réalisé que je me sentais, paradoxalement, beaucoup moins voyante et donc beaucoup plus à l’aise… Malgré ma ressemblance avec un Minion radioactif !

À lire aussi : Tuto beauté vidéo — La coloration des cheveux en rose, par Marion

La réaction rigolote des gens face à mes cheveux violets

J’ai d’abord rigolé en voyant la tête des passant•e•s dans la rue, qui se retournaient sur moi, me lançaient des regards stupéfaits. J’ai même rigolé des gens qui me lançaient des regards furibonds, ou me jugeaient (il était marqué sur leur front qu’on « n’appartenait pas au même monde »), comme cette petite mamie dans le métro dont les sourcils se haussaient et la bouche se pinçait de plus en plus au fur et à mesure qu’elle me détaillait !

Je me suis aussi inquiétée d’être mal jugée (parce que malgré toute ma volonté, j’accorde encore beaucoup trop d’importance au regard des gens sur moi), d’être même éventuellement agressée (franchement, avec le nombre de gens chelou qui se baladent dans les rues à Paris, ce n’est pas impossible).

À lire aussi : Comment entretenir ses cheveux colorés ?

Les clichés sur les gens aux cheveux flashy

Mais surtout, je me suis sentie soulagée. Parce que comme j’ai choisi une couleur voyante, les gens se concentrent beaucoup plus sur mes cheveux que sur le reste de ma personne, et donc ne s’aperçoivent potentiellement pas de mes choix vestimentaires, de mes boutons, mes cernes, etc.

Multicolor

Non, en vrai, c’est surtout que les gens associent ce genre de choix capillaire avec une forte personnalité. Clichés obligent. Ils pensent que je suis une punk, une rebelle, une forte tête, bref quelqu’un qui affiche ses convictions sur son front… Littéralement !

Les gens pensent que je suis une rebelle, une forte tête

Ils m’associent aussi à la communauté LGBT (encore ces clichés qui ont la vie dure), mais ça, je ne peux pas le démentir…

Or je ne suis pas comme ça. Je suis capable d’être totalement tétanisée par la timidité face à quelqu’un que j’aime beaucoup, je n’ai aucune confiance en moi ; j’élève souvent la voix c’est vrai, mais c’est pour mieux empêcher mes larmes de couler, et aux dires de tous ceux qui me connaissent, je suis hypersensible. J’ai toujours été plutôt du côté des « losers » : une première de classe (à lunettes s’il vous plaît), rat de bibliothèque, qui défendait la veuve et l’orphelin, rougissait dès qu’on parlait d’embrasser quelqu’un, et n’a pas pu prononcer le mot « masturbation » avant ses 20 ans.

Rien à voir, donc, avec une punk féministe au cuir épais. Je suis juste une fille ordinaire. Un peu trop sensible.

Des clichés bien pratiques

Ces idées reçues m’arrangent, en réalité ! Parce que les gens (et moi la première) se fient énormément à leurs premières impressions : ils mettront beaucoup plus de temps à comprendre que je suis quelqu’un de fragile, qui n’assume pas toujours ses convictions, et qu’il est particulièrement facile de me démolir mentalement. Ils essayeront donc beaucoup moins. Les personnes ayant de mauvaises intentions préféreront de loin s’attaquer à quelqu’un ayant l’air plus « sensible », c’est-à-dire plus dans la norme. Et moi, elles me laisseront tranquille.

Les gens se fient énormément à leurs premières impressions

Certain•e•s m’interrogeront certes sur ma décision de me teindre les cheveux en fuchsia, critiqueront mon mauvais goût, me traiteront peut-être même de « lesbienne punk couleur de betterave », mais tout ça, ce n’est rien. Je peux y répondre.

Ma nouvelle couleur de cheveux n’engage pas, en réalité, au défi, elle n’est pas une expression physique de mon rejet du système et de la norme ; c’est juste une manière de faire semblant. Semblant d’être forte, d’assumer ma différence, d’être à l’aise avec moi-même. Je n’ai jamais été mieux cachée qu’en étant si voyante !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 38 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lylea Ciel
    Lylea Ciel, Le 20 septembre 2015 à 17h25

    Plus jeune, j'avais toujours peur de faire quelque chose qui sorte de l'ordinaire, par peur que ça attire les regards. Et puis un jour on comprend que ce n'est pas ça qui attire les regards alors... On commence à se faire plaisir, et on se sent tellement mieux dans sa peau. Ce qui, au final, est ce qui compte. Merci pour cet article ! :)

Lire l'intégralité des 38 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)