Causette au tribunal de commerce : le magazine toujours en activité

La survie de Causette, magazine féminin indépendant, était menacée, c'est pourquoi la rédaction avait lancé un appel aux dons. Il n'aura pas suffi à éviter le dépôt de bilan.

Causette au tribunal de commerce : le magazine toujours en activité

Mise à jour du 11 janvier 2018

Des nouvelles de Causette, en difficulté financière et menacée de liquidation. Le 9 janvier, le tribunal de commerce a ordonné la poursuite d’activité du magazine, en attendant que d’éventuels repreneurs puissent présenter leurs offres.

Mise à jour du 20 décembre 2017

Causette, c’est terminé : le magazine dépose le bilan

Clap de fin pour Causette : le magazine féminin est en cessation de paiement.  La campagne de financement participatif et d’appel aux dons n’aura pas permis à l’entreprise d’éviter le dépôt de bilan, nous apprend Libération :

« Le tribunal de commerce de Paris devra donc choisir entre un redressement ou une liquidation judiciaire. »

En effet, les trois cas de figure qui se présentent sont les suivants :

Une liquidation judiciaire : tout est vendu aux enchères pour essayer de rembourser les créanciers. L’entreprise est morte, la liquidation équivaut à son « enterrement».

Un redressement : toutes les dettes sont gelées, un gestionnaire est chargé de remettre l’entreprise sur pieds. C’est l’équivalent d’une opération sous anesthésie : s’il faut couper, amputer, recoudre… le ou la chirurgienne prend les décisions qui s’imposent, c’est une question de survie.

La reprise : si une ou un repreneur se manifeste, elle ou il doit présenter son projet au tribunal. S’il y a plusieurs repreneurs, le tribunal tranche pour le plus viable. Un peu comme dans un processus de recrutement : est-ce que ce repreneur est la meilleure personne pour le job ?

Une pensée pour toutes les personnes qui contribuent à construire le mensuel, et qui doivent être dans l’attente de savoir ce qu’il adviendra de Causette dans les semaines à venir. Le compte Twitter de la rédaction a posté ce message :

Le numéro de décembre est en kiosques.

Article initialement publié le 13 octobre 2017

Causette menacé de s’arrêter

Causette, « plus féminine du cerveau que du capiton », est un magazine féminin lancé en 2009.

Il paraît tous les mois, et son modèle économique repose sur ses abonnements. Problème : alors que les ventes du magazine remontent, un « trou de trésorerie » met en péril la survie de l’entreprise. C’est ce que l’équipe explique sur le site de Causette :

« Causette a connu, entre fin 2016 et début 2017, disons… un léger « trou d’air » qui a vidé le frigo.

Heureusement, depuis plusieurs mois, les ventes du magazine remontent (environ 50 000 exemplaires par mois), mais nous payons très cher ce passage à vide.

Au point que l’avenir du magazine est menacé de façon imminente. C’est agaçant !

Alors même que Causette se porte bien, elle risque de fermer boutique dans les semaines à venir. »

Causette a fait le choix de l’indépendance : le magazine n’appartient pas à un groupe de presse. C’est également le cas de madmoiZelle, nous sommes aussi complètement indépendant. À la différence de Causette, notre modèle économique à nous repose sur la publicité.

Fab expliquait récemment pourquoi madmoiZelle se mettait aux bons plans façon téléshopping, par exemple. Causette, au contraire, se finance le moins possible par la publicité, préférant tirer ses ressources de ses abonnements :

« Le fruit des ventes de ce journal représente 95 % de son chiffre d’affaires global !

La part de la publicité y est de seulement 4 %… Plutôt rare, pour un magazine féminin, non ? »

Effectivement, les temps sont durs, et lorsqu’on est un média indépendant, des « passage à vide » comme celui que décrit Causette peuvent mettre en danger la survie de tout le magazine, malgré des années d’ancienneté, un public fidèle, une envie de continuer à produire des articles et partager avec sa communauté.

Que vous soyez fidèle lecteur ou lectrice de Causette ou non, que vous soyez attaché·es à l’indépendance des médias ou non, si vous êtes simplement curieuse ou curieux de comprendre le modèle économique d’un magazine dont vous voyez les couvertures mensuelles étalées en kiosque tous les mois, vous pourrez trouver davantage d’informations sur le site de Causette.

Comment aider Causette ?

Causette propose 3 manières de contribuer à renflouer ses caisses de se remettre à flot :

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Causette ou leur page Facebook. Je leur souhaite bon courage et bonne chance pour leur recherche de financements !

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Hercynie
    Hercynie, Le 21 décembre 2017 à 9h53

    C'est bien entendu triste de savoir que des personnes vont perdre leur emplois. Néanmoins, je n'ai jamais trop apprécier la ligne éditoriale de Causette les fois où j'ai pu acheter des exemplaires. Souvent les analyses manquaient de recule et de clairvoyance (selon mes attentes). Par ailleurs, sachant qu'ils ont des problèmes financiers depuis 2 ans et comprenant que leur modèle économique est de moins en moins viable, ils auraient pu réfléchir à trouver des alternatives soit niveau support, au niveau de la ligne éditoriale ou au niveau des sources de financement. Si ça ne marche plus aussi bien qu'au lancement, c'est qu'il y a un problèmes au niveau de la cible qui n'est peut-être plus la bonne etc... Je pense qu'il s'agit du résultat, entre autres, d'un manque de remise en question. On ne peut pas constamment jeter la pierre aux consommateurs et juger qu'ils ne lisent pas ce"qu'il faut"

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!