Souplesse du bras, araignées et fruits — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

Sophie Riche aime beaucoup les faits divers. Enfin... sauf certains. Parmi ces exceptions, on retrouve ceux qui parlent des nombreuses fois où des araignées exotiques et venimeuses se sont retrouvées dans les supermarchés.

Souplesse du bras, araignées et fruits — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

J’aime pas beaucoup les fruits.

Manger des légumes, faire attention au gras que j’ingurgite pour pas boucher mes artères, faire gaffe à la quantité d’alcool que j’absorbe et tout… ok. Je veux dire, j’essaie de faire des trucs qui me permettent de rester en forme sur le long terme. Mais les fruits vraiment, c’est non. J’aime pas ça. Ça coûte souvent cher, et je sais pas bien les choisir du coup ils ont jamais de goût, ou une texture qui m’est désagréable.

En fait, mon fruit préféré, c’est le fromage.

Par contre, les fruits exotiques, ça va. Ça coûte la peau du cul (la précieuse, la toute fine de la raie), mais tout de même, il y en a de délicieux. Les fruits de la passion, par exemple, c’est vachement bon. À un balle minimum les trois grammes, ça peut l’être, tu me diras.

francky vincentEt le Francky Vincent dans la tête c’est cadeau.

J’étais contente d’avoir trouvé ce qui allait me faire aimer les fruits et revigorer mon capital santé. J’allais de temps en temps acheter mes douceurs exotiques, en prenant l’air sympa et dynamique d’une surfeuse californienne au look stylé (le genre d’être humain qui boit de l’eau de coco à même la noix, tu vois) (JE VIS DANS UN CLICHÉ SI JE VEUX PARDON). Tout allait bien. Je claquais l’équivalent d’un salaire de fonctionnaire dans trois fruits, mais je me sentais fraîche, épanouie, heureuse, en somme.

C’était trop beau pour être vrai.

Un jour, j’ai lu un fait divers qui m’a glacé le sang comme si Elsa, la Reine des Neiges, s’était rendue en vacances à Bourg-en-Bresse en prenant un itinéraire bis qui passait par mon slip. Ce fait divers, il concernait le magasin dans lequel je m’apprêtais à travailler pendant les vacances scolaires en caisse : dans les bananes en provenance des Antilles, une araignée avait été retrouvée. Une araignée de type exotique. Quelques minutes plus tard, un autre spécimen avait été chopé dans la réserve.

big-faits-divers-wtf-10

Ni une ni deux, mon sang ne fit qu’un tour : j’ai googlé araignée supermarché fruits et j’ai trouvé d’autres histoires similaires et effrayantes. Je n’ai, depuis, jamais été capable de regarder les fruits venus de pluie de pays où il ne pleut pas de la même façon, avec la même bienveillance qu’autrefois.

C’est extrêmement rare, mais il peut arriver, donc, que des araignées, plus ou moins venimeuses, évoluant dans des pays sud-américains ou dans les îles, par exemple, se glissent dans les cartons et containers de fruits en partance pour les supermarchés européens, et se retrouvent sur les étalages de nos supermarchés, voire carrément chez les gens peu chanceux (alors que déjà faut avoir pas eu beaucoup de chance pour avoir côtoyé une araignée exotique chez Super U vu le caractère exceptionnel de l’évènement).

Nan mais t’imagines un peu ? Tu payes une fortune le fruit que tu vas manger pour faire du bien à ton colon et tu te retrouves face à face avec une grosse bestiole à non pas deux non pas quatre mais HUIT PATTES chez toi. Et puis quoi encore, sérieux ? Héberger un scorpion super V3N3r parce qu’il s’est fait spoiler Game of Thrones pendant que tu manges un cassoulet en boîte ?

S’il y avait un référendum sur la question Voulez-vous risquer la mort en invitant par mégarde une araignée toxique chez vous alors que vous auriez pu vous contenter de prendre une gélule de vitamine C, mon vote serait UN GRAND NON BORDEL. Je suis contre. CONTRE. Plus contre encore que Christine Boutin si on lui proposait de défiler à la gay pride sur un char pro-PMA.

leslie knopeMoi quand j’suis contre.

J’ai alors commencé à être de plus en plus méfiante et inquiète. D’une certaine façon, c’est un peu comme si j’avais perdu mon insouciance. L’idée me fait frémir comme l’eau des pâtes. Je refuse que ceci m’arrive. Je ne serai pas le dindon de la farce, et si un jour, je fais la Une d’un quotidien de presse régionale, ce ne sera CERTAINEMENT PAS pour ma rencontre avec une araignée tropicale cachée dans mes caramboles !

Mais je me laisse pas aller à l’angoisse irraisonnée, ça non : pour continuer à manger des fruits exotiques de temps en temps, j’ai mis au point une technique pour le moins efficace, en quelques étapes.

  1. Approcher les fruits chez le primeur ou au supermarché d’une main prudente. Refuser poliment mais fermement qu’un•e employé•e me serve à ma place
  2. Attraper un fruit et l’inspecter de façon minutieuse sous toutes ses coutures
  3. Le mettre dans son sachet transparent (S’IL N’Y A PAS D’ARAIGNÉE DESSUS ou des trucs qui ressemblent à des oeufs d’araignée, BIEN ÉVIDEMMENT)
  4. Reproduire les étapes 1, 2 et 3 autant de fois que tu désires de fruits
  5. Payer
  6. Rentrer chez toi rapidement en tenant le sachet le plus loin possible du reste de ton corps (au cas où y ait quand même une araignée et qu’elle essaierait de remonter le long de ton membre)
  7. Consommer ses fruits rapidement, au cas où.

La leçon que je retiens de cette histoire ? Voilà une raison de plus d’essayer de consommer le plus local possible, pour minimiser un maximum de chance de tomber sur un animal tropicale.

L’autre leçon ? Nous ne sommes pas paranos ou névrosées, nous sommes simplement prudentes. Faudrait voir à pas confondre et d’apprendre à faire la nuance. Si ça se trouve, c’est ça qu’on appelle le passage à l’âge adulte : voir dans les concombres des symboles phalliques et dans les fruits exotiques des risques de rencontre mortelle.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 20 février 2016 à 5h57

    Une fois à la cantine du collège, une copine a trouvé une énorme guêpe (un frelon ?) CUITE DANS SON PAIN. Genre t'es à la cantine tranquillou et en croquant dans ton pain tu ramènes un bout d'insecte avec dans ta bouche.

    Sinon y a aussi une version de cette légende urbaine où les œufs d'araignées se cachent dans des plantes. Une virée chez Jardiland et 28 jours plus tard pif pouf invasion d'araignées tropicales chez toi !

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)