De l’intérêt d’avoir des amis tout autour du monde

Miss Lu a des ami•e•s partout autour du monde et elle trouve ça très cool. Petite liste des avantages que cela apporte !

De l’intérêt d’avoir des amis tout autour du monde

Avoir des ami•e•s tout autour du monde, c’est quand même bien cool. Laissez-moi vous rappeler tous les avantages qu’il y a à lier amitié avec des gens d’ailleurs !

Les langues étrangères

On peut pratiquer ses langues étrangères

D’abord, ça permet évidemment de pratiquer ses langues étrangères, notamment avec des natif•ve•s de ces pays, ce qui vous fera indéniablement énormément progresser. Et en apprendre de nouvelles, bien sûr. Mais même discuter, par exemple, en anglais avec un Espagnol ou une Ukrainienne, c’est utile ! Parce qu’ils/elles n’auront pas appris la langue exactement de la même manière que vous, certaines expressions pouvant être plus populaires ici ou là, et vous pourrez donc mutuellement enrichir votre connaissance de l’anglais. C’est quand même génial !

À lire aussi : Ce qu’Erasmus a changé en moi

Mais soyons carrément pragmatiques et intéressé•e•s : avoir des potes qui viennent des quatre coins du monde, c’est aussi très pratique pour… faire corriger vos devoirs en langues étrangères ! Ben oui. En université, les profs n’aiment pas qu’on leur rende des devoirs bourrés de fautes, et ils/elles sont capables de ne même pas lire la copie ! Alors au moins, si un•e de vos ami•e•s a corrigé votre devoir pour vous, il y a de meilleures chances pour que votre professeur lise votre devoir sur l’espérance de vie des larves de crevettes (ou pas).

À lire aussi : Pourquoi les crevettes, c’est pas net

Paraît que ceci est une crevette

Des maisons un peu partout

Vous avez une maison partout

Ce qui est super avec vos ami•e•s venu•e•s d’horizons différents, c’est que vous avez une maison partout. Chacun•e de vos potes sera ravi•e de vous accueillir dans son (voire ses !) pays d’origine, et de vous présenter la vie locale. Vous pourrez ainsi vous organiser des mini-tours du monde sans jamais avoir à payer de logement, et en ayant en plus l’occasion d’avoir un guide touristique gratuit sur place… et de revoir vos ami•e•s ! Que demande le peuple ?

En plus, ces ami•e•s sont également susceptibles de faire la même chose de leur côté et de venir vous rendre visite pour égayer un peu vos journées monotones. L’occasion de faire la tournée des bars (à jus de fruits bien sûr), d’aller grignoter dans de petits restos sympas, et de visiter tous ces monuments que tout le monde est censé•e avoir vus et auxquels vous n’aviez honteusement pas encore accordé un regard.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… être animatrice sur un chantier de volontaires

En plus, comme les potes des quatre coins du monde ont tendance à faire, vous pouvez vous faire présenter des ami•e•s d’ami•e•s qui vous hébergeront également avec le sourire, et vous vous ferez tout simplement plus de connaissances en une semaine à l’étranger qu’en six mois chez vous. C’est comme ça qu’on fait des bébés Erasmus ! C’est trop cool, les petit•e•s métis•se•s ! (Avouez qu’un Germano-Brésilien ou une Turco-Lituanienne, c’est pas banal… Et pourtant, j’en connais !)

Des bébés Erasmus je vous dis !

En apprendre toujours plus

J’ai appris à m’intéresser à l’actualité d’autres pays

Moi, ce que j’ai pas mal appris avec mes ami•e•s Eramus et autres rencontré•e•s-autour-du-monde, c’est à m’intéresser un peu plus à l’actualité de leur pays. Bon, il faut dire que j’ai toujours aimé l’actualité autour du monde, mais c’est vrai que ç’a une autre saveur quand on connaît quelqu’un qui vient de « là-bas ». Tout d’un coup, ça paraît beaucoup plus réel et on a plus envie de le partager sur les réseaux sociaux, de dire « Eh oh ! Ça se passe pas par ici mais c’est important quand même ! ». Peut-être même qu’on signe un peu plus de pétitions, qu’on s’engage un peu plus dans des associations, et à mon avis on change un peu le monde (pour le meilleur) comme ça.

À lire aussi : Comment (bien) suivre l’actualité ?

Et il suffit de checker son fil d’actualités Facebook pour ça, même pas la peine d’aller chercher l’information sur de grands sites de journaux barbants. Parce qu’il y a des chances pour que vos ami•e•s originaires de l’endroit en question aient partagé des infos dessus, et hop, vous tombez là-dessus entre deux photos de cocotiers. Et tout d’un coup, vous vous rappelez qu’il y a d’autres pays dans le monde, qu’eux aussi ont des problèmes, et que finalement, on s’en fiche un peu que Hollande couche avec une femme à laquelle il n’est pas marié.

Sauf, évidemment, quand les actualités du pays en question sont partagées dans sa langue nationale (au hasard : le coréen)… et que vous ne parlez pas cette langue. Quoique, Facebook fait des traductions approximatives, ça peut toujours servir !

Vous pouvez même en apprendre plus sur votre propre pays

Et vous savez le plus drôle ? C’est qu’avec des ami•e•s qui viennent d’ailleurs, vous pouvez même en apprendre plus… sur votre propre pays ! Mais si : vous pouvez par exemple désormais savoir ce que les Ukrainien•ne•s (encore eux, eh oui) pensent des Français•es, comment les Japonais•es voient la gastronomie de l’Hexagone…

Et puis, parfois, vous découvrirez que vos ami•e•s d’ailleurs s’intéressent aussi à la France et à son actualité, mais la voient différemment. Je pense par exemple à la montée du FN qui est un sujet de débat dans beaucoup d’autres pays (en Europe mais aussi outre-Atlantique notamment).

À lire aussi : Régionales 2015 : le FN menace-t-il les droits des femmes ?

Regarder plus de séries !

Enfin, il y a une dernière chose que je trouve plutôt cool quand on a des ami•e•s qui viennent de partout dans le monde, c’est que grâce à eux et elles on finit par s’intéresser d’un peu plus près à la culture de leurs pays. Par exemple, on apprend à apprécier des séries, des films, ou des livres issus de ces contrées. Et qu’on les lise et regarde en langue originale ou pas, cela permet de toute façon de découvrir un peu plus ces cultures étrangères et donc de s’ouvrir au monde. Et quoi de mieux pour s’ouvrir l’esprit ?

À lire aussi : Sept auteurs pour découvrir la littérature russe

undos-1

Et toi, que t’apportent tes ami•e•s d’ailleurs ? Quels avantages trouves-tu à t’être fait des ami•e•s aux quatre coins du monde ? Viens en discuter dans les commentaires !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • LunaaaD
    LunaaaD, Le 24 avril 2016 à 21h25

    Haha mes amis qui viennent d'autres pays je les ai surtout rencontré au travail, j'étais en restauration et ça aide beaucoup! J'ai plusieurs amies qui habitent en colocation entre elles, c'est très diversifié entre la colombienne, la japonaise, la suédoise et les françaises... Alors à chaque soirée chez elles on parle toutes les langues! Maintenant j'ai des connaissances italiennes, finlandaises, américaines... C'est trop bien.

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)