5 bonnes raisons de se mettre au tricot

Qui a dit qu'aujourd'hui, tricoter était ringard ? Il n'en est rien du tout et Hélène vous le prouve avec 5 bonnes raisons de se mettre à dégainer les aiguilles à tricot !

5 bonnes raisons de se mettre au tricot

Raison n°1 – C’est loin d’être ringard

Le tricot est toujours le cliché tenace de la femme au foyer (désespérée) ou de la vieille fille à chats. Alors que je pourrais vous présenter une foule de jeunes filles hyper cool qui tâtent pourtant des aiguilles aussi bien, voire mieux, que votre grand-mère Suzette. Oubliez donc vos préjugés et laissez-moi vous expliquer pourquoi j’aime autant tricoter.

(photo Flickr – Theloneknitta)

Sur les podiums et dans la rue, le DIY et la customisation sont à la mode depuis quelques années. Les créateurs aiment la laine et les mailles. On a vu des mannequins défiler en tricotant leur propre robe (Jean-Paul Gaultier en 2008), des total look audacieux (D&G en 2010) et encore quelques jolies pièces lors des derniers défilés de cette saison :


De gauche à droite : Balenciaga, Chanel, Watanabe

Chaque hiver, la maille s’impose dans les collections de prêt à porter. Les designers, les grandes marques de laine et les éditeurs d’ouvrages d’apprentissage s’inspirent des tendances pour offrir des modèles actuels et accessibles à tous. Les boutiques spécialisées proposent des kits prêts à tricoter et l’inspiration bouillonne sur Internet.

  De gauche à droite: « Chorley Wrap » Rowan, « Sideline Top » Wool and the Gang, « Owls sweater » Kate Davies

Raison n°2 – Ce n’est pas que des vêtements

Loin de nos pulls Jacquard (coucou Marc Darcy !), le tricot se montre dans les galeries d’art contemporain. Sculptures, performances, le tricot s’adapte aux supports. Par ses couleurs il attire le regard, la matière appelle au toucher, le tissage est modelable.

Chargement du lecteur...

Les ouvrages de laine envahissent les villes avec le Yarn bombing. Graffitis de laine nés il y a quelques années aux États-Unis à l’initiative de Magda Sayeg et son gang Knitta Please. Relayé depuis partout dans le monde par les tricoteuses et tricoteurs désirant sortir de l’ombre et dépoussiérer leur art et leur environnement.

Crédits photo : Solène Lebon- Couturier – Collectif France Tricot

Les designers aussi s’inspirent du tricot. Les intérieurs se font cosy et chaleureux, la maille est partout (Christien MeindertsmaClaire Anne O’Brien)

Raison n°3 – C’est productif, créatif et gratifiant

Un chouïa hyperactive, j’ai du mal à supporter l’idée de ne rien faire, de perdre mon temps. Transports en commun, soirées télé, pause déjeuner, grâce au tricot chaque moment devient désormais productif. Le temps d’un ou deux rangs de points mousse, j’occupe mes mains et en plus ça me détend, je dénoue mes neurones pendant que montent les mailles.

Question rendement, ma formule est simple :

En tricotant ses propres accessoires, ses vêtements et même pourquoi pas sa déco, on créé des pièces uniques, authentiques et vraiment personnelles. On peut laisser parler sa créativité et enfin obtenir le Graal ultime, par exemple ce pull parfait (couleur-coupe-texture) qu’on n’a jamais pu trouver jamais nulle part.

Tout est tricotable, on accumule les projets qu’on aura jamais le temps de faire, on achète des kilos de laines toutes plus belles les unes que les autres qu’on stocke comme un petit écureuil addict au moelleux des pelotes. Ma to do list est tellement longue qu’il me faudrait trouver un mécène qui financerait mes heures de tricot pour pouvoir en venir à bout (Attendez… Je suis sérieuse ! Envoyez moi un mécène !). Je suis devenue accro, je vois du tricot partout.

(platine vinyle en tricot – Stillvauriens)

Et s’il est agréable de tricoter, on atteint l’apothéose de l’épanouissement une fois le projet fini. A chaque fois que j’exhibe un nouveau tricot terminé j’ai l’impression d’être Valérie Lemercier débordante de fierté dans cette pub culte pour du surgelé. Sauf que c’est vraiment moi qui l’ai fait ! Mon égo se refait une santé, tricoter rend heureux.

Raison n°4 – C’est facile de se lancer

C’est comme tout, ça s’apprend. Pour démarrer rien ne vaut la simplicité pour ne pas finir hystérique avant l’arrivée des premiers flocons. Si possible avec des aiguilles assez grosses (minimum n°6), le travail monte plus vite et c’est encourageant de voir son tricot avancer.

Voilà une sélection de modèles simples pour débuter :

  De gauche à droite: Catalogue Rowan « 10 simple, cosy projects », Bolero en point de riz Phildar, Snood et bandeau Drop Design

Pour apprendre les bases en image, je vous conseille les vidéos très claires de Knit Spirit.

Sous l’appellation « tricot » on voit souvent des pièces réalisées en réalité avec d’autres techniques de tissage.
> Le crochet en est une qui permet de faire un autre type de mailles qui apporte, selon moi, une facilité de travail plus proche de la sculpture et c’est en crochet que l’on fait les amigurumi (il y a un tuto crochet sur madmoizelle) !
> Pour celle qui se souviennent du tricotin de leur enfance, c’est aussi le moment de le ressortir. Grâce à mon tricotin, mon lecteur mp3 a passé depuis longtemps sa petite liquette d’hiver !
> Et même pour les plus fainéantes, on peut tricoter sans aiguilles, rien qu’avec les doigts ! Cours en images sur tricotin.com. Il n’y a plus aucune raison de ne pas se lancer !

Raison n°5 – C’est convivial

Sur Internet, les communautés sont actives. Sur le site Ravelry, on peut créer son profil, trouver des patrons (il en existe en français) et suivre l’évolution des projets de chaque membre. On y partage les galères et les conseils (je suis ici, pour les inscrites).
Pour un site en français, Thread and Needles fonctionne sur le même principe communautaire, on y cause tricot mais aussi beaucoup de couture (je suis là aussi).

Les tricoteuses et tricoteurs se retrouvent aussi IRL et créent des événements.
Régulièrement le CFT (Collectif France Tricot) organise des Apéros tricot. A l’initiative de Knit Spirit, certains se retrouvent aussi chaque mois pour les Tricot-thé (voir le calendrier sur son blog, il y a peut être des rendez-vous prévus près de chez vous).

Et sur madmoiZelle ça tricote aussi, on vous attend sur le sujet Tricot du forum custo !

Si vous voulez un aperçu de ce qui peut se faire de plus fou dans le monde du tricot allez donc faire un tour sur ce tumblr déniché il y a quelques semaines par Jack Parker !

Big up
Viens apporter ta pierre aux 68 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Wijapou
    Wijapou, Le 1 décembre 2015 à 10h30

    J'approuve l'article ! Je fais du tricot depuis que j'ai 8 ans je crois. Bon au début c'était pas super super mais en fait le tricot c'est pas si compliqué !
    Le plus dur à mon avis c'est le début, la fin, le "serrage", les points difficiles et comprendre les tutoriels non schématisés.
    Pour le serrage en fait, souvent quand on commence on a tendance à trop tirer sur le fils, puis à ne plus le faire et le tricot devient disproportionné ^^
    Le truc c'est de ne pas tirer dessus tout simplement.
    Après, comme dit, mis à part le début et la fin qu'il faut savoir faire et où il ne faut pas se trompé dans le nombre de mailles (pour avoir la taille désiré), les points les plus simples ne sont pas difficile à apprendre et sont déjà bien jolis ! Quand on maîtrise les points facile, les plus durs ne devrait plus trop poser problème normalement.

    Et on est pas obligé de commencer par faire un pull. Une écharpe ou des dessous de verres pour apprendre c'est bien.
    Il faut surtout pas se fixer d’objectif. Le tricot ça peut être long et il vaut mieux en faire pour soit plutôt que de se dire qu'on va l'offrir. C'est ce que je me dit en tout cas, comme ça si je loupe quelque chose, je peux toujours le porter, je m'en fiche un peu, et si il est bien, je peux toujours l'offrir ^^. Ça évite les déceptions.
    N'hésitez pas à regarder des vidéos explicatives !

    Courage à celles qui veulent s'y mettre ! :supermad:

Lire l'intégralité des 68 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)