Merci à ce mec bourré qui parlait de sexe très fort au bar

Mymy s'est retrouvée, en terrasse, à côté d'un mec bien éméché qui parlait de cul. Mais pour une fois, ce n'était pas désagréable !

Merci à ce mec bourré qui parlait de sexe très fort au bar

— Trop bien la soirée d’hier ! Surtout quand ce mec pété a commencé à parler de cul en beuglant tellement fort que toute la terrasse l’entendait !

Voici une phrase que personne n’a jamais prononcée, si tu veux mon avis.

Personne… Jusqu’à maintenant.

Le mec bourré qui parlait de cul au bar

En ces chaudes soirées de presque-été, j’aime à m’installer dans mon troquet favori, qui a le bon goût de proposer des pintes pas chères et des frites à quelques euros pour les éponger.

C’est là que j’étais l’autre soir, avec une charmante amie. Nous étions serrées comme des sardines sur l’étroite terrasse typique des bars parisiens qui n’ont qu’une place limitée sur le trottoir.

Au moment où ma pote va faire pipi (comme elle le fait 98 fois par soirée, vu sa vessie de fourmi), je laisse traîner mon oreille du côté des conversations qui bruissent autour de moi.

Que veux-tu, je suis curieuse.

Quatre personnes sont installées à ma gauche : une meuf, trois mecs, ayant déjà sérieusement attaqué leur clarté d’esprit à coups de houblon.

Ça rigole fort et ça cause (de sexe) plus fort encore.

Je n’ai rien contre les gens qui parlent de cul, j’en fais partie, mais souvent, les dialogues éméchés sur la sexualité sont bif-bof au point.

Sauf ce soir-là. Ce soir où je suis tombée sur la perle rare. Je te laisse admirer :

L’éducation sexuelle, ça marche, alleluia

Moment de grâce. Rayon de soleil divin sur cette personne. Trompettes claironnantes venues tout droit du paradis pour appuyer ses propos.

J’ai résisté de toutes mes forces à mon envie de lui faire un check.

Comprends-moi : ça fait 7 ans que je bosse chez madmoiZelle, 7 ans que je vois les rédactrices du magazine s’acharner à compenser une éducation à la sexualité carrément défaillante dans les cours de SVT.

7 ans qu’il faut encore et toujours rappeler, pêle-mêle : l’importance du consentement, la localisation du clitoris, les manifestations de plaisir et de désir, la différence entre le porno et la vraie vie…

7 ans qu’on répète, oui, encore et encore, au point que je doute parfois de la clarté de notre discours, de son utilité.

Je ne dis pas que ce mec a fait son éducation sexuelle sur madmoiZelle : je n’en sais foutre rien. Mais en tout cas, par un moyen ou un autre, ce vingtenaire bourré a eu les bonnes infos.

Et encore mieux, il les fait tourner ! Comme ça, détente, au bar !

Bref, voilà, j’ai pondu tout un article pour lui dire merci, à cet inconnu éméché, vu que j’ai pas osé l’interrompre sur le coup.

J’espère que toi aussi, tu expliques à tes potes comment marche le clitoris, et la sensibilité du col de l’utérus qui n’aime pas trop être pilonné (sauf chez certaines personnes, que ça fait… jouir) (eh oui) !

À lire aussi : Fais ton éducation sexuelle OKLM sur ce site fiable et complet

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Nine-V

J'ai aussi "surpris" une conversation dans un bar il y a quelques temps, mais le mec en question aurait eu besoin d'informations supplémentaires pour le coup! Il disait à ses potes "j'aime bien quand je domine au début, puis que c'est la meuf qui domine, quand elle finit en étant dessus".
Va peut-être falloir reprendre la notion de domination, ça mon lapin, c'est juste changer de position :taquin: On se demande pourquoi certains s'emmerdent avec des accessoires, des jeux de rôles, des mots et des pratiques spécifiques...Oups. :shifty:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!