Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

OSS 117, avec Jean Dujardin

19 déc 2005

:: Sortie le 19 avril 2006 « en technicolor »

Avec Jean Dujardin, Aure Atika, Bérénice Bejo

OSS 117, avec Jean DujardinLe pitch officiel : Égypte, 1955, le Caire est un véritable nid d’espions. Tout le monde se méfie de tout le monde, tout le monde complote contre tout le monde : Anglais, Français, Soviétiques, la famille du Roi déchu Farouk qui veut retrouver son trône, les Aigles de Kheops, secte religieuse qui veut prendre le pouvoir. Le Président de la République Française, Monsieur René Coty, envoie son arme maîtresse mettre de l’ordre dans cette pétaudière au bord du chaos : Hubert Bonisseur de la Bath, dit OSS 117.

Après le carton réalisé avec le surfeur blond, l’équipe de Brice de Nice se reforme autour de Jean Dujardin et Michel Hazanavicius (le réalisateur du cultissime Grand Détournement).
OSS 117 est un James Bond avant l’heure, créé en 1949 par Jean Bruce, soit 4 ans avant le célèbre espion, qui a donné lieu à plus de 200 romans vendus à 75 millions d’exemplaires dans le monde (rien que ça) et des adaptations au cinéma dans les années 60.
Adapté sept fois au cinéma, mais sous une forme plutôt… classique, l’OSS 117 de 2006 est plutôt un détournement qu’un véritable film d’espionnage. « OSS 117, un peu de Sean… et beaucoup de conneries ». Et là, tout est dit.

Parodie, pas détournement

Ne parlons pas de parodie, mais de détournement. Les gags d’une parodie sont souvent grossis pour être d’autant plus hilarants. Là, Michel Hazanavicius (l’auteur du mythique Le Grand Détournement) reprend les codes des films d’espionnage en les remettant à sa sauce, faisant d’OSS 117 un film hilarant de bout en temps. Seul petit bémol : tu risques fort de te marrer… à condition de bien avoir en tête les codes des films d’espionnage et des polars.

Tous les ingrédients d’un bon détournement

Les couleurs vieillies, les costumes, les décors, les effets spéciaux, le vocabulaire (OSS 117 remet au goût du jour des mots oubliés comme pataquès par exemple), les gags… Tout est au rendez-vous.
Pour en arriver à ce niveau de perfection et de détail dans le gag, l’équipe d’OSS 117 a digéré l’esprit et l’univers des films de l’époque pour en faire un petit bijou de détournement.

Jean Dujardin… terrible

Le point commun entre Brice de Nice et OSS 117 ? Même si les deux personnages n’ont rien à voir, Jean Dujardin joue le rôle principal et il le joue à merveille. La différence entre les deux films ? Brice de Nice n’avait pas de scénario ni de fil conducteur, si bien que passé la première demie-heure, à part quelques moments cultissimes, on finissait par se lasser. Dans OSS 117, vrai film avec un vrai scénario, Jean Dujardin est exceptionnel… dans un jeu d’acteur complètement différent.
Il joue un agent français des années 50, colonialiste, paternaliste, homophobe, bien franchouillard comme il faut, avec des grosses oeillères sur le monde, sur la culture égyptienne et la religion musulmane.

Le film… super léché

OSS 117 est un bijou de mise en scène. Il y a très peu de plans qui ne comportent pas un gag dans le film, si bien qu’il faut y retourner une seconde fois pour bien en apprécier tous les détails. Ca donne un film très rythmé, sans jamais aucun temps-mort, des conneries à tous les coins de pelloche… et des moments, ainsi que des répliques, qui resteront forcément cultes. Je ne verrai plus jamais la blanquette de veau du même oeil et le moment où OSS 117 chante Bambino en arabe est… à pleurer.

Et un côté politiquement incorrect prononcé

Sous l’apparence légère du film, OSS 117 nous rappelle également que la France a jadis été un pays colonialiste, méprisant et suffisant vis-à-vis de ses colonisés. Pour cela, les auteurs ont sorti l’artillerie lourde : homophobie, racisme latent, islamophobie, tout y passe. Un grand plongeon dans la tête du Français moyen des années 50… pour finalement se demander si cet état d’esprit a changé depuis 50 ans. Ah si, on a avancé : maintenant, on en rigole. Toujours ça de pris.

Toutes les photos sont © Gaumont Columbia Tristar Films

Les Commentaires
21

Avatar de Wesley
23 novembre 2006 à 13h35
Wesley
Dommage, j'ai déjà le cadeau de Noël de mon père, mais pour sûr, il l'a pour son annif !
0
Voir les 21 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin