Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

My Summer of Love

31 août 2005 3

Pour faire simple, ce film parle d’une jeune fille, Mona, qui s’ennuie et rencontre une autre fille avec laquelle elle passera l’été. Ça paraît tout banal, mais My Summer of Love est loin d’être une simple histoire d’amitié, le récit d’un été entre deux filles comme on en a vu des tas. Du point de vue de l’histoire, déjà, ce film est terriblement émouvant. Mona est simple, vit seule avec son frère dans un pub récemment reconverti en temple comme elle s’amuse à le souligner, ne fait rien de ses journées et n’a aucune perspective d’avenir. Elle ne fréquente qu’un homme marié qui ne lui montre pas beaucoup d’affection et se promène sur son scooter sans moteur. Tamsin, elle, vient dans la région pour les vacances d’été, se balade à cheval et habite dans sa grande résidence secondaire. Elle est cultivée, joue du violon, mais vient de se faire virer de son pensionnat et se sent elle aussi orpheline, malgré la présence de ses parents.

Et donc, elles se rencontrent et, petit à petit, se crée entre elles une relation d’abord basée sur l’amitié et qui tourne très vite vers la passion. Mais on est loin des clichés habituels, elles semblent toujours distantes de leurs sentiments, et on sent toujours, pourtant, à quel point ils les accaparent. Elles passent leurs journées et nuits ensemble, Tamsin fascine quelque peu Mona tandis que celle-ci représente pour la jeune fille de bonne famille un moyen d’exercer son pouvoir, peut-être, mais aussi de vivre de nouvelles choses qu’elle n’aurait peut-être pas osé faire toute seule.

Leur relation est tout simplement très touchante et rien que pour ça, My Summer of Love marque un point. Il n’y a jamais de grandes effusions ridicules, même lorsqu’elles se jurent de rester toujours ensemble on est touché sans qu’elles aient besoin d’en rajouter. Un bon point, donc, que la beauté de cette relation.

On aurait pu s’arrêter là mais ce n’est pas tout. Il y a un deuxième bon point, et pas des moindres : la beauté esthétique de ce film. Souvent, apparaissent des plans de la région – forêt, cours d’eau -, rien qui ne semble a priori réellement important. Cependant c’est là justement que le film trouve toute sa force, dans ces images d’une poésie folle, de même que dans les visages des deux jeunes filles (Nathalie Press et Emily Blunt) qui eux aussi rayonnent de beauté et s’accordent parfaitement avec les différents paysages.

Tamsin dira à un moment qu’elle voulait mettre un peu de poésie dans son été, et c’est justement ce qu’est My Summer of Love : un grand poème visuel d’une heure et demi, un poème qui éblouit de tant d’images rayonnantes de beauté, qui s’accordent parfaitement avec la beauté de la relation des demoiselles. Que ce soit lorsqu’elles sont allongées dans l’herbe à discuter, lorsque la caméra s’approche de leurs visages ou encore de leurs cheveux qui semblent si doux, ou quand elles essaient des robes sur une chanson d’Edith Piaf, on est quasiment toujours subjugué par tant de beauté, à un tel point que c’en est presque fou.

Un été d’amour et de poésie où la moindre petite phrase devient superbe, où n’importe quelle image est sublimée – pensons par exemple au baiser juste devant un feu, scène où l’on ne fait que deviner les visages des deux jeunes filles devenus tous noirs à cause du contre-jour. Ce film est tout simplement éblouissant, rayonne depuis le début et ce jusqu’à la fin, quels que soient les revirements de situation. Grandiose.

Les Commentaires
3

Avatar de Silverchair
12 mai 2008 à 21h39
Silverchair
miss-ter présidente!
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin