Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Megamind, le retour en force de Dreamworks

15 déc 2010 13

Après un Shrek 4 très décevant, les studios Dreamworks reviennent avec un film au concept tout beau tout neuf qui, pour une fois, a été relativement bien exploité.
En dehors de la saga Shrek et de quelques rares joyaux (Madagascar, Dragons, ou Chicken Run par exemple), les studios Dreamworks ont la fâcheuse habitude de nous décevoir. Il était grand temps qu’ils reviennent avec un vrai concept, qui puisse plaire à un maximum de monde. Un petit conseil cependant : faites tout votre possible pour le voir en V.O. Au lieu de vous farcir Kad Merad, Frank Dubosc et Géraldine Nakache, vous pourrez vous laisser bercer par les voix de Will Ferrell, Brad Pitt et Tina Fey (et même Ben Stiller et Jonah Hill, toujours aussi agaçant).

Pour une fois le héros, c’est le méchant, c’est par cette agile pirouette que Dreamworks nous a appâtés et bien que jusqu’à la dernière minute j’ai joué la carte de l’incrédule, je me suis pris un petit taquet dans la tête qui m’a calmée et enchantée en même temps. Je n’irais pas jusqu’à dire que Megamind est un chef-d’œuvre, mais il nous offre une petite brochette de personnages attachants, une 3D – pour une fois – pas trop mal réussie et des moments très drôles, sans trop tomber dans le gag facile (comme ça avait été fait dans Monstres Contre Aliens, autre grosse gamelle des studios).

Megamind - Bande Annonce VF

Megamind est donc le gros méchant de l’histoire, né pour être méchant, qui a embrassé sa destinée et se bat continuellement contre le bien, incarné par Metro Man, protecteur adulé des habitants de Metro City. Jusqu’au jour où il parvient enfin à réaliser son rêve le plus cher : tuer Metro Man et devenir le Maître absolu de Metro City. Sauf qu’avoir tout ce qu’on désire, quand on le désire, en quantité astronomique, ça devient vite chiant. Ce qui pousse Megamind à créer un nouveau super-héros à combattre, comme au bon vieux temps. Sauf que Titan, le prétendu nouveau sauveur de Metro City, trouve qu’il est bien plus drôle de faire le mal que de se mettre au service des habitants de la ville.

Comme c’est souvent le cas, on sent le dénouement se pointer à 14 000 km, mais le plaisir n’en est pas pour autant gâché. Megamind tient la route du début à la fin, et nous offre un mélange d’humour, de tendresse (oui, il y a une histoire d’amour au milieu de tout ce bordel), et il sera difficile de ne pas se laisser attendrir par cet antihéros au gros crâne bleu, ou par son acolyte à tête de poisson. Comme avec Shrek, j’ai l’impression que les adultes trouveront encore plus de raisons d’aimer Megamind que les enfants. Ajoutez à ça une bande son peuplée par AC/DC et les Guns N Roses, et vous tenez l’esprit du film. Ceux qui ont été déçus par Les Indestructibles de Disney y trouveront peut-être une source de consolation.

Megamind n’est certes pas LE chef-d’œuvre de l’année, mais c’est le film idéal pour finir 2010 sur une touche joyeuse. Du bon gros divertissement, tout ce dont on a besoin pour se détendre un peu pendant les fêtes.

Les Commentaires
13

Avatar de Lisoren
27 décembre 2010 à 17h28
Lisoren
Je suis allée le voir. Il est super bien!! C'est drôle, plein de gadgets et même des petites surprises. Je suis enfin réconciliée avec les films de super héros en image de synthèse (j'étais également déçue par les indestructibles).
0
Voir les 13 commentaires

Plus de contenus Revues de films

relation-mere-fille-compliquee-samhain
Cinéma

Samhain : les relations mère-fille abordées dans un film d’horreur glaçant

Oscar Staerman

08 déc 2022

Bons plans high tech

On a trouvé la coque de téléphone faite pour vous selon votre signe astro (ouioui) !

Humanoid Native
ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4

La pop culture s'écrit au féminin