Live now
Live now
Masquer
no-bra-soutien-gorge
Body positive

J’ai testé pour vous : passer un été sans soutien-gorge

Il y a deux ans, Clémence a passé un mois entier sans porter de soutien-gorge, et depuis, est-ce qu’elle en a remis ?

Article initialement publié le 23 août 2019 (Mise à jour à la fin)

Je me souviens très bien du jour où j’ai acheté mon premier soutien-gorge. J’avais 12 ans et je le vivais un peu comme un rite de passage : ça y est, j’étais en train de devenir une fâââme.

Depuis, j’en ai porté quasiment tous les jours de ma vie. Soit 16 années x 360 jours x 12 heures par jour = 69.120 heures au total.

Bon, il y a bien eu des journées de maladie ou de télétravail où je suis restée chez moi en pyjama et sans soutif, mais sinon, dès que je sortais un téton de chez moi, j’en mettais un.

Décider d’arrêter de porter un soutien-gorge

Et puis à force de lire des articles et des témoignages sur le mouvement No Bra, ces femmes qui ont décidé de ne plus porter de soutien-gorge, j’ai commencé à cogiter.

J’ai compris que le soutif, c’est comme les antibiotiques : pas automatique.

J’étais mûre pour tenter une petite expérience cet été : passer un mois de vacances complet sans soutien-gorge. Je n’ai toutefois pas décidé consciemment d’arrêter de porter des soutifs, à vrai dire, j’en avais même emportés dans mes bagages !

C’est juste que le premier jour, j’ai décidé de mettre une robe longue avec un joli dos décolleté, et je me suis dit que ça rendrait mieux sans soutien-gorge.

J’ai passé la journée à crapahuter dans les rues de Stockholm, et tout s’est bien passé. Le soir venu, j’avais mal aux pieds (après 15 kilomètres en converses, normal…) mais pas du tout mal au dos. Pourtant, avec mon 85E, je redoutais un peu que la gravité ne me fasse mal au dos à force, mais l’expérience m’a prouvé que non.

Le lendemain, assez naturellement, j’ai décidé de ne pas remettre de soutien-gorge sous mon débardeur. Le jour d’après non plus, et mes soutifs ont finalement passé l’été au fond de mon sac à dos.

Un été sans porter de soutien-gorge : libéréééée délivréééée

Moi, j’ai passé de très belles vacances, avec un petit soupçon de liberté supplémentaire. Ne plus transpirer dans mon soutien-gorge, sentir l’air qui passe sous ma robe ou mon tee-shirt, ne plus avoir de marques rouges le soir sur la peau…

Au-delà du mal de dos, l’autre truc qui m’inquiétait, c’était les ballottements. J’avais des mauvais souvenirs de cours d’EPS sans brassière de sport au collège, et je me disais que sans soutif, j’allais galérer à faire des activités un tant soit peu sportives.

Bon, je n’ai pas couru de marathon ni pris de cours de boxe pendant mes vacances, mais j’ai quand même fait de la randonnée, un peu de Via ferrata et de la voiture sur des chemins de terre sans être particulièrement gênée par le balancement de mes seins.

Lorsque j’ai fait du vélo sur les pavés, c’était un peu plus désagréable — sans être douloureux — mais à part ça, rien à déclarer.

Le regard des autres quand on ne porte pas de soutien-gorge

Au début, j’étais embêtée de me dire que les quidams aux alentours pouvaient voir mes seins gigoter, mais j’ai réfléchi et je me suis dit que ce n’était pas grave s’ils dansaient la java (mes seins, pas les quidams).

Enfin, je veux dire, ce sont deux sacs de peau remplis de glandes mammaires et de graisse, ce n’est pas comme s’ils étaient dotés d’une volonté propre ou que je pouvais avoir un quelconque contrôle dessus par la force de mon mental.

Mes seins sont soumis à la gravité, et si je ne souhaite pas les corseter pour les maintenir en place, c’est mon droit le plus strict et le premier clampin venu n’a pas son mot à dire.

D’ailleurs, personne ne m’a regardé de travers parce que mes tétons pointaient à travers mon tee-shirt. Peut-être parce que les Scandinaves se fichent pas mal de ce qu’on fait de son corps. Ou alors, j’ai juste eu du bol, je ne sais pas.

Arrêter de porter un soutien-gorge… toute l’année ?

Cela fait trois jours que je suis rentrée à Paris et que les vacances sont finies. Et j’ai été incapable de sortir dans la rue et de prendre le métro sans soutien-gorge. C’est sans doute un peu bête, et je ne parviens pas encore à m’expliquer pourquoi.

J’espère en tout cas réussir à dépasser ce blocage-là bientôt. Après un mois de tétons libres, le retour du soutien-gorge pique pas mal. Je passe la journée à me sentir comprimée et je retire cet objet du démon avec un grand ouf de soulagement dès que je franchis le seuil de mon appart.

Bref, je crois que l’opération « été sans soutif » mérite d’être prolongée…

Mise à jour du 15 juillet 2021

Presque deux ans après avoir écrit cet article sur Rockie, je suis assise à la rédac en train de faire cette mise à jour et… je ne porte pas de soutif. En fait, les jours où j’en ai porté ces deux dernières années se comptent sur les doigts d’une main.

Il faut dire que j’ai fait beaucoup de télétravail et pas énormément de sorties ces derniers mois entre les grèves des transports à Paris, mon congé maternité et les confinements. Petit à petit, je me suis habituée à sortir dans la rue sans en porter et aujourd’hui, sauf tee-shirt vraiment transparent sous lequel je glisse une brassière, je me balade toujours sans rien d’autre.

Le ballotement de mes seins ne me gêne plus, même quand je cours après le bus et je n’ai à ce jour reçu aucune remarque négative de quidam ou de proche sur le sujet.

J’avais quand même acheté des soutiens-gorge d’allaitement à la fin de ma grossesse, en me disant que j’en aurais peut-être besoin si j’avais des fuites de lait, mais ça n’a pas été mon cas, et comme c’était plus pratique de pouvoir dégainer le nibard sous le tee-shirt sans avoir à dégrafer un soutien-gorge, ils sont toujours comme neufs. (Si ça intéresse quelqu’une d’ailleurs ?)

L’étape d’après pour moi ? Faire du topless sur la plage cet été. Eh ouais, pourquoi les mecs seraient les seuls à pouvoir se balader torse nu ?!

Pour aller plus loin :

Les Commentaires
16

Avatar de MaryPoppinz
25 juillet 2021 à 07h52
MaryPoppinz
C'est marrant, perso je me dis que je préfèrerais avoir de plus gros seins pour faire du no-bra... mais c'est peut-être juste la forme de ma poitrine qui me gêne un peu. Maybe. Je fais du 90E mais ce n'est pas pour autant que j'ai de gros seins (véridique ^^). Aujourd'hui je crois qu'ils pendouillent de plus en plus avec l'âge mais ce n'est absolument pas un pb, le ballotement non plus. Ce qui me gêne c'est vraiment les tétons qui font une forme pointue sous le tissu et j'ai l'impression qu'on ne voit que ça. Et je me dis qu'avec des seins plus lourds et des aréoles plus étalées ça serait moins le cas.
Et présentement, mon plus gros problème c'est, comme le dit @Chaponc , la transpiration. Horrible. Je sens les gouttes qui ruissellent sur mon ventre en été ; je déteste ça... et le fait d'avoir un soutien-gorge/une brassière permet d'éponger un peu le tout.
0
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Body positive

Body positive
Le naturisme explose au Royaume-Uni, peut-être grâce à la pandémie

Le naturisme explose au Royaume-Uni, peut-être grâce à la pandémie

Anthony Vincent

08 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Body positive
Une illustratrice efface la prothèse d’une activiste pour une campagne « body-positive » qui fleure bon le validisme

Une illustratrice efface la prothèse d’une activiste pour une campagne « body-positive »

Anthony Vincent

03 août 2022

9
Sorties
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

Body positive
thought-catalog-fnztlIb52gU-unsplash

« Je créais des régimes mais tout ce que je pensais était faux » : une diététicienne fait son mea culpa

Marie Chéreau

22 avr 2022

16
Body positive
ok_2

À quoi ressemble un corps de 70, 90, 100 kg ? Des femmes le montrent sur TikTok et ça fait du bien

Barbara Olivieri

19 avr 2022

Grossesse
Capture d’écran 2022-04-19 à 09.58.28

Chez Vogue, on adore Rihanna mais on retouche sa ligne de grossesse dans le plus grand des calmes

Camille Abbey

19 avr 2022

Actualité mode
Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Anthony Vincent

12 avr 2022

Body positive
[Site web] Visuel vertical Édito

Cette nouvelle tendance TikTok refuse les filtres et célèbre la beauté « vraiment » naturelle

Marie Chéreau

05 avr 2022

Body positive
Camila Cabello s’épanche sur son mal être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Camila Cabello s’épanche sur son mal-être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Anthony Vincent

04 avr 2022

Société
Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Anthony Vincent

29 mar 2022

2

La vie s'écrit au féminin