Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Moi, moi et moi

J’ai testé pour vous… être déficitaire attentionnelle

26 avr 2012 38
C’est une appellation barbare, mais l’intitulé complet est pire : j’ai un Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité. Ça en jette bien plus, d’un coup.

TDAH, vous dites ?

Kézako ? Le TDAH, c’est un trouble neurologique. Pas grave dans le sens où l’on en meurt pas, mais très agaçant dans une vie quotidienne. Ce n’est pas non plus quelque chose qui se guérit : on rééduque un comportement et un mode de vie mais il y aura toujours quelque chose qui ne tournera pas vraiment rond.

Pour parler plus scientifiquement, les malades ont un trouble dans le rôle des transporteurs de dopamine… Vous savez, l’hormone qui sert (en gros) à réveiller le cerveau ? Bah c’est celle-là.

Kessafé ? Physiquement, rien. C’est plutôt comportemental. Vous voyez le sketch où Florence Foresti parle des gamins dont l’humeur change en permanence ? C’est à peu près ça. Un TDAH va passer d’une activité à une autre, avoir une tonne de projets en cours sans jamais en achever un seul. Il (ou elle) a aussi une capacité d’endormissement frôlant la narcolepsie dès qu’il n’est plus stimulé. Les pensées ne s’arrêtent jamais et question motivation… Faut pas s’attendre à des miracles.

Mézencor ? On peut ajouter une foule de symptômes : impatience, intolérance à la frustration, inattention, difficulté à se concentrer ou, a contrario, hyper concentration, faible tolérance à l’ennui, difficulté à se mettre au travail, refus du travail en groupe et des règles, troubles addictifs… Bref, de quoi se préparer une bonne vie sociale et professionnelle.

Captain ADHD

Hyperactivité, dépression et pensées nocturnes

Ce n’est pas quelque chose qui apparaît comme par magie, un beau jour de printemps. Généralement, quand on a été hyperactif étant gamin, on a de fortes chances d’être TDAH à l’âge adulte (deux sur trois environ). Attention, on ne parle pas des mômes qui courent de partout comme tous les enfants de leur âge, mais des marmots vraiment hyperactifs. Pour ma part, je n’ai jamais été une enfant remuante ; certes, je n’étais pas souvent motivée, je passais d’une chose à une autre, j’étais capable de sécher un livre en une après-midi, je tolérais mal certaines choses… Selon mon neurologue, j’étais néanmoins bel et bien hyperactive.

Du coup, tant que j’étais dans un environnement structuré (les parents, le collège puis le lycée), tout allait « bien ». Certes, il y avait de choses agaçantes comme les pensées qui ne s’arrêtent pas, la fatigue due à un mauvais sommeil (parce qu’on continue de penser en dormant), l’envie de pas grand-chose… Fatalement, quand l’université est arrivée, c’est devenu encore plus flagrant : je m’endormais en cours quand j’y allais, je restais scotchée sur mon PC toute la journée à jouer ou à écrire, pas sociable pour un sou.

Puis le premier emménagement avec le petit-ami. Là, c’est la catastrophe annoncée : il veut me faire changer et désespère d’y arriver. Il m’a détruite peu à peu… Avec ma mentalité, je me fais même refouler d’un entretien d’embauche chez la célèbre marque de fast-food au « M » jaune. Le TDAH, non traité, amène souvent des complications psychologiques : la dépression m’a tendu les bras et j’y ai sauté à cœur joie.

Deux ans plus tard, nouvel emménagement et là, début des antidépresseurs qui ne réglaient rien. Je me sentais un peu mieux, mais les pensées continuaient à tourner sans cesse dans ma tête. Même faire l’amour avec mon compagnon était infernal pour moi, car je ne pouvais pas m’empêcher de penser à autre chose : liste de courses, de tâches ménagères, un écrit à terminer… et évidemment, pas de plaisir à la clé.

Plutôt qu’une dépression, une révélation en quatre lettres

J’en ai vu, des médecins, en trois ans. Des psy aussi. Tous m’ont dit que j’étais dépressive. Il fallait dire que les symptômes étaient parlants : envie de rien, des pensées qui ne s’arrêtaient jamais, des projets par-dessus la tête… Jusqu’au jour où en faisant une recherche Google sur mes symptômes, je tombe sur ces quatre lettres qui m’ont paru magiques : TDAH. Vous ne pouvez pas imaginer combien c’est salvateur. Bien sûr, je suis allée rapidement chez le seul spécialiste de ma ville et le diagnostic est rapidement tombé : TDAH. Grave.

Ce fut libérateur. J’ai viré mes antidépresseurs pour un régulateur d’humeur et de la Ritaline, comme les enfants traités pour de l’hyperactivité. Les pensées cessent de se bousculer, on découvre le plaisir de dormir « en paix ». On a aussi la joie de terminer une chose puis d’en entamer une autre. Il reste toujours la rééducation à faire : c’est-à-dire apprendre à vivre normalement. Chaque tâche accomplie est une victoire en soi, chaque fois que je m’endors et me réveille sans parvenir à retracer le cours de mes pensées nocturne, c’est un petit bonheur que je savoure pleinement.

Évidemment, les médicaments ne sont qu’une solution à court terme. Durant le laps de temps qu’ils me donnent, je me rééduque petit à petit, je réapprends à vivre comme tout le monde… Et miracle ! N’étant plus frustrée, étant moins en proie à l’ennui, je perds peu à peu du poids… sans le moindre régime !

Pour approfondir :

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
38

Avatar de Dame-oiseau
20 octobre 2019 à 19h57
Dame-oiseau
Contenu spoiler caché.
0
Voir les 38 commentaires

Plus de contenus Moi, moi et moi

fa-barboza-unsplash sad woman
Vis ta vie

« Je me suis sentie très seule, presque abandonnée » : comment j’ai survécu à ma fausse couche

Mayaserana

21 sep 2021

130
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Humanoid Native
printemps-2018-bonnes-resolutions-motivation
Moi, moi et moi

Pourquoi le printemps est mon 1er janvier à moi

Elise S.

24 mar 2020

14
personne-ne-maime
Moi, moi et moi

Personne ne t’aime vraiment ? Tes potes t’ignorent ? T’es paumée ? Cet article est pour toi

Mymy Haegel

04 fév 2020

110
oublier-ex-conseils
Moi, moi et moi

Comment oublier son ex (ou le récupérer)

QueenCamille

01 juin 2019

6
je-ne-veux-pas-enfants-temoignage
Grossesse

Je ne veux pas d’enfants, et alors ?

premiere-classe-temoignage
Moi, moi et moi

Comment j’apprends à me défaire de mon rôle de première de classe

Elise S.

09 déc 2018

7
selection-shopping-bijoux-noel
Moi, moi et moi

Voilà des bijoux parfaits à porter le soir de Noël !

Kalindi Ramphul

30 nov 2018

2
shopping-automne-cocooning
Moi, moi et moi

Sélection de 20 objets pour accueillir l’automne comme il se doit

Mymy Haegel

24 sep 2018

4
jaime-pas-lete
Moi, moi et moi

J’aime pas l’été… ni ses dommages collatéraux

Aki

07 juil 2018

48
suivre-trace-parents
Moi, moi et moi

Toutes ces choses que j’ai accomplies grâce à mes parents et qui font qui je suis

Elise S.

21 juin 2018

4

Vis ta vie